Je préviens tout de suite, ce n’est pas un sujet emprunt de machisme. Il s’agit tout bonnement d’une interrogation de nombreux scientifiques.

Car si on comprend bien le rôle de l’orgasme masculin dans la procréation, la question suscite la controverse chez les chercheurs.

L’évolution ne laisse rien au hasard et la moindre parcelle de notre anatomie, la moindre fonction a son utilité. Reste à savoir que celle de l’orgasme féminin est une inconnue. De nombreuses thèses ont été évoquées mais aucune à ce jour n’a été validée, argumentaire et preuves à l’appui.

Une des théories les plus défendues avance que l’orgasme féminin permettrait une meilleure progression des spermatozoïdes par un phénomène de succion : l’orgasme féminin serait synonyme de fécondité accrue.

A cela les évolutionnistes rétorquent que dans ce cas, au fil de l’évolution seules les femmes ayant « une facilité à l’orgasme » aurait transmis leur patrimoine génétique de façon prépondérante aux autres, et qu’à ce jour les femmes atteindraient l’orgasme aussi facilement que les hommes (la sélection naturelle).

La thèse qui soulève la colère des féministes et des conservateurs affirme que l’orgasme féminin n’est qu’un incident de la nature, une sorte d’heureux hasard…

La philosophe à l’origine de cette proposition rappelle que jusqu’à un certain stade, l’embryon est asexué mais possède des caractères sexuels communs aux deux sexes, par exemple les seins. L’embryon a des seins car la femme en aura, chez l’homme ce sont des vestiges. Pour l’orgasme ce serait la même chose, la femme peut l’atteindre parce que l’homme en aura besoin plus tard…

Moi qui croyais que l’orgasme féminin servait à valoriser l’homme…