L’actualité (journaux télévisés et presse écrite) est pour beaucoup d’entre nous un point de repère pour ce qui sort de notre environnement proche : actualité régionale, nationale ou internationale.
L’actualité façonne notre vision du monde à un instant donné et dans le pire des cas crée une persistance de l’information dans notre cerveau.  Comment peut-elle ne pas avoir d’impact sur nos choix et donc sur le futur ?

Car à notre époque ce n’est pas tant les évènements eux-mêmes qui provoquent les évènements futurs, mais la façon dont les médias nous les présentent. Nous avons désormais tendance à hiérarchiser les évènements en fonction du nombre d’occurrences d’un sujet donné et de sa durée d’exposition dans l’année.
Conséquence : notre réaction vis-à-vis de ces évènements est proportionnelle à cette hiérarchie.

Non sans provocation, on peut donc dire que si sous les régimes totalitaires la manipulation du passé est l’instrument de la propagande, sous nos régimes démocratiques, c’est la manipulation de l’actualité qui est l’instrument des politiques.

Parmi les sujets suivants :
-    la grippe aviaire,
-    les « émeutes » dans les banlieues,
-    le référendum sur la constitution européenne,
-    l’arrivée au pouvoir du Hamas en Palestine,
-    l’augmentation du prix du pétrole,
-    le plan nucléaire iranien,
-    la crise du CPE,
il est facile de dire ceux qui seront utilisés pour les campagnes présidentielles 2007. Pourtant, les sujets internationaux et géopolitiques impactent autant, sinon plus notre quotidien.

L’actualité nous place dans le court terme, dans l’immédiat, et anesthésie notre vision globale des choses.
Gardons notre esprit critique, notre distance par rapport aux choses, en particulier vis-à-vis des médias, des informations qu’ils donnent et de l’actualité.

PS : cette note est volontairement incomplète et subjective…car j’aimerais que vous réagissiez et que vous me fassiez part de votre point de vue.

tags technorati :