L’émission Tracks diffusée par Arte proposait la semaine dernière un reportage consacré à l’Agit’pop. Je trouvais intéressant d’en parler car cela illustre bien la note de lundi dernier.

Agit-pop est un mot dérivé de Agit-Prop (contraction de agitation / propagande) et de pop-art. L’Agit’pop est un mouvement qui n’est pas nouveau. Cette forme d’art s’inspire de la culture de masse, pour faire passer des messages.

Plus besoin de présenter les Neistat Brothers. Vous avez vu et revu le ballet à base de Diet Coke + Menthos sur Internet : les deux gars avec les blouses et les lunettes, ce sont eux. Et ils ont à leur actif pas moins de 130 min films. On sait que Coca Cola a exploité le filon pour sa publicité. Mais Apple par exemple a du revoir son service après-vente après que les deux trublions aient tagué sur toutes les affiches New Yorkaise : « les batteries irremplaçables de l’iPod ne durent que 18 mois ».  La marque à la pomme avait refusé de remplacer la batterie d’un des deux frères…(iPod’s dirty secret)

Ron English est un sale gosse qui ne respecte ni les icones des  70′s, ni les héros américains, ni les firmes puissantes. A travers sa peinture colorée inspirée des comics américains, il a réussi lui aussi à influencer les marques. Quand il détourne les panneaux publicitaires avec sa peinture colorée inspirée des comic books, les marques tremblent…

Mais sans le savoir l’individu lambda qui détourne les vidéos de people sur YouTube, qui utilise Photoshop pour parodier la campagne iPod, devient lui aussi activiste Agit-pop. Sans le vouloir nos créations peuvent devenir virale et faire le tour de la terre très rapidement, et agir sur les Marques.
Voilà donc une forme d’art qui mêle micro action et égo casting.

technorati tags: