CesarOn est tous très heureux de découvrir le palmarès des César. On aime surtout savoir qui avait la plus belle robe, qui s’est trompé à l’annonce des résultats et qui a pleuré à chaudes larmes. Ca fait toujours de belles images pour un zapping de fin d’année. Personnellement, j’ai regardé la cérémonie et je me suis aperçu que je n’avais vu pas la très grande majorité des films. Pire, je n’avais envie d’en voir aucun.

Si certains films arrivent à sortir du lot comme les films de Klappish ou d’Audiard, il n’en est pas de même pour le reste. Prenons par exemple, la liste des nommés aux César 2010 pour le meilleur film.
La journée de la jupe, Welcome, Le concert, A l’origine, Rapt, Les Herbes folles.

Au programme, une prof qui prend ses élèves en otage, un maître-nageur qui aide un sans-papier, un orchestre russe qui se reforme, un escroc solitaire qui construit des autoroutes, un rapt et une « comédie d’ambiance ». Même si le box-office peut se tromper, on s’étonne tout de même en voyant les chiffres des films ci-dessus: plus d’un million pour Welcome et Le Concert (des scores très honorables) mais 300 000 entrées pour A l’origine, Rapt, Les Herbes folles, 65 000 pour la Jupe…

Apparemment, je n’étais pas le seul à ne pas vouloir les voir.

Pas de pétrole, pas d’idées

Le cinéma français traverse, il me semble la même crise que la fiction télévisuelle. Manque d’imagination, manque d’audace, peut-être de moyens. La majorité des films ont la même envergure que les épisodes de Plus belle la vie. Alors que je vais au cinéma pour me divertir, pour faire le plein d’émotions, pour voyager, pour rire, le cinéma français me renvoie dans mon salon au cœur d’un couple, dans une cour d’école, sur des autoroutes, nulle part où s’évader ou rêver. Par ailleurs, les réalisateurs pensent encore que la qualité d’un film réside dans les silences, les regards ou les plans fixes…

Ecrire avec les caméras

Haute tensionDans le cinéma français, il n’y a pas de juste milieu entre le cinéma grand public (les comédies, les Besson) et le cinéma d’auteur. A l’image de notre société, la diversité n’est pas au rendez-vous (il semble falloir un Bac+5 en cinéma pour pouvoir faire un film ou une série). Pas de jeunes, pas d’émigrés, peu de femmes. Même si la France regorge de talents dans la BD ou le jeu vidéo ou même la musique et le Web, n’espérez pas voir une barrière tomber.

Finalement, je ne sais pas ce qu’est le vrai, le bon cinéma mais je sais que ce n’est pas La journée de la Jupe. Le cinéma français manque selon moi de changement, d’innovation, d’envergure. Sans copier celui d’outre-Atlantique, je suis sûr qu’il y a une voie alternative, loin des codes et des traditions. Ce que les Français sont capables de faire en musique ou ailleurs, ils doivent pouvoir le faire dans le cinéma grand public.

J’aimerais avoir votre avis, allez-vous encore voir des films français ? Si oui lesquels ?

Join the conversation! 8 Comments

  1. Ben perso j’ai surtout pas trop l’occasion d’aller au ciné, je serais bien aller voir « la journée de la jupe », pis « LOL » avait l’air sympa aussi. Le dernier film français vu au ciné? ça devait être « Neuilly sa mère » et avant ça « Les Ch’tis »

  2. Ça fait vraiment plaisir de voir ce genre de réflexion ! Je suis entièrement d’accord. Y a un vrai problème d’audace en effet. C’est vraiment terrible. Peu de films me viennent à l’esprit lorsqu’on parle de vrai parti pris artistique, 99f…les Jacques Audiard effectivement, les Michel Gondry (est-ce vraiment français ?). le milieu de l’animation s’en sort mieux je trouve, de part son support plus sensible je dirais (il ne suffit pas de poser 2 éclairages, une chambre et un acteur), mais il n’y en a pas énormément là non plus. Il ne faut pas chercher l’évasion ça c’est sûr.

  3. Comme sur beaucoup de sujets en France, il n’y a pas de filière qui permette au cinéma français de sa position nombriliste. Le seul gros studio préfère produire du me-too américain et les plus petits joue l’ouverture avec le financement des cinéastes étrangers (woody allen anyone). Ce sentiment de monde fermé perdurera tant que l’on reste dans l’artisanat? D’ici là les Kim Chapiron, Martyrs et autres resteront des exceptions.
    (Sur les séries, c’est uniquement une question de structure je pense – Showrunner, ça n’existe pas chez nous)

  4. Comme d’habitude, le cinéma français est tiraillé entre « scénario minable et acteurs du box office » et les films d’auteur, pas assez mis en lumière dans les salles obscures…
    Et dans le tas, il reste quelques films qui valent le coup (même s’ils ne sont pas récompensés) comme 99F, secret défense et je lutte pour en trouver un troisième…
    Le pire, c’est de savoir que la France aime écrire et sait écrire, mais visiblement pas pour le cinéma! En espérant un avenir plus radieux!

  5. @Noiprox – Oui voilà « a France aime écrire et sait écrire, mais visiblement pas pour le cinéma!  » Je crois que le problème se situe en grande partie ici. Le cinoche Français est peut-être trop « littéraire » enfermé dans ses codes traditionnels et anti-créatifs.

  6. La plupart des films que je vais voir ne sont pas français mais j’en ai tout de même vus. Comme par exemple : Les Chtits, Lol, Welcome, Elle, Ne dis rien à personne, Le concert.. Cela dit, j’accroche beaucoup moins.

  7. non jamais depuis un long moment car ils se la jouent souvent intello / artistiques et sont carrément à côté de la plaque vis à vis de mes attentes. Je ne parle même pas des films/comédies à caractère humoristique, plus lourds tu meurt … – Et pourtant j’adore le cinéma!!

  8. Je ne regarde que des films/séries US.
    En France, c’est le realisateur qui a la main-mise sur son film.
    Aux USA, c’est le producteur qui dirige et contrôle son film.
    Le pouvoir du Dollar et les super scénaristes…

    RIS Police Scientifique vs. CSI Experts Las Vegas !
    Et bien d’autres…

Comments are closed.

Category

Culture

Tags

,