RuinesPendant ces vacances, pas grand-chose à se mettre sous la dent. J’ai l’impression que cette année encore, en août, la France s’est arrêtée. Si en plus, on rajoute les JO en Chine, rien ne va plus. Pourtant au cinéma, un film a su retenir mon attention, voire m’a rendu impatient : Batman, the Dark Knight. Après la déception de Batman Begins, reprise mièvre et fade, qui avait bradé et vulgarisé (au sens propre) les codes burtoniens de la chauve-souris, l’arrivée annoncée du Joker et celle de Double Face laissaient supposer de belles choses. Une visite dans une salle obscure m’a éclairé…

Rien de nouveau dans le ciel de Gotham

Batman veille sur Gotham City aux côtés de son ami, le commissaire Gordon. Tous les deux sont accompagnés du brillant procureur Howard Dent, « chevalier blanc » qui cherche à mettre toute la pègre derrière les barreaux. Apparaît alors, un nouveau criminel, un clown psychopathe adepte du chaos, qui promet de se débarrasser de la chauve-souris dans les airs de Gotham City.
Batman continues
Par rapport à Batman Begins, vous retrouverez toujours Christian Bale, qui n’a toujours pas la profondeur d’un Bruce Wayne tourmenté. Il garde encore dans les yeux la folie sournoise présentée la première fois dans American Psycho mais joue très bien les fils à papa, un brin « branleur » au lieu du dandy milliardaire. Après la vilaine Batmobile, le Tumbler, sorte de Hummer bondissant et ridiculement grossier, vous aurez droit à la vilaine moto, pas bondissante mais ridiculement grossière. Disparue la batcave, ici Batman se cachera dans un container ultra lumineux au milieu d’un terrain vague(!). On conservera également le même costume en plastique, beaucoup trop rigide pour le personnage, le rendant plus proche de Robocop que de Catwoman. Enfin la voix est elle aussi ridiculement trop grave…

why-serious-joker

Why so serious ?
Pourtant le film a sur jouir de bonnes critiques à une époque où le cinéma de divertissement américain est souvent critiqué, surtout quand il s’agit de super-héros. En effet, Batman the Dark Knight délivre un superbe héros dans une ville dévastée aux valeurs en berne, le Joker. Le film ne repose que sur son sourire et la présence du chevalier noir n’est ici qu’un pâle faire-valoir. A côté de la piètre prestation de Christian Bale, Heath Ledger sait nous faire oublier le Jack Nicholson au maquillage impeccable, qui restait pourtant selon moi, sur une parfaite représentation de fou comique, assassin déjanté motivé par la vengeance et la mort de Batman. Ici, le joker est un psychopathe, profondément anarchiste, dont le seul dessein est d’être l’auteur du chaos dans Gotham City. Batman n’est qu’un obstacle dans cette course, qu’il convient évidemment de supprimer, si possible en s’amusant.

A coup sûr, Heath Ledger rentrera dans la légende du cinéma (tout le monde parle d’un Oscar posthume et ce sera mérité) en incarnant véritablement, 2 heures 30 durant, la Folie, la Violence et l’insaisissable Chaos, à l’image d’un Malcolm McDowell dans Orange Mécanique. Sa mort violente, au sortir d’un tournage qui l’aura profondément épuisé physiquement et mentalement, renforcera sa légende, dans la lignée des Brandon Lee, James Dean, étoiles filantes trop vite éteintes dans le ciel du septième art. Le film vaut également le détour pour cette performance magistrale ainsi que pour celle d’Aaron Eckhart dans le rôle d’Harvey Dent, également très bon.

Sourire

Magnifiquement filmé, entre les gratte-ciels de Chicago, on évolue ici dans un Gotham City, très contemporain, loin des tableaux que Burton pouvaient peindre. Très bien réalisé, cet opus met en lumière les qualités de Christopher Nolan (Mémento) aux travers des jeux de lumière, des explosions et une très belle scène de braquage. Le tout est soutenu par une excellente bande originale. Le “bourdonnement” du Joker est une spendide idée!

Vous l’aurez compris, The Dark Knight est à voir malgré certaines faiblesses dues à mon avis à Christian Bale. A l’instar de la trilogie Star Wars, le vrai héros apparaît ici sous les traits lacérés du Joker. Souvent plus complexes, les Dark Vador et autres Hannibal Lecter sont souvent à l’origine des plus belles légendes. C’est encore une fois le cas.

Join the conversation! 8 Comments

  1. Il est rare de nos jours de voir un film maitrisant aussi bien les scènes d’action (maitrise du rythme des scènes et effets spéciaux) et la construction d’un scénario bien construit au niveau de l’intrigue et de la psychologie des personnages.
    c’est un film noir mais à  la fois beau et aérien (plan sur les grands espaces/vu aérienne sur ville). Ce film nous donne une vision élargie sur le paradoxe du bien et du mal. Sans le joker batman n’existerait pas et l’inverse de même (le film incassable l’avait montré avec subtilité également). C’est le « batman » qui est le plus encré dans notre réalité. nous sommes plus dans du fantastique, voir de la science fiction… »the dark knight » est un gros thriller bien noir. La musique nous procure vraiment les émotions souhaitées par le réalisateur……………un chef d’Å“uvre.

    yoda

  2. N’etant pas fan des comics strip, mon mari oui, il m’avait convaincu d’aller voir Iron man, que j’ai trouvé super!
    Là , j’avoue avoir éte un peu décue.
    Le chevalier noir repose à  mon sens sur la magistrale prestation du Marilyn Manson de Gotham City : Heath Ledger!
    Quelle interprétation!!! J’imagine bien son épuisement en fin de tournage!
    Par contre, j’ai l’impression que dans l’histoire avec la fille (Rachel??) et « pile ou face » il n’y avait pas assez de profondeur pour que j’adhère et que je comprenne la haine du personnage…
    Passée à  coté de quelque chose?
    Mais ce film est quand même à  voir!

  3. Bravo, très belle critique d’un film que j’ai également beaucoup apprécié, et c’est le fan de burton qui parle. Je diffère tout de même un peu sur le fait que j’apprécie beaucoup l’ambiance noire et réaliste de cette nouvelle saga, premier opus compris. L’acteur principal ne me pose pas de problème et est même plustôt bien casté.

    Je me pose même la question : suis-je le seul à  apprécier la voix grave que prend l’acteur quand il porte le costume de la chauve souris ?

  4. @very
    Je te remercie.
    Effectivement, je concède que Christian Bale n’est pas si mauvais que je ne le dis même si j’ai toujours un peu de mal à  me l’imaginer comme LE Batman…
    Quant à  sa voix grave, à  part Hulk et Dark Vador, je ne connais pas d’autres super héros avec des cordes vocales si viriles… Ca ne t’a pas surpris?

  5. Michael keaton et Jack Nicholoson resteront pour moi gravé dans les mémoires pour leurs fabuleuses interprétations de batman et du joker.

    Ce que j’adore avec cette nouvelle série, c’est le coté sombre et très réaliste des films (ceux de Burton étant plus « comics » et « sympathiques », j’ajouterais « dans un registre fantastique »).

    La voix grave du nouveau batman le rend vraiment flippant, je trouve que c’est une excellente trouvaille. J’ai tout de suite senti et accepté le double emploi de cette voix, pour le personnage : tout d’abord masquer sa vraie voix auprès de personnes qu’il cotoie le jour (un truc qui m’avait marqué dans ceux de burton, car la voix est une partie de l’identité), et également la résultante d’un travail du héros pour créer avec le Batman un personnage qui instaure la peur.

    Quand au joker, celui des Burton exprimait le « petage de plomb » d’un truant « chic » qui se retrouve défiguré. Après cette transformation, le personnage conserve une certaine logique et des liens par rapport à  son personnage avant l’accident, même si on sent qu’il « part en couilles » si tu me passes l’expression.

    Dans la nouvelle saga, il représente quelquechose de plus insaisissable, un véritable génie du mal sans logique prévisible.
    Déja que l’atmosphère du film est lourde, mais avec ce joker, il y a un véritable malaise qui s’installe. C’est la force de ce film.

  6. J’adore Christian Bale en tant qu’acteur et je me réjouissais de le retrouver dans ce deuxième opus même si sa première performance en tant que Batman ne m’avait laissé de souvenir impérissable. Mais encore une fois, je le trouve fadasse. Je ne lui reproche rien mais … le Joker occupe tout le film.
    Batman est le personnage secondaire.
    Concernant la voix je comprends ce que tu veux dire Alex, mais sérieux, il a l’air un peu ridicule à  jouer l’ado qui mue non?

  7. je pense qu’on est d’accord sur le fait que le jeu d’acteur d’Heath Ledger flingue toutes les autres prestations.

    Je ne pense pas que les autres soient fadasses, Christian Bale compris, mais Heath Ledger a vraiment fait un travail qui écrase tout.

    Pour la voix en revanche on est vraiment pas d’accord 🙂

  8. Voilà c’est bien là le soucis , c’est que laperformance de Heath Ledger monopolise tout le film mais en aucun cas ne rend fadasse la performance de Bâle ( et la voix est génial je trouve ça donne un côte Dark ).
    Je pense que pour ce qui est des costumes et batmobile ça a été dit c’est contemporain il fallait changer donner sa marque au film, aux personnages.
    Etant fan de cinéma , je trouve que Bâle est l’un des meilleurs Batman ( Keaton était pas mal mais pas Clooney et Kilmer ) et qu’il colle parfaitement au personnage avec sa gueule ( machoire carré , regard profond … )
    Sans contexte le meilleur des Batman ( désolé Mr Tim Burton mais j’attends avec impatience votre Alice au pays des merveilles )
    Merci Nolan , Bâle, Eckhart et surtout LEdger qui manquera a beaucoup de monde dans le milieu du cinéma et qui aurait déjà dû être récompensé pour BrokeBack Mountain .

Comments are closed.

Category

Lifestyle

Tags

, ,