Carton historique, phénomène de société, super film pour un super-héros, vous entendrez tout sur Black Panther, le nouveau film Marvel. Il y a les révolutions silencieuses, les changements bruyants, les ajustements invisibles, je ne sais pas ce que sera Black Panther finalement mais en tout cas, le bruit fait vendre.

Pourquoi on parle de Black Panther ?

D’abord parce que le casting est tout noir, que l’affiche est toute noire, que le réalisateur est noir, que l’on se sent obligé de notifier la présence d’un blanc. Je parle évidemment de la présence d’acteurs afro-américains noirs qui en plus de jouer dans le film, se trouvent sur l’affiche… En fait, comme le film se déroule en Afrique, cela devrait être normal pour tout le monde mais comme Hollywood a souvent eu tendance à blanchir ses castings, désormais on s’étonne. Les Blancs ont joué des rôles d’Indiens d’Amérique (Pierce Brosnan dans L’indien, Daniel Day Lewis dans Le dernier des Mohicans…), d’Egyptiens (Russel Crowe dans Noé…), d’Asiatiques (Scarlett Johanson dans Ghost in the Shell), de Mexicains, de Noirs. Bref, les exemples de whitewashing sont nombreux et on n’aurait pas été si étonnés de voir un Black Panther blanc…

Ensuite, parce qu’une première campagne de « trolls » (apparemment issus de JeuxVideo.com) a su profiter des largesses des algorithmes Google pour mélanger La planète des singes avec le film Black Panther (quand vous tapiez Black Panther dans Google, vous tombiez sur l’affiche du film avec le sous-titre Planète des Singes).

Enfin parce qu’une deuxième campagne de fake news menée par l’alt-right (extrême droite) américaine évoquait des fausses agressions racistes envers des spectateurs Blancs qui allaient au cinéma.
L’idée était évidemment de décourager les Blancs de voir le film, d’inculquer l’idée que les Noirs étaient racistes, inciviques et donc de noircir son image (haha).

Et sinon le film, il est bien ?

Oui c’est pas mal mais ca ne vaut pas un Oscar (c’est bien mais pas top).

 

En fait, cela reste un nouveau film Marvel avec un nouveau super-héros, déjà aperçu dans Civil War, sans grand pouvoir, sans grande magie. Si pour vous, c’est important qu’il soit noir, alors c’est un nouveau super-héros noir.

En terme purement scénaristique, on retrouve la trame habituelle. C’est l’histoire d’un mec tranquille qui devient un super-héros avec des super-pouvoirs pour lutter contre des méchants qui vendent des armes. Jusqu’au jour où un nouveau super-méchant NOIR arrive plus fort que les autres. Et à la fin [SPOILER] le gentil gagne [FIN DE SPOILER].

Le film se déroule en Afrique dans un pays fictif, le Wakanda, dont une majeure partie, bien développée et riche, est cachée aux yeux du monde. Le pays tire en effet de grands pouvoirs d’un précieux métal tombé d’une météorite il y a des milliers d’années.
Le super-méchant cherche évidemment à voler toutes ces ressources.

Black panthers VS Chtis, même combat

Le film est un pur carton qui vient de dépasser le milliard de $ de recettes.

Pour vous situer la performance, il fait partie du top 10 des films les plus lucratifs pas loin des Star Wars episode 8, de Avengers ou The Dark Knight.
Non seulement les fake news et le faux bad buzz auront rapidement été dévoilés mais en plus, il a joué en faveur du film.
Au-delà de ca, Black Panther est surtout devenu LE film mainstream que les Noirs américains attendaient. Un film sans revendication outrancière, sans clichés, ni chef-d’œuvre ni navet, un film normal en somme, qui apparaît dès lors comme une victoire.
Si je devais oser une comparaison, je dirais que Black Panther est le Bienvenue chez les Chtis des Afro-américains. Un film honorable, qui fait du bien à ceux qui en avaient besoin et ne fait pas de mal aux autres (sauf les racistes mais ca c’est cool), qui ne mérite certainement pas un tel succès mais qui tombe au meilleur moment…pour les producteurs.
En France, le film fait après 3 semaines, 2,5 millions d’entrées soit autant que Le Labyrinthe (le quoi ?) et soit autant que La Chtite famille après une semaine.