blindness affiche FrançaiseSorti le 8 octobre face à Vicky Cristina Barcelona, Blindness est passé relativement inaperçu, bien qu’il ait ouvert le festival de cannes 2008.
Zappez le dernier Woody Allen et allez voir ce bon film, intelligent et pas chiant, beau mais pas prétentieux qu’est Blindness.

Une ville, quelque part. Un homme devient subitement aveugle au volant de sa voiture. Rapidement, tous ceux qui l’ont approché connaissent le même sort. En réaction à cette épidémie, les contaminés sont mis en quarantaine. Ces hommes et ces femmes, privés de la vue, doivent alors s’organiser pour manger, se laver…vivre. Les choses dégénèrent rapidement quand un petit caïd décide de prendre le pouvoir de la quarantaine.

Blindness est une fable sur la condition humaine, sur la cruauté, la bonté, la dignité, les dérives de notre société, les rapports humains…loin de ce que peut laisser penser l’affiche maladroite qui suggère un film d’action ou de catastrophe (pour l’affiche française) ou un thriller (affiche US). Le film propose différents niveaux de lecture, d’interprétation, pose des questions et renvoie à des faits d’actualité, sans tomber dans le piège du donneur de leçon.

Fernando Meireilles (La cité de Dieu) prend un parti pris esthétique fort en retranscrivant l’atmosphère ou les sensations visuelles et auditives des personnages à travers la mise en scène.
La première partie du film baigne dans une lumière blanche, à l’instar de celle qui aveugle ses personnages. Le blanc se salit petit à petit pour faire écho à l’évolution de la situation, jusqu’à nous plonger dans le noir à l’apogée de la tension du film. Certaines scènes sont sublimes, proches de l’imagerie pieuse (le dortoir Numéro 1 autour de la radio entre autres), d’autres renvoient à des films comme « 28 jours plus tard » ou « Les fils de l’Homme » (les scènes de chaos) …
La mise en scène, la photographie et la bande son accompagnent intelligemment la progression dramatique et constituent presque à eux seuls une bonne raison d’aller voir ce film.

blindness 1

On soulignera également la prestation de tous les acteurs (en particulier Julianne Moore, seule voyante du film, à mi chemin entre Sarah Connor et la Vierge), figurants compris (certains se prennent des gamelles incroyablement réalistes et très drôles).

J’ai lu avec étonnement certaines critiques reprochant à Blindness la facilité de son message : selon moi il n’en est rien. Le film pose des questions, propose des réponses, mais c’est à chacun de se demander comment il réagirait dans ces circonstances, ou comment le film résonne dans son quotidien.
On lui reproche aussi son rythme lent sur la fin du film. De la même manière que le film s’installe tranquillement pour montrer le long glissement vers l’animalité, pour installer à mi-parcours une forte tension, le rythme plus lent et serein permet un retour à un état de quiétude progressif.
Enfin, on retrouve certes des similitudes avec les films cités précédemment, mais le propos est autre, de même que le genre, et surtout Blindness est un cran au-dessus selon moi (même si j’ai réellement apprécié ces derniers).

Blindness est pour moi LA bonne surprise des derniers mois, un film qui ne peut pas vous laisser indifférent et qui vous fera réfléchir une fois sorti de la salle. J’attends vivement la sortie DVD pour un deuxième visionnage de rigueur.

blindness-2

Join the conversation! 7 Comments

  1. Comme beaucoup, j’hésite … l’inconditionnelle de Woody Allen contre celle des films d’anticipation … 2 genres qui n’ont rien à voir et qui n’aménent pas sur les mêmes chemins !

    merci pour cette critique qui m’aidera peut être à me décider !

  2. @Isa
    ce n’est pas de l’anticipation. Du fantastique peut-être si on prête une cause surnaturelle à la maladie.
    Pour finir de te convaincre, je dois préciser qu’avec ce seul film Mereilles vient de rejoindre mon top des réals : Burton, Nolan, Finscher….

  3. Et bien voilà, tu as pris le temps d’exprimer un ressenti que je partage absolument. Ce film vaut vraiment le coup d’oeil.

  4. ta critique a attisé ma curiosité je pense que je vais me laisser tenter!

  5. @croisiere bateau
    J’en suis ravi. Viens me donner ton avis quand tu auras vu le film.

  6. […] ai profité pour acheter l’Aveuglement de José Saragamo. Si j’ai trouvé le film(Blindness) très bon, je me dis que le bouquin doit être encore mieux. J’imagine que les thèmes […]

  7. ce film m’a traumatisé …il expose a la lumiere beaucoup de choses que je ressent par rapport a la société dans laquelle j’ai grandi…l’image du corps,le parasite que peut devenir l’homme, la compassion la solidarité pratiquement inexistante lorsque l’homme est touché, l’egoïsme…et en même temps, la joie de se comprendre de partager….ce film me laisse bcp d’interrogation, pkoi elle? que deviendra l’homme noir aveugle depuis l’enfance lorsque tout le monde verras? la population, auras t elle vraiment compris? car cest le propre de l’homme que d’être un parasite

Comments are closed.

Category

Lifestyle

Tags

,