Septembre, c’est la rentrée des médias. Chaque émission a décidé d’apporter des retouches, des innovations à son concept afin de recadrer ou d’améliorer les audiences. Cette année, l’intérêt du Grand Journal a décliné avec la prise de pouvoir du Petit Journal, la nouvelle miss Météo et le départ d’Ali Baddou. Mais le succès de Bref pourra-t-il sauver Le Grand Journal ?

Chaque année, c’est pareil. Le petit écran renouvelle plus ou moins sa grille de programmation. Vous étiez déjà déprimé par le départ des Eric Nauleau et Zemmour dans « On est pas couché » ou le départ de Bruce Toussaint pour la Matinale d’Europe 1?
Finalement, c’est la mutation du Grand Journal qui vous a achevé.

Un Petit Journal trop long

yann barthesFort de son succès, la petite chronique de Yann Barthès était culte. Elle est devenue grande : une émission à part entière dans le Grand Journal. Toujours basée sur des images « behind the scenes», elle est passée à 20 minutes avec une partie interview. Plus long mais trop long, Barthès brode désormais des intros capillotractées pour lancer des images devenues anecdotiques. Les politiques se méfient et le bon mot se fait plus rare. Quant à la partie interview, elle est visuellement inintéressante et n’apporte pas grand chose à ce qui fait ailleurs (Mouloud ?). Ce nouveau long Petit Journal aura probablement du mal à tenir le rythme.

Des chroniqueurs peu inspirés

China Moses remplace tant bien que mal une Tania Bruno-Rosso, portée disparue. Moins excentrique et décalée, la chanteuse chroniqueuse/musique/internet peine à imposer son style. Le départ d’Ali Baddou, caution littéraire et intellectuelle de la précédente édition, a été remplacée par Olivier Pourriol. S’il faut laisser du temps aux nouveaux chroniqueurs pour s’installer, il y a fort à parier que même en cas de succès, ils ne deviendront pas les têtes d’affiches du magazine.

La miss météo

SolweigRemplaçante attendue de Charlotte Le Bon, le mannequin Solweig Rediger-Lizlow se noie chaque soir face à un invité consterné, la faute à un casting qui privilégie le physique à l’humour. Mais ne blâmons pas cette jeune fille qui n’a que 20 ans. La lecture de son blog, naïf et nian-nian, vous rendra indulgent envers une « gamine » déjà mariée qui n’a connu que les défilés et les studios photos. Louise Bourgoin est bien loin.

Bref

Bref PreviewEt puis il y a Bref, la vraie bonne surprise. Une minute trente d’humour décalé, actuel, jeune et efficace. Portée par un Kyan Khojandi au physique génialement ordinaire, la mini-série rentre dans le quotidien d’un jeune comme tout le monde, qui drague une fille, apprend la guitare, surfe sur internet, va voir un psy, fait un repas de famille, passe un entretien, recroise cette fille. « Bref, c’est l’histoire d’un mec ».
C’est bien, c’est court, efficace mais on ne sait jamais à quelle heure c’est diffusé. Donc on les regarde sur Internet.
Donc on ne regarde plus le Petit Journal. Ni le Grand Journal.
Bref, Bref ne sauvera pas le Grand Journal.

Join the conversation! 1 Comment

  1. Je partage ton analyse, j’ose donc espérer que ce n’est pas que je vieillis mal mais juste qu’ils ont carrément merdé cette année sur Canal.

Comments are closed.

Category

Société

Tags

, ,