captain america 2Le plus emblématique des super-héros américains revient dans un deuxième opus, « Le Soldat de l’hiver ». Si le premier épisode était plutôt raté et uniquement réalisé pour permettre la réunion des Avengers, Captain America 2 revient avec de nouvelles ambitions. Black Widow et le Faucon arriveront-ils à donner un peu de relief à ce personnage, que beaucoup considèrent, fade?

Un héros impopulaire?

Thor, Captain America, les ficelles étaient très grosses. Personne n’ignorait que les deux opus avaient été réalisés à la va-vite pour pouvoir lancer la franchise Avengers, dans la lignée du succès de Iron Man, héros étonnamment le plus populaire de chez Marvel (devant Spiderman?).
Mais comme à Hollywood, on sait exploiter un filon rentable, Captain America revient donc dans un deuxième épisode sur fond d’espionnage et de Liberté en péril, face à son ennemi « le Soldat de l’Hiver ».
Avouons-le tout de suite, Captain America 2 est un film plutôt moyen. Même si l’on sait pertinemment que l’on va voir un Blockbuster, la réalisation plutôt dynamique et une 3D correcte ne parviennent pas à combler le manque de profondeur du scénario et des personnages, gentils comme méchants.

Le Faucon et la Veuve Noire

captain america winter-soldier

Faucon Captain America 2

Captain America est donc au service du SHIELD, accompagné de Black Widow (Scarlett Johannson, la Veuve Noire) pour contrer dans un premier temps, des pirates-terroristes français, puis pour défendre la Liberté, menacée par Hydra. Pour lutter contre l’organisation terroriste et ses immenses ramifications, ils vont retrouver le Faucon (joué par Anthony Mackie), un vétéran américain qui peut voler grâce à des ailes mécaniques.
Le problème, c’est que tout ce beau monde ne forme pas une bande très intéressante. Leurs histoires personnelles, leurs antagonismes sont absolument sans intérêt et n’arrive à aucun moment, à créer une sympathie pour l’un d’entre eux. Ici les scénaristes ont oublié que pour faire un super-héros, il faut d’abord un super-vilain, charismatique, dangereux, méchant, fourbe et sournois, assoiffé de vengeance. Et puis Captain America n’est pas assez sombre pour en faire un personnage très profond.

Un filon inépuisable?

Black Widow. Captain America 2Si certaines scènes d’action sont plutôt bien réalisées, que le vieillissant Robert Redford fait une curieuse apparition, les 2h10 minutes de film se révèlent au final plutôt ennuyantes. Scarlett Johannson, caution sexy scandaleusement photoshopée sur l’affiche du film ne parvient pas à elle seule, à maintenir l’attention. Malgré son flirt répété, Captain reste désespérément insensible et surtout bloqué dans les années 40.

 

Au final, Marvel tire sur la corde et on appréhende grandement les prochains opus, sachant que Chris Evans a signé pour 6 films et que celui-ci n’est que le troisième. Si Avengers 2 est déjà annoncé, nous n’échapperons donc pas à Captain America 3…
C’est dommage, car il y avait vraiment moyen de jouer sur le décalage des époques, de heurter la sensiblité du Captain avec la surveillance électronique, les frappes préventives, la Liberté d’hier et d’aujourd’hui.
On se consolera avec les dernières minutes cachées du film, qui annonce les deux super-vilains de Avengers 2 (indice: ils sont jumeaux).

La bande annonce en VF