Tous les jours, je croise des collègues qui se plaignent.
Trop de travail, trop de pression, trop de responsabilités, pas assez d’argent, pas assez de reconnaissance, pas assez de temps libre, pas de visibilité sur leur carrière. J’ai envie de leur dire « Mais putain !!! Ayez la Corporate Attitude !!!! « 

Aussi fort de ma formidable expérience en management, de ma connaissance du monde de l’entreprise et de ma culture en sociologie, je me suis dit : « Aide les, enseigne leur la Coporate Attitude… ».

Car avant tout, la corporate attitude est une philosophie, un art de vivre. Avoir la Corporate Attitude (CA), c’est l’art subtil de s’épanouir dans le cadre professionnel, milieu en contradiction totale avec nos propres aspirations.

Je débattrai dans un autre article de la théorie globale de la CA et de sujets connexes. Car aujourd’hui ma volonté première n’ai pas de faire de la théologie. Non, aujourd’hui je voudrais simplement vous donner quelques clés pour avoir la Corporate Attitude et de vous différencier du « Basic Manager » (BM).

1- Avoir des indicateurs personnels et être ISO :
Cela montre au Top Management(TM) votre implication dans la démarche qualité de la Société et votre souhait de vous améliorer continuellement pour satisfaire ce même TM.

Cette méthodologie, vous permet de travailler moins par un choix d’indicateurs pertinent. A performances équivalentes, votre productivité est d’autant meilleure que votre temps de travail est petit. Et même avec de moins bons résultats que votre collègue, votre indicateur peut-être meilleur. Après, tout est question de présentation des résultats (un power point des familles avec un histogramme devrait suffire).

2- Travailler avec ses collègues vers un objectif commun :
Tout le monde le sait, les différents services d’une société ont des objectifs antagonistes. Mais si vous êtes facilitateur pour vos collègues (entendez : aidez les à l’atteinte de leurs objectifs propres), ceux-ci ne pourront rien vous refuser. Associez les à vos succès, cela les valorisera. Il y a fort à parier qu’au fil du temps, ceux-ci aimeront travailler avec vous, vous fournir des états, rechercher des éléments etc….vous permettant ainsi d’accomplir votre labeur en améliorant votre indicateur. Et qui dit travail partagé dit surout responsabilités partagées : relâchez la pression et ne vous préoccupez plus pour la validité de ces chiffres, il ne viennent plus de vous non?

3- Identifier les Key Persons
Avoir la corporate attitude implique d’être capable d’identifier les personnes influentes au sein d’une entreprise. Il s’agit en général de personnes hiérarchiquement supérieures, ou en devenir. Cela va bien au-delà d’être en bonne relation avec son n+1. En effet, il faut avoir une vision macroscopique du système et ne  pas se positionner en fonction de la situation à l’instant t : c’est trop souvent le cas du basic manager, ce que l’on assimile à du « ass licking ». Non, il faut savoir prévoir qui sera bientôt stratégique pour une carrière, ce qui est bien plus discret vis-à-vis des personnes au même niveau que vous. Par contre, votre discernement n’échappera pas aux top managers en place, qui vous considérons de fait comme un HP (high potential).

4- Avoir un dress code associé à son groupe d’appartenance professionnel
Plus qu’une origine sociale, le dress code permet de catégoriser les personnes au sein du entreprise. La différence est source de rejet. Or, avoir la corporate attitude c’est être dans le trend, tous les trends. Un soin tout particulier devra être porté au style vestimentaire.

– bon goût : et oui le mauvais goût rebute et bizarrement les gens de mauvais goût savent reconnaître le bon goût chez les autres. Soyez admiré, ça aide et ça fait plais’.

– classicisme teinté d’une fashion touch : cela montrera votre capacité d’adaptation à votre environnement, vous assimilera à un détecteur de tendance, sans vous faire passer pour un suiveur de mode. Le classicisme vous empêchera d’être assimilé à une population particulière : marketing, ingénieur, comptable etc…. n’oubliez pas : catégorisé = différencié = rejeté par d’autres populations.

Vous avez identifié des pistes de progrès ou sentez qu’il faut mettre en place un place un plan d’action pour vous sortir de la catégorie des basic managers?

Alors ne manquez pas la suite de la chronique Corporate Attitude.

Join the conversation! 1 Comment

  1. Le post le plus drôle que j’ai lu depuis longtemps ! Merci pour le fou-rire ! J’ai hâte de lire ton article sur la théologie !

Comments are closed.

Category

Société

Tags