Affiche Prometheus

Affiche PrometheusUn film de Ridley Scott est toujours un événement en soi. Gladiator, La Chute du Faucon Noir, American Gangster étaient d’excellents films, alors lorsque le réalisateur du premier épisode de la saga Alien revient à la science-fiction pour offrir un prequel à la saga, on salive d’avance. Pourtant, le nouveau film semble susciter la controverse. Malgré un casting impressionnant comprenant Charlize Theron, Noomi Rapace et Michael Fassbender, toucher au mythe Alien ne semble pas si évident…

 

 

 

Synopsys

Des scientifiques pensent que l’Homme aurait été créé par des extra-terrestres. Une expédition, le vaisseau Prometheus, est montée pour les retrouver au fin fond de l’univers. Là-bas, la rencontre va s’avérer terrifiante.

A l’origine

Space JockeyRidley Scott souhaitait découvrir ce qu’il se passait avant Alien, le 8ème passager. Celui que l’on appelait le « Space Jockey » était le premier personnage à rentrer en contact avec les Aliens. Qui était-il ? Pourquoi est-il mort ? Qui est son peuple ?

Il n’est pas nécessaire de connaître par cœur la trilogie Alien, le seul lien avec la trilogie se trouve dans les premières scènes du premier épisode, au moment où l’équipage du Nostromo tombe sur le fameux Space Jockey. De plus, contrairement à ce que l’on pourrait penser, la planète de Prometheus LV-233 n’est pas celle où Ripley débarque dans Alien (LV-426)

Un bon film (d’introduction)

Noomi RapaceJ’ai beaucoup aimé Prometheus. La réalisation est tout à fait excellente et certaines scènes sont tout simplement bluffantes. Les effets spéciaux sont impeccables et à aucun moment, on ne doute de l’existence de la planète extra-terrestre.
La 3D ne révolutionne pas le genre encore une fois mais certaines scènes en bénéficient largement. On peut parfois regretter le filtre gris qu’imposent les lunettes et qui ternissent parfois les magnifiques décors.

Les acteurs sont bons, surtout Noomi Rapace et Michael Fassbender.
La première (Millenium US) incarne une scientifique à l’origine de la découverte des Créateurs. Elle est le pendant intellectuel de Ripley (Sigourney Weaver) à qui elle fait inévitablement penser.
Fassbender (Shame, Inglourious Basterds) est quant à lui, un Androïde « plus vrai que nature » et ne doit rien envier au célèbre Bishop.
Charlize Theron ne gâche pas le film, au contraire, mais sa personnalité un peu trouble n’est pas assez détaillée, tout comme une grande majorité des personnages.charlize theron

Un univers à tiroirs

Le principal reproche que l’on pourrait faire à Prometheus est de poser beaucoup de questions et de n’y répondre que partiellement.On sent que Ridley Scott a voulu explorer beaucoup de possibilités et qu’il s’est parfois perdu en chemin. Des impasses qui trouveront probablement des issues lors d’une trilogie (presque) déjà annoncée.

On trouve également quelques incohérences scénaristiques mais sur un film de deux heures de ce genre, il faut savoir passer outre.

Ce manque de réponses est également lié au genre lui-même. Plus les univers imaginaires sont variés, plus il est difficile d’en expliquer toutes les subtilités. De plus, les débuts des trilogies posent souvent des bases qui sont ensuite développées dans les suites. La saga Alien n’échappe pas à la règle puisque de nombreuses explications sur les origines des xénomorphes sont disséminées dans d’autres films (notamment Alien vs. Predator).vaisseau Prometheus

Il faut qu’on en parle

Finalement, je recommande Promotheus à tous les amateurs de science-fiction, de la saga Alien et de Ridley Scott. Les deux heures sont passionnantes et l’univers que l’on découvre se révèle parfaitement angoissant. Le film est divertissant, efficace et vous donnera l’occasion de partager vos impressions avec vos amis ou votre copine après la séance. En plus, ce sera une parfaite raison d’aller voir la suite…