Pervers, Subversif, choc, tordu, déviant, absolu, extrême, bizarre, profond, superficiel, beau, laid…psychologique ou graphique vous savez désormais qu’il est difficile de poser un qualificatif sur le Trash.

Aujourd’hui, ma vision du trash serait celle-ci : quelque soit le medium utilisé, le trash puise dans ce qu’il y a de plus en mauvais, de plus noir, de plus enfoui, de plus sournois en l’Homme et la Société. Il fait jaillir au grand jour ce qui souvent reste caché ou censuré , installant par la même un malaise dans l’espoir de provoquer une prise de conscience.
Elitiste, oui, il l’est indéniablement, d’une part parce que le « spectateur » doit lui-même faire un filtre entre un contenu « gratuit » et un contenu porteur de sens. Ensuite il doit avoir une démarche proactive pour déceler le second (troisième ?) degré et interprété le message de l’œuvre.

Trash au quotidien

Mais pour moi le vrai Trash est dans nos vies. Ce qu’on porte, qui on fréquente, où l’on part en vacances, combien on gagne …le paraître est devenu plus important que « qui on est », et « ce qu’on fait »..
Nous sommes des coquilles parfois vides de lucidité, rejetant nos fantasmes profonds (et pas forcément pervers) ou en se voilant la face : Le trash met mal à l’aise parce qu’il nous jette cette vérité à la figure.Quelques illustrations :

– Dans Nip/Tuck : l’apparence est reine et l’on crève les abcès à coups de bistouri, on évacue les soucis avec les litres de graisses, on gonfle sa confiance en soi avec du silicone. Le pathétique des situations n’a d’égal que le luxe des lieux et la coupe des costards en super 120s. Pour autant l’argent et la beauté ne rendent pas la vie plus belle aux héros de la série.

Nip Tuck– Que penser de Patrick Bateman qui attache autant d’importance à une carte de visite qu’à une vie humaine ? Délirant ? Pourtant moi je me souviens d’un jeune belge qui s’est fait poignardé pour un iPod…

Dexter est le seul personnage de série à avoir conscience de la vacuité de nos vies. Parce qu’il ne ressent rien et qu’il est obligé de simuler nos émotions, il met en exergue le ridicule de nos comportements. Vous n’avez jamais ri aux éclats à une blague que vous ne compreniez pas?

Le futur sera trash

Oui ce sont nos vies qui sont parfois les plus trash.
Les fictions (oeuvres) trash sont là pour le révéler et nous en faire prendre conscience. Mais le rôle des oeuvres trash est aussi de porter un regard plus positif sur la vie car la prise de consciences de certaines faiblesses ou maux , permet de mieux vivre et apprécier les choses qui nous semblaient (trop) simples.
Elles permettent aussi souvent, en dehors de cette phase d’ introspection, d’en ressortir plus « positifs ». Je ne résiste pas à la tentation de recopier ici le dialogue de clôture de l’épisode 5 entre Dexter (Tueur en série) et Rita (sa petite amie, ex femme-battue) :

– Dexter : Je veux un jour être satisfait et juste me sentir…
– Rita : …bien, comme tout le monde.
– Dexter : Je veux…
– Rita : Une vie normale.
– Dexter : Oui, une vie normale.
– Rita : C’est là tout ce que je veux.
– Dexter : Juste ça.
– Rita : Ni célébrité ni fortune…? Les sensations fortes à tout instant ?
– Dexter : Non, j’ai eu assez de sensations fortes. Merci.
– Rita : Maintenant…Je prendrai la routine.
– Dexter : Être dans la moyenne.
– Rita : Le commun.
– Dexter : C’est bizarre, non ?
– Rita : Oui.

J’espère que vous aurez apprécié le petit voyage underground que nous vous avons proposé. En ce qui me concerne j’ai pris énormément de plaisir à monter ce dossier avec Serialbuzzer et j’ai appris beaucoup sur le sujet. Il est difficile de faire un état exhaustif sur le sujet tant il est vaste. Si ce cycle vous a donné envie d’aller plus loin, alors notre pari est réussi. En tous cas nous avons fait en sorte de vous donner des clés de réflexion et d’interprétation. Car à n’en pas douter, le futur sera trash.

A lire aussi:
# Bienvenue dans le trash
# Le trash

# Le trash, un phénomène de société

# American Trash Dream
# Pour en finir avec le trash