Le BAC et tout ce qui va autour est un marronnier dont les médias ne sauraient se passer. Chaque journaliste y va allègrement de sa petite recette pour vaincre le stress, du parcours des sujets en fourgons blindés ou de la préparation des salles d’examens.Remember

Il est un sujet, parmi tous ceux-là, qui me plait particulièrement et il fait aujourd’hui l’objet d’un article dans les milieux avertis : La « loterie » de la notation au bac soulignée par une étude de l’Iredu. En effet, cette étude très sérieuse menée par des chercheurs du CNRS, démontre scientifiquement, que l’obtention du Bac dépend fortement de la notation des professeurs et que cette même notation, subit une dispersion autour d’une note moyenne plus ou moins forte selon la matière (Maths ou philosophie)… Je n’ai perdu personne ?

Cette étude n’a pas «l’ambition d’exposer des analyses novatrices […], il s’agit simplement de témoigner du caractère aléatoire de la notation avec des données récentes ». Afin de corriger ces problèmes, il est préconisé de supprimer le bac, de faire des QCM, de détailler les grilles de correction, de changer les coefficients, ou de passer au contrôle continu, etc… comment dire…

Etude ou rapport de stage?
Premièrement, je m’interroge sérieusement sur l’intérêt de reprendre une telle étude.
Il est évident que ce torchon de 18 pages est de la même veine que tous les mémoires que j’ai pu rendre durant mes 5 années d’étude. Les miens n’ont pourtant jamais eu l’honneur de figurer dans le Monde ou le Figaro malgré des sujets pourtant hyper novateurs pour l’époque (si, si !)*. Cette pseudo étude réalisée au mieux par un stagiaire, au pire par un thésard est un ramassis de poncifs et de lieux communs dans lequel les chiffres ont été actualisés, et que des journalistes (probablement politiques) ont cru bon d’intégrer dans la rubrique Société. On approche du foutage de gueule en même temps que de la conclusion, lorsque le chercheur-auteur en « tire des enseignements » : «Cette expérimentation ne fait que confirmer les conclusions bien connues des recherches antérieures »
Même moi, j’inventais mes conclusions…

Un pacte de confiance
Deuxièmement, je m’interroge sur l’intérêt et la volonté de changer un système qui ne sera jamais égalitaire. La notation, l’évaluation, l’appréciation ne seront jamais des critères parfaits puisqu’ils sont en soi des jugements, donc des critères subjectifs. Cette notion de   subjectivité couplée à celle du jugement sera toujours source d’injustice, mais pourra aussi amener à de la compréhension. Il existe dans notre société un pacte social, qui soumet l’élève au jugement du prof créant par la même une notion de confiance : « tu me juges mais j’ai confiance en ton jugement ». La mise en place d’un contrôle continu, d’un QCM ou de tout autre système ne fait en réalité que repousser le pacte de confiance ailleurs.

Métaphore du monde réel
Enfin, quel est l’intérêt pour un système éducatif national de faire croire à ses élèves et donc à ses futurs citoyens, qu’ils ne seront jamais soumis ni au jugement ni à l’injustice ?
Le jugement sera toujours présent que ce soit lors d’un oral, d’un entretien d’embauche ou dans regard des autres. L’injustice existera toujours, elle aussi. Vous l’appellerez malchance, hasard ou destin, il arrivera toujours des événements que vous considérez comme justes ou injustes.

Malgré le côté faillible du jugement humain, de l’évaluation ou de l’appréciation, ce système a du bon. Il permet de replacer les choses dans un contexte, de les  mettre en relief et de dépasser le simple cadre de la règle ou de la performance.Alors bien sûr, le point de départ de cet article est le bac et l’évaluation permettra par exemple de sauver le bon élève qui a un coup de pression. Mais cela prend tout son sens devant un tribunal où l’application pure et simple de la loi et de ses sanctions pourrait être parfois désastreuse.

Vous l’avez compris, il est temps selon moi d’arrêter les « études » minables mais surtout d’en tirer des conclusions. Et vous, pensez vous que le système actuel du bac soit à remettre en question ?

*Note de Florian : vous pouvez lire sur ce blog un de mes rapports de dernière année