29 janvier 2010

# Delphic: Acolyte

DELPHICVoilà quasiment un an que Delphic et moi entretenons une relation suivie. Découvert un peu par hasard, en première partie d’un concert de Bloc Party à l’Olympia, l’impression d’avoir assisté à l’éclosion d’un phénomène était telle que je m’inscrivais immédiatement à la newsletter du groupe.

Il faut dire que les premières parties de concert éblouissantes ne sont pas légion et ce soir là, Delphic était même au niveau de ses désormais illustres aînés ; c’est dire l’immédiateté de leur pop rétrofutriste.
Tout au long de cette année, le groupe n’a cessé de tourner sur chaque continent pour faire découvrir les morceaux d’Acolyte et a parallèlement distillé sur son site quelques morceaux et vidéos, créant et alimentant ainsi une attente rapidement devenu insoutenable.

L’ouverture  « Clarion Call », tempête de beats sismiques et de guitares déchirantes (à moins que ce ne soit l’inverse) rafle tout sur son passage en à peine 3 minutes. « Doubt », nouveau single, est un empilement de nappes électroniques, rencontre rêvée entre Bloc Party et Underworld.
Les autres morceaux déjà connus, « This Mommentary », « Submission » et « Counterpoint font sans nul doute partie de ses titres dont Peter Hook (ex New Order et leader de Bad Lieutenant) rêve la nuit.
Mais là où Delphic fait clairement la différence c’est sur cette recherche mélodique permanente et semble-t-il innée tant les fausses notes ou fausses bonnes idées sont absentes d’Acolyte.  Pour preuve l’exercice périlleux du titre instrumental (« Acolyte ») qui scinde l’album en deux et qui aurait pu être un trip intello branchouille sans saveur alors qu’il s’avère être une pierre angulaire post electro de 9minutes essentielles, irradiant nos oreilles de rayons électroniques en tout genre.

[pro-player] http://www.youtube.com/watch?v=U-eMFRqeNRM [/pro-player]

En écoute « Doubt » en Live

New Order des temps modernes

Peu de groupes ont d’ailleurs cette faculté à faire planer et danser en même temps et je ne peux encore éviter la comparaison avec Underworld, LA référence du genre ou encore Cut Copy avec qui ils ont également tourné.
Mais à partir du moment où l’on sait que ces gars là viennent de Manchester, ville emblématique  de la musique anglaise une seule formation revient irrémédiablement à l’esprit : New Order où comment faire danser les gens sur de la pop synthétique sombre.

New Order des temps modernes donc, ou Underworld façon indie, qu’importe, Delphic comble sur Acolyte, tous les espoirs placés en eux avec un ressenti vraiment symptomatique, mélange inextricable de sentiments suivant l’humeur dans laquelle on se trouve : mélancolie, noirceur, danse, transe.

A noter que sur scène, le trio évite les représentations digitales façon claviers/laptops en délivrant un son plus catchy et instrumental, de quoi faire chavirer et voyager le public.
Et comme on en redemande les anglais continuent de proposer gratuitement des titres live et même certains inédits (Alterstate, Sanctuary) sur leur site delphic.cc.

Vous l’aurez compris, au sein du sanctuaire de l’electropop, si sur l’autel l’heure est encore aux sacrifices de trop nombreux groupes insipides, au cœur du temple, le culte voué à Delphic ne fait que commencer.
C’est l’oracle qui vous le dit !

Pas chroniqué mais vivement conseillé :

CONTRAContra par Vampire Weekend : retour des new yorkais qui incluent sur ce nouvel album l’expérimentation électronique déjà vu sur le side project d’un de ses membres (Discovery) mais sans pour autant oublier les fondements de leur première livraison, bluffant !



GushEverybody’s God par Gush (sortie le 15 février) : gros coup de cœur pour ces petits nouveaux, français et une musique bourrés d’influences d’hier (Beatles, Beach Boys) et d’aujourd’hui (Beck, Last Shadow Puppets) pour un résultat hors du temps, rock décomplexé et funky d’une fraîcheur inouïe.

[pro-player] http://www.youtube.com/watch?v=87LwEiYmO04 [/pro-player]

« Let’s Burn Again » en écoute

Join the conversation! 2 Comments

  1. [...] ceux qui trouvent Delphic un poil trop parfait, trop intello ou trop politiquement correct, je vous propose cette semaine une [...]

  2. [...] 2010 s’annonce comme un grand cru en terme de musique atmosphérique tranchante. Après Delphic et Yeasayer voici venir la galette du groupe le plus buzzy de ces dernières semaines : Tourist [...]

Comments are closed.

Category

Culture

Tags

,