Audi R8

Audi TT RS, Audi RS5, Audi S3, Audi R8 V10 sont des lettres qui font rêver les grands garçons. Même si à 30 ans, on est sensé être  grand, on reste surtout de grands rêveurs, voire de grands enfants. Et comme la nature est parfois bien faite, 30 ans c’est aussi l’âge de la technologie Quattro chez Audi. La marque aux anneaux en a profité pour inviter ses meilleurs clients et quelques blogueurs privilégiés afin d’essayer ses plus beaux modèles sous le soleil au Circuit du Castellet. Une belle journée placée sous l’expérience de la conduite.

8h du matin, un samedi. Je découvre que le soleil se lève tôt, même les samedis et qu’il se lève à Marseille mais pas à Paris. J’ai beau ne pas être matinal,  le jeu en vaut la chandelle, nous nous rendons avec Romain et Guillaume de Fubiz, Nicolas des Rhabilleurs et Pierre-Jean de Soblacktie sur le circuit du Castellet à 30km de Marseille pour essayer de jolies Audi.

QuattroLa journée est une invitation à célébrer l’anniversaire de la technologie Quattro, le système de transmission intégral (4 roues motrices) et à la comparer à des modèles deux roues motrices. Par ailleurs, j’invite les curieux et les mécanos à jeter un œil sur le site Audi dédié à la technologie, plutôt bien réalisé.

Après une courte explication technique et historique du principe de motorisation 4 roues, différent pour tous les modèles, la journée devrait débuter par des essais sur piste mouillée, virages et freinages d’urgence, suivi de quelques tours de circuit sur Audi TT RS et RS5. L’après-midi se poursuivra avec un essai de l’Audi Q7 en sous-bois, enchaîné avec un voyage dans le  vaisseau amiral, la A8. Et puisqu’il vaut mieux finir en beauté, c’est le volant de la sublime et féline R8 qui nous est confié un (trop) court instant sur les routes varoises.

« N’hésitez pas à appuyer ! »

Une piste mouillée, six bijoux, quelques possibilités.
Voitures essayées : Audi A3, Audi S3, Audi TT, Audi TT RS, Audi A5 et RS5
L’objectif de la séance est de mettre en avant le système Quattro dans des conditions climatiques (la pluie donc) difficiles, lors d’un démarrage rapide, d’un virage serré ou d’un freinage d’urgence. Alors que l’instructeur nous invite à pousser un peu la voiture pour accentuer la démonstration, le résultat est sans appel. Les 4 roues motrices collent à la route, là où les autres véhicules passeraient pour des caisses à savon (A3, TT et A5, je rappelle). On s’imagine (difficilement) alors quel pourrait être le résultat au volant de sa Clio habituelle ?!

Sans rentrer dans des considérations techniques, l’exercice est surtout jouissif puisqu’il est possible de s’amuser avec une voiture sportive sans avoir peur de tuer quelqu’un ou simplement de la mettre dans le fossé. Ensuite, le sens des mots accélération, dérapage, freinage et plaisir de conduite reprennent du sens, eux qui ne me n’avaient plus été aussi familiers depuis fort longtemps. Enfin, l’exercice de comparaison est diablement efficace et nous donne envie d’en faire plus.

En marge de la démonstration, notre instructeur met en avant, que des voitures de tailles similaires (TT et A3) n’ont pas forcément les mêmes comportements (motorisations, transmission, équilibre…) et qu’il est donc indispensable d’essayer une voiture avant de l’acheter, surtout lorsqu’on y met le prix.

De nouveaux repères

Après cette délicieuse mise en bouche, il est temps d’essayer la TT RS sur une petite section du Castellet.
Guidé par une Audi R8 qui donne le rythme, l’objectif n’est pas de faire un chrono ni de prendre une leçon de pilotage mais « simplement » de se faire plaisir sur une petite piste, en accélérant fort, tournant vite et en freinant dur. Et dans ce registre, la petite TT RS donne du plaisir sans compter. Se conduisant comme un karting, elle réagit au doigt et au pied et colle à la route! Quel régal de pouvoir écraser l’accélérateur et de sentir que la voiture ne demande que ca ! Quel dommage de s’arrêter aussi rapidement.

Mais c’est pour reprendre le volant de la RS5!! Plus sauvage, plus longue, plus lourde et plus puissante que la TT, il m’a fallu quelques tours pour dompter la bête et la boîte séquentielle (passage des vitesses au volant). A vitesse raisonnable et en ligne droite, cela peut sembler simple. Mais avec une voiture aussi puissante (4,6 secondes de 0 à 100 km/h) et sur circuit, les repères s’en vont (est-il normal d’être à 120km/h en seconde ?) et il n’est pas toujours aisé d’aller chercher la palette lorsque le volant est à l’horizontal… C’est à cette occasion que l’on m’apprend qu’on ne changea pas de vitesse dans le virage…:S

Demain, du plaisir et la suite sur Q7, A8 et R8 Spider

Triple R8

Join the conversation! 2 Comments

  1. Ces voitures sont vraiment magnifiques. Taillées comme des bijoux, matières, forme, acoustique, design … formidable !

  2. Oui effectivement l’objet en lui-même est beau. Et lorsqu’en plus, il est performant, c’est un rêve!

Comments are closed.

Category

Lifestyle

Tags

, , ,