Pour commencer tranquillement 2010 je vous propose un petit menu électronique, sans prétention, simple et efficace, pour passer facilement du farniente au coin de la cheminée à l’irrépressible envie de s’exciter sur le dancefloor.
Menu qui pourrait tout à fait s’appeler : « Musique, langue des émotions », en référence à la citation de Kant, tant il est plus facile de décrire des sensations, émotions, moments précis par une musique que par des mots.

Entrée : Relight par Dubphonic

Dubphonic

Le chef vous propose, en guise d’entrée, une installation sonore par Dubphonic, groupe français qui produit un trip hop envoutant, comme à la grande époque Portishead / Massive Attack.
Notes de guitare, voix suaves et rythmique dub sur lit de beats sombres vous feront planer haut, très haut. Tout au long de cet album sans faute, les parisiens créent une atmosphère cosy, intimiste. Pas entendu d’aussi bonne galette de ce style depuis le superconductivity de 2square, moitié de Télépopmusik. En écoute: The Only Girl On Earth

[pro-player] http://www.youtube.com/watch?v=S-r6WJa2xrs [/pro-player]

Plat : Tarot Sport par Fuck Buttons

fuckbuttons_tarotsportPour continuer sur une touche originale et inoubliable, Fuck Buttons, duo anglais, acène une musique que l’on pourrait appeler post-electro, en référence aux longues plages post-rock et à ses guitares saturées. Les couches électroniques s’arrangent ici, pour former des murs mélodiques immenses et infinis… un voyage noisy sans retour au goût d’extase sur lequel on est certain de revenir. En écoute : Surf Solar

[pro-player] http://www.youtube.com/watch?v=5hQXSsbQCMs [/pro-player]

Dessert : Alone par Enola

EnolaFinir sur une note sucrée exigeante et notamment capable d’aiguiser nos appétits de danses effrénées n’est pas chose aisée. Heureusement la France a des trésors sonores cachés pour combler ces attentes et, grâce à Enola,  le temps est venu d’entamer une « rêves party » frénétique. Le bisontin élabore des textures mid tempo complexes, véritables invitations à l’évasion et s’impose comme le chaînon manquant entre Trentemoller, Apparat et Laurent Garnier, Agoria. Le dancefloor n’attend plus que vous. En écoute sur son myspace