Cela faisait longtemps que l’on attendait une émission qui montre les attentes des Français sous une lumière aussi clairvoyante de véracité. Je n’avais jusqu’à présent, pas eu le temps de la regarder mais les vacances de mai m’ont enfin libéré du temps. Ce programme est une vitrine ouverte qui permettrait, aux hommes politiques, s’ils la regardaient, de mieux comprendre les citoyens. Vous l’aurez compris, je parle évidemment du Juste Prix.

Juste prixJe rappelle le principe de cette émission incroyable de véracité, diffusée il y a quelques semaines, aujourd’hui remplacé par « Qui veut gagner des millions ».
L’émission est animée par Lagaff, déjà coupable du Big Deal et Gérard Vivès, anciennement prof de sport dans la sitcom « Les filles d’à côté ».
Le public est constitué de candidats, qui une fois tirés au sort peuvent jouer. Jouer signifie estimer le prix de différents articles du quotidien (croquettes pour chien, couches, cuisine…) et si vous êtes le plus proche, vous gagnez l’article.

A la fin de l’émission, vous tournez la roue pour avoir le droit d’estimer « la vitrine », généralement composée d’une voiture, d’un voyage et d’une pièce entière de la maison, cuisine, salle de bains ou salon. Un concept assez simple et convivial, qui existait déjà au début des années 90 et qui permet à toute la famille de se retrouver devant la télé.

Pourquoi d’utilité publique ?

Tout le monde devrait regarder « Le Juste Prix », car cela rappellerait ce qu’est la vraie vie pour les vraies gens. Au premier visionnage, il est tout d’abord difficile de comprendre la joie que les gens expriment lors de leur qualification. Le simple fait de participer ou plutôt d’envisager de gagner quelque chose les met dans un bonheur indescriptible, une joie démesurément exprimée par des roulades, des cris, des pleurs, des bonds et des embrassades, régulièrement présents au Zapping.
Ces gens qui n’ont rien gagné sont heureux. Imaginez-les lorsqu’ils repartent avec le téléviseur LCD…
Ce jeu devrait être regardé par nos hommes politiques également pour qu’ils comprennent ce que les Français attendent de la vie: du rêve, du jeu, du cadeau.
Même si cela paraît dérisoire pour certains, c’est ce que nous attendons tous finalement. Nous aspirons à une vie meilleure, à nous détendre et à un coup de pouce du destin. En faisant rêver les gens, même à de petites choses, vous les rendez heureux.

Pour aller plus loin

Le jeu des boîtes. « A prendre ou à laisser », le jeu animé par Arthur sur TF1 et dont le concept est simple : des sommes d’argent allant de 1 centime à 500 000 euros sont réparties dans des boites en carton. Le candidat élimine ensuite au hasard les boites une à une jusqu’à la dernière. Le jeu est ponctué d’offres du banquier, qui propose de racheter ou d’échanger la boite du candidat.
Avec ce jeu, on réalise vraiment que l’appât du gain annihile définitivement la notion de l’argent. On voit ainsi régulièrement des chômeurs, des mères de famille, refuser des offres de 20, 30, 50 000 euros parce qu’il reste 1 chance sur 12 d’obtenir 200 000 euros…
Il devient difficile  voire impossible d’interpréter ces comportements pour la simple raison que personne n’a les mêmes rapports à l’argent, les mêmes attentes, les mêmes espoirs, ni les mêmes rêves.

PigeonMais, au final, même si chacun voit midi à sa porte, ces émissions méritent absolument d’être regardées et en particulier par les gens qui nous gouvernent. Ils comprendraient deux choses. La première est que l’espoir de gagner rend les gens heureux. La deuxième, l’espoir de gagner plus occulte le fait d’avoir un peu. Prenons note et donnons espoir aux Français, aux électeurs: du rêve, du jeu, du cadeau.