Il manquait une bonne série pour cette rentrée 2014, les suites ou les nouveautés manquant désespérément de saveur. Il fallait en fait remonter au printemps pour trouver une série enneigée, pleine d’humour et de suspense.

Tiré d’un très bon film

affiche FARGO 1996Tout le monde ou presque a déjà entendu parler du film FARGO, des frères Ethan et Joel Coen, sorti en 1996. Il avait reçu un accueil critique excellent (César du meilleur film étranger 97) malgré un « faible » nombre d’entrées en salles (630 000).
L’histoire se déroulait dans le Minnesota et racontait comment un vendeur de voiture un peu minable tentait d’escroquer son beau-père en embauchant deux voyous pour kidnapper sa femme et obtenir une rançon. Evidemment, rien n’allait se passer comme prévu.
Violence, humour noir, réalisation impeccable et casting sur-mesure (William H. Macy , Steve Buscemi…), le public allait adorer ce mélange détonnant et assez nouveau, deux ans avant The Big Lebowski.
Donc quand l’idée de créer une série autour de ce film « culte » devient réalité, l’angoisse s’installe et on craint que la réalisation et le scénario au rabais ne viennent tâcher l’œuvre originale. Et en fait, pas du tout.

« This is a true story »

Fargo 2014, c’est d’abord dix épisodes de 50 minutes diffusés sur FX (Sons of Anarchy, American Horro Story), diffusés en avril dernier.
Cette histoire vraie se déroule toujours dans les plaines glacées, balayées par la neige et le blizzard du Minnesota. Lester Nygaard est un agent d’assurance un peu minable et carrément loser, un peu malmené par sa femme, son frère et son « bully » (la brute du lycée).
Alors qu’on vient de lui casser le nez, il rencontre aux Urgences, un étrange personnage, Lorne Malvo un tueur à-gages plutôt efficace. A partir de ce moment, sa vie va être complètement chamboulée.
En dix épisodes, les situations les plus tordues vont s’enchaîner, mêlant violence, bassesse, bêtise et manipulations, à tel point qu’on peine à chaque instant, qu’il s’agisse vraiment d’une « True Story ». Heureusement, le générique nous le rappelle à chaque début épisode.

Un sacré casting

La réalisation est vraiment bonne. On voit avec plaisir et sans longueurs, les personnages errer et évoluer dans le Minnesota, cet état d’Amérique sauvage, à l’hiver rugueux et aux maisons chaleureuses. L’humour est omniprésent, souvent noir et macabre.
Le casting est parfait. Martin Freeman (Bilbon le Hobbit) est parfait dans le rôle de l’assureur-paillasson, autant que Bill Bob Thorton, dans celui du loup solitaire.
Les seconds rôles de « Saul Goodman » (Breaking Bad), de « l’inspecteur Lundy » (Dexter) ou de Adam Goldberg (mais si, lui), donnent une qualité cinématographique très agréable au show.Martin Freeman aka Lester Nygaard FARGO

 

Bob Thornton aka Lorne Malvo FARGO

Anthologique

L’avantage de FARGO, c’est qu’il s’agit d’une anthologie, format à la mode, qui vous garantit une saison complète, avec un début et une fin. Il se murmure qu’une saison 2 est en préparation avec donc, une nouvelle intrigue, de nouveaux personnages, de nouveaux décors.
Si vous n’avez pas trouvé votre bonheur parmi Gotham (trop décevant), la saison 4 de Homeland (trop mou),  la saison 2 de Orange is the new Black (trop long) et que l’attente de House of Cards ou de Game of Thrones est trop grande, précipitez-vous sur FARGO. Vous ne serez pas déçu.