genY

genYMes observations m’ont permis de me rendre compte qu’il existait un fossé assez important entre les 13/20 ans et les 20/30 ans alors que nous appartenons à la même génération, appelée « génération Y » par les sociologues.
J’ai choisi comme limite arbitraire avec mes cadets l’entrée dans la vie active. J’avertis ici le lecteur que vais être amené à généraliser, le format du blog m’y contraignant.

Les « Djeuns »

Les actifs qui ont des jeunes frères et sœurs (13/20 ans) ou ceux qui sont en contact avec cette population doivent déjà sourire en anticipant les remarques que je vais formuler…
Ces jeunes me font parfois me sentir dépassé, rétrograde, en somme « un vieux con » (je me surprends à dire « à mon époque » pour parler d’il y a 10 ans…).

Le « djeuns » (appellation affective) est un natif d’Internet, des technologies de communication et des réseaux sociaux. Dès son plus jeune âge, il est suréquipé : téléphone portable, lecteur mp3, APN.
Il est par ailleurs fort consommateur de services associés (téléchargement de sonneries, jeux en ligne…). Ils sont ultra-précoces et compétents dans ce domaine. Leur communication « live » est le reflet de leur utilisation de ces médias : ultra-directe. En contrepartie, ils maîtrisent de moins en moins bien la syntaxe française et l’expression du subjectif et des sentiments. Leur mode de consommation transposé sur leur utilisation de la télé et de l’Internet les rend versatiles et exigeants (Client-Moi).

L’argent

Le rapport à l’argent des jeunes a évolué depuis quelques années. La valeur des biens est complètement déconnectée de la notion de coût et d’effort à fournir pour obtenir cet argent.
La société de consommation moderne (marketing individualisé) a élevé la génération Y et lui a créé de nouveaux besoins. L’achat d’une télévision était ce qui arrivait en dernier dans l’équipement d’un foyer pour leurs parents, mais pour leurs enfants c’est une priorité au même titre qu’un ordinateur et une connexion internet (et si on a pas de sous il ya Cofidis….). A 15 ans, on porte sans complexe Dior, Chanel, Céline… sans réaliser que ses solaires Prada correspondent à 1 semaine de travail d’une majorité de français, ou que sa Playstation 3 c’est deux mois de loyer pour certains foyers.
Sans notion de valeur de l’argent et du travail, comment motiver ces jeunes à prendre en main leur avenir professionnel ?
Je pense que beaucoup partent du principe que ce qu’ils possèdent maintenant (fruit du labeur de leurs parents) est un acquis. Par ailleurs les médias, à travers les reality shows continuent à cultiver l’illusion que l’on peut réussir et s’enrichir sans effort (mais la notoriété n’est pas synonyme de richesse…).

Génération 35h

Dans le prolongement de cette idée, les jeunes vivent dans un monde où plaisir et loisirs sont les maîtres mots. Un décalage énorme se crée alors avec le monde du travail.
J’ai rencontré un certain nombre d’étudiants dans des forums qui postulaient pour des stages d’ingénieurs. Parmi leurs principales préoccupations : congés, possibilité de faire ou non du sport après le travail, les horaires, CE, avantages, s’ils peuvent ou non travailler à l’étranger…dans leur esprit, c’est l’entreprise qui doit désormais les séduire avec ce qu’elle pourra mettre à leur disposition. Génération 35 heures.

Mais le tableau n’est pas si noir que cela. La capacité des jeunes à remettre en question l’ordre établi et les conventions (la presse de mode faisait les tendances, c’est dorénavant les professionnels qui observent les jeunes dans la rue pour établir leurs collections) sera un formidable atout pour la société.
Les préoccupations environnementales et éthiques des jeunes sont supérieures à celles de leurs aînés, ce qui montre un sens des responsabilités communes.
De même ils ont intégré la notion de réseaux sociaux très jeunes et le travail collaboratif, ce qui est un atout pour l’Entreprise. Enfin, ils peuvent entreprendre plus facilement que leurs jeunes aînés car ils n’ont pas le souvenir de l’éclatement de la bulle Internet.

Prochaine Partie : les jeunes actifs

Sur ce sujet : Génération Y 2.0
Wikipedia