les-simpsons-font-un-harlem-shake

Quel sens peut-on donner au Harlem Shake ? A priori, cette danse n’en a aucun. C’est un truc aussi inutile et éphémère qu’un tweet. Souvent comparé au Gangnam Style et ses 1 milliard 400 millions de vues, les deux phénomènes n’ont pourtant absolument rien à voir. Et si, au-delà des 30 secondes de n’importe quoi, le Harlem Shake représentait à la fois un moyen de se rassembler, de communiquer, de contester?

Le Harlem quoi?

Harlem ShakeEn un mois, le Harlem Shake est devenu un phénomène planétaire mais vous avez le droit de ne pas connaître.
Né en février 2013, c’est un clip vidéo de 30 secondes seulement, constitué de deux parties de 15 secondes sur une musique de Baueer « Harlem shake ».
Dans la première partie, une personne généralement masquée s’agite devant un groupe qui l’ignore. Au bout de 15 secondes, c’est le chaos, le groupe entier se met à danser frénétiquement et n’importe comment.

 

A l’origine

L’histoire n’est pas très intéressante et somme toute banale.
Dans les années 80 à Harlem, un fan de basket danse à la mi-temps des matchs en agitant ses bras. Le Harlem Shake reste local mais au début des années 2000, est intégré dans un clip de rap. Le Youtuber Filthy Frank le partage en août 2012 sur sa page avec la musique de DJ Baauer. Cinq Australiens en latex reprennent la vidéo en février qui devient inexplicablement populaire et imitée plusieurs centaines de millions de fois.

La vidéo originale du Harlem Shake

Universalité ou stupidité ?

Personne ne pouvait en prévoir le succès puisque rien dans le Harlem Shake n’est identifiable à part le format.
La chorégraphie n’est jamais la même tout comme les costumes ou les acteurs. Il n’y a aucun message, aucun sens.
Le succès du Harlem Shake est dû à son format court, 30 secondes dont 15 où il ne se passe rien. De plus, il ne coûte rien à mettre en oeuvre et n’appartient à personne. Il ne véhicule aucune idéologie, aucune image négative: le HS est universel et se vit simplement comme une expérience collective qu’on pratique avec des amis, des collègues, des coéquipiers ou des inconnus.

Aujourd’hui, des millions de versions ont vu le jour avec des succès locaux. Seules quelques versions font parler d’elles soit par leur caractère transgressif (la nudité ou la simulation d’actes sexuels) ou le lieu où elles ont été tournées (avion en vol, au fond d’une mine ou en Egypte).

Finalement, on peut trouver chaque version du « HS » inutile ou complètement stupide (c’est mon cas) mais l’est-elle plus qu’un tweet, dont tout le monde loue le caractère révolutionnaire?

La Liberté des uns, le Chaos des autres

harlem-shakeA l’image des Tweets, 95% des contributions Harlem Shake n’ont aucun intérêt.
La majorité sont de pâles copies, des réalisations sans talent ni originalité, tout comme les conversations sur Twitter sont futiles et vides, à tel point que #EnmodeAyem (Les Anges de la téléréalité) peut devenir le sujet le plus commenté sur le réseau social.
Au milieu de ce nuage de rien, certaines versions parviennent à émerger.
En Egypte ou en Tunisie, les 30 secondes de Harlem Shake ont été comprises comme des formes de contestation par le pouvoir et ont parfois été réprimé. Dans ces pays en pleine mutation politique le « HS » est devenu une forme de résistance, une danse pour semer le chaos dans un monde trop policé, trop policier.

Le Tweet musical

SockingtonLorsque Twitter s’est démocratisé, le même phénomène s’est produit. Perte de temps, inutilité des conversations, personne voyait l’utilité du nouveau réseau social.
140 signes, c’est peu, tout comme les 30 secondes de clip vidéo. Mais le format court et standardisé a permis la compréhension rapide du concept et sa massive diffusion.
En 2009, lorsque Sockington, un chat, est devenu une star de la Twittosphère, on a cru toucher le fond. Peut-être le Harlem Shake est-il le nouveau Sockington…

Le Net, les réseaux sociaux sont capables du meilleur comme du pire.
Malheureusement, le pire est toujours plus visible que le meilleur. Mais il faut garder en tête que derrière 1000 tweets sur la Star Ac se cache peut-être un témoignage de guerre ou de catastrophe.

Le monde entier est touché

Enfin, pour comprendre l’ampleur du phénomène, Euronews a fabriqué cette petite planisphère du Harlem Shake.
Enjoy… ou pas!

Join the conversation! 3 Comments

  1. C’est le coté n’importe quoi qui donne cette ampleur. 30 sec où les personnes ne se prennent pas au sérieux!
    Je suis curieux de voir l’imagination que peuvent avoir les acteurs. Avec une préférence pour les clips réalisés par les clubs de sport. On notera le Miami Heat pour la NBA, Manchester City, AS Saint Etienne pour le Football, Nortwestern pour le Football US, UGA Men’s Swim pour la natation…

  2. Le monde est vraiment bizarre. Psy et son Gangnam Style qui ne cesse de battre des records de vues sur Youtube. Je n’ai d’aillleurs jamais vu le clip mis à part deux ou trois extraits. Je ne sais pas où nous allons avec tout ça mais nous y allons… Et la K Pop qui débarque en France…
    Idem pour le Harlem Shake, je n’ai rien compris ; on frôle le degré absolu du grand n’importe quoi. (Vous allez certainement me dire qu’il n’y à rien à y comprendre).

    La seule explication que je vois au succès de ces deux manifestations semble être la distraction pure et simple, l’envie de se poser et de rire un bon moment. On ne peut pas nier l’effet fédérateur et l’émulation no-sense qu’elles provoquent.

    La télévision est en train de formater une partie de la population et je me demande comment tout cela va-t-il évoluer.
    On copie tous les formats d’émissions (musicales, culinaires, de décoration, de rencontre de « l’âme-cœur »…). Les chaînes de TV françaises n’importent plus que des séries US avec comme héros principal un Consultant, c’est à la mode. Ah si, on « exporte » des Lillois aux States, pas mal pour l’image de la France…

    Et quant au tweet, que dire, mis à part que c’est une sorte de message facebook instantané qui la plupart du temps est très intéressant et pertinent… Il a bien fallu s’occuper à la soirée des Brit Awards au lieu d’écouter les groupes qui passaient.

  3. Pour moi ces 30 secondes de n importe quoi ont la même fonction que le Carnaval jadis . Quelques jours par an où tout était autorisé qui permettent de supporter la rigueur du reste de l année.

Comments are closed.

Category

Web

Tags

, , , ,