stoya 2Une femme qui prend du plaisir c’est forcément cochon. Pourtant, à première vue, un plan fixe en noir et blanc sur une jeune fille qui lit, ca ne présage rien de très excitant. L’expérience qu’a mené Clayton Cubbit, un photographe américain, montre le plaisir féminin dans sa forme la plus naturelle, la plus basique, la plus belle qui soit: sur le visage d’une femme. Sans divulguer le moindre espace de chair ou le moindre organe, la lecture s’avère avec lui, une véritable expérience sexuelle.

Le plaisir de lire

Clayton Cubbit 2Clayton Cubitt est un photographe de mode et d’art, qui aime mélanger les genres: portrait, paysage, porn-art et voitures, les thèmes sont multiples et s’enchaînent sans transition. A mi-chemin entre Terry Richardson et David LaChapelle, son travail est très moderne, sexuel, contemporain. Suscitant forcément une réaction, Cubitt arrive très souvent par provocation ou démarche artistique, à saisir la vérité d’un instant. Avec Hysterical Literature, il s’attaque via la lecture, à la Femme et à son plaisir.
Ce n’est pas porno mais vous ne devriez probablement pas la regarder au travail…

Stoya…

… lisant “Necrophilia Variations” by Supervert.
Les sous-titres sont disponibles en français.

L’expérience

« Habillez-vous comme pour une date avec un Homme, pas un gamin« .
Stoya décrit sur son Tumblr cette nouvelle expérience. Le mystère qui entoure la scène, un soupçon d’exhibitionnisme, l’obligation de garder le contrôle, la première rencontre avec le « Magic Wand », sont autant de nouveautés et de raisons qui l’ont incité à dire Ouuui.
Une fois installée à la table, elles est seule face caméra. Il n’y aucune communication entre la lectrice et le « distracteur », équipé d’un vibromasseur Hitachi. Il n’a pas de consigne, ni de plan établi. Tout se fait au feeling. Certaiens vidéos durent 5 minutes, d’autres 15. Certaines filles ont eu un orgasme, d’autres pas. Aucun intérêt à simuler…
Cubitt explique que son objectif premier était de saisir la vérité d’un instant, un moment de laisser-aller, hors contrôle.
D’autres projets avaient été testés par ailleurs, un eye-contact de 5 minutes avec la caméra, une « distraction » sans lecture par exemple, mais ils n’apportaient pas le même rendu.
Les femmes entretiennent avec les mots un rapport particulier qui collent bien à l’exercice, même si la plupart d’entre elles n’ont aucun souvenir de la deuxième moitié du texte

Alicia…

… lisant “Leaves of Grass” de Walt Whitman

Qui sont ces femmes?

La plus connue, c’est Stoya, une actrice X très connue aux Etats-Unis. Pour « l’expérience », il fallait forcément des femmes capables d’assumer visiblement leur sexualité.
Concernant les autres filles, à part leurs prénoms, je ne les connais pas. Il doit s’agir d’actrices, de modèles ou de danseuses burlesque. Si vous connaissez Teresa, Danielle , Alicia, Stormy Leather ou Solé, laissez-nous un commentaire.
Il est en tout cas très étonnant et intéressant, de voir à quel point nous pouvons être semblables et différents en même temps: tremblements, halètements, trémolos, hésitations, cambrements, chacune de ces filles exprime à sa manière une forme naturelle du plaisir.

Danielle…

… lisant « Still Life With Woodpecker » by Tom Robbins.

 Un support… éducatif?

Evidemment impudiques, on rentre avec ces lectures hystériques, dans l’intimité la moins crue de ces femmes.
Malgré l’absence de corps nus, de contacts charnels, ces vidéos sont indéniablement érotiques et hypnotiques.
La lecture lente et progressive, portée par une voix douce et monotone devient une berceuse fascinante. Le plaisir féminin s’offre petit à petit au spectateur dans ses moindres détails, dans des subtilités invisibles au quotidien. La proximité et la véracité de cet orgasme, (a priori) non simulé rendent la vidéo carrément… pornographique.

Finalement, Clayton Cubitt réussit son pari, sa recherche de la vérité. Ses vidéos ne laissent indifférents ni les comédiennes, ni les spectateurs. Véritables expériences visuelles et humaines, ces Littératures Hystériques n’ont pourtant aucune valeur universelle. Néanmoins, elles auraient au moins le mérite de prouver à certains Hommes mal dégrossis, à quoi ressemble un vrai orgasme, et qu’il n’est nul question de taille ou de performance. A défaut d’être utilisées à des fins masturbatoires, elles seraient alors éducatives…

Stormy…

… lisant « American Psycho » by Bret Easton Ellis.

[MAJ du 15/05/2014]:

Teresa

… lisant « Sexing the Cherry » by Jeanette Winterson

Marne

…lisant « Self-Portrait in a Convex Mirror » by John Ashbery
[MAJ du 15/09/2014]: