Aujourd’hui je vous propose l’interview de Guillaume, « 3D artiste » chez Eurocom (« Earth worm Jim », « Batman », « Harry Potter »…). Guillaume nous parle de son métier.

Flow (okcowboy) : Bonjour Guillaume, qui es-tu ?

Guillaume : Je m’appelle Guillaume Mollé, j’ai 24 ans, Je vis en Angleterre (plus précisément à Derby, ville d’environ 200 000 habitants en plein milieu du Royaume-Uni.)

Je Travaille actuellement dans le secteur du jeu vidéo, j’occupe le poste de «3D ARTIST», en clair je suis infographiste.

Flow – Comment t’est venue l’envie de faire ce métier?

Guillaume : Tout d’abord l’intérêt pour le jeu, bien que n’étant pas un « Hardcore-Gamer » [joueur « accro », NDLR], c’est plutôt le côté graphique du jeu vidéo qui m’a attiré.

C’est en faisant un stage dans une boite de 3D qui m’a donné envie de lorgner du côté de « l’entertainment » [industrie du loisir, NDLR].

Flow – En quoi consiste-t-il?

Guillaume : Je suis un modeleur/ Textureur Personnages, c’est-à-dire plus simplement que je m’occupe de sculpter en 3D et d’ajouter de la matière aux personnages du jeu.

Flow – Ton poste dans le détail?

Guillaume : Dans un premier temps, je reçois les dessins (concepts) des illustrateurs pour les transposer en 3D.

Ensuite, j’utilise un logiciel de modeling (modelage) pour la phase sculpture, puis un logiciel différent plus dédié au graphisme et au dessin pour ajouter les matières sur les personnages. Je m’occupe de leur conception mais pas de l’animation.

Flow – Quelles sont les différentes étapes du développement d’un jeu vidéo?

Guillaume : Il y a 3 étapes :

La conception :

-Le Gameplay (ce qu’on va pouvoir faire dans le jeu)

-Les concepts (c’est-à-dire les différentes illustrations qui donneront des références pour les infographistes)

La réalisation et le développement :

-Modélisations et texture des personnages

-Modélisations et textures des décors

-Animation des différents éléments graphiques

-Programmation en parallèle du moteur du jeu (de la programmation pure par des ingénieurs qui vont pouvoir intégrer tous ces éléments graphiques dans un logiciel, c’est-à-dire le jeu)

Le « débugg » :

Phase de démonstration du jeu où les différents problèmes et incohérences sont résolus.

Flow – Quelles sont les différences avec la réalisation d’effets spéciaux pour le cinéma?

Guillaume : La grosse différence avec le cinéma est que le jeu vidéo est interactif, et bien que les technologies évoluent, nous ne sommes pas encore arrivés au point où nous pouvons manipuler des images de synthèses aussi complexes que celles du cinéma, tout ceci en temps réel.

Nous utilisons donc graphismes « meilleur marché ». [Pour un jeu vidéo avec un rendu cinéma, les temps de calcul de l’animation seraient trop importants et les moteurs de jeux vidéos ne sont pas assez puissants pour l’instant, NDLR]

Flow – Quel est ton parcours?

Guillaume : Je suis sorti du lycée avec un Bac L option Arts Plastiques en poche, ensuite je me suis inscrit à l’université en Deug d’arts plastiques à RENNES.

J’ai passé trois ans en Deug (cherchez l’erreur), et à la fin de ces trois années j’ai réussi à m’inscrire en Licence Professionnelle Multimédias, où j’ai pu faire ma première expérience dans un studio de création 3D (studio d’architecture donc encore loin du jeu vidéo). J’ai par la suite décroché un contrat de 8 mois dans cette même société.

A la fin de mon contrat j’ai décidé de ne pas continuer dans cette boîte, je me suis donc retrouvé au chômage durant 4 mois. J’ai alors pu passer tout mon temps à progresser dans mes connaissances en 3D et trouver par la même un travail dans cette branche (quelque chose qui me correspondait plus en quelque sorte).

Je suis employé par Eurocom depuis 6 mois et je travail actuellement sur l’adaptation du deuxième film « Pirate des Caraïbes » en jeu vidéo.

Flow – Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite faire ce métier?

Guillaume : Travailler, travailler, travailler !!! Si après tout ce travail vous restez motivés, alors vous êtes fait pour ça. J’ai passé des heures et même des jours devant mon écran afin de progresser et pouvoir avoir un niveau acceptable, lequel me permettrait de me présenter à devant des employeurs.

Très important aussi, n’hésitez pas à vous expatriés en dehors de la France (Le marché du travail y est beaucoup plus intéressant, croyez moi sur parole (rien à voir avec les studios que vous trouverez sur l’hexagone).
Flow – Je te remercie pour tes réponses.

technorati_petit.png

technorati tags: