L’interview d’aujourd’hui est consacré à Fx, créateur/créatif de la marque Cindez.

FloW : La première question qui me vient en tête est : « Cindez », comment ça se prononce ?
Fx : Ça se prononce « Saindaise », et non « Cine-dèze » comme on l’entend souvent ou encore « Saindé »

FloW :Quel est le concept de la marque ?
Fx :Cindez veut se positionner comme une passerelle entre le monde du streetwear et le monde de la nuit. Aujourd’hui, trop souvent on veut sectoriser les marques (et donc leur public) soit « street » soit « clubbing », alors qu’il y a beaucoup de gens qui ont une attitude et un mode de vie alternatif, et qui aiment sortir la nuit. Cindez vise ce public-là avant tout parce que nous nous reconnaissons là-dedans et que nous sentions qu’il manquait quelque chose qui nous ressemble dans le marché de la mode. Pour cela nous avons donc commencé par un esprit très particulier exprimé par des logos assez provoc’, et actuellement nous nous élargissons en créant toute une gamme de vêtements qui nous ressemblent, et qui on l’espère peut séduire de plus en plus de monde.

FloW :Quel est ton parcours ? Qu’est ce qui t’a décidé à te lancer, une fois le concept de la marque trouvé ?
Fx :J’ai passé mon bac et tout de suite après j’ai voulu mettre a profit le goût pour la création que j’avais depuis toujours. J’ai commencé par créer un label pluridisciplinaire dans lequel je projetais de m’attaquer à tous styles de supports, y compris des t-shirts, et c’est donc la première chose que nous avons fait, au moment où j’ai rencontré Cédric, mon actuel associé, qui m’a aidé à « professionnaliser » mes projets. Nous avons donc décidé de préciser les choses et de se consacrer uniquement à une marque de textile, et créé la société Cindez en novembre 2001.

FloW : Comment se sont passé les débuts ? Avez-vous facilement trouvé un public ?
Fx :cela fait bientôt 5 ans que la marque existe, inutile donc de vous dire que nous avons évolué à notre rythme en apprenant beaucoup de choses sur le tas, ce qui est très enrichissant et motivant. Et il ne nous a pas été très difficile de trouver un public car l’esprit de la marque a tout de suite plu à différents styles de personnes.

FloW : Vous mettez à contribution les fans de la marque, la Cindez team, pour communiquer. Comment vous est venue cette idée ? En quoi consiste l’action de la Cindez Team ?
Fx :Nous voulions depuis longtemps utiliser ce mode de communication alternatif, et peu utilisé dans le monde de la mode, et l’idée nous est venue quand nous nous somme aperçus que nous avions du mal à nous faire connaitre avant d’implanter la marque dans une ville. Le premier à avoir fait une session affichage est Adrien de Lyon, et tout de suite après nous nous sommes dit qu’il fallait généraliser cela et proposer via notre site web à ceux qui le voulaient d’afficher dans leur ville. Cela a tout de suite très bien pris et nous en sommes à plus de 60 participants dans toute la France. Le message second degré et fédérateur présent sur l’affiche y joue sans doute pour beaucoup dans l’engouement qui a lieu, et aussi le fait qu’on est à des kilomètres de s’imaginer qu’il s’agit d’une pub pour une marque de vêtements !

FloW : le sponsoring est aussi un axe de votre communication : qui sont les « VIP » qui portent du Cindez ?
Fx :Nous faisons du sponsoring en fonction des opportunités que nous avons, et préférons toujours sponsoriser des personnes qui viennent vers nous par coup de cœur et qui véhiculeront d’autant mieux l’image de la marque. Jetez un coup d’œil à la page myspace de la pro team Cindez , vous pourrez ainsi voir les personnes connues ou inconnues qui sont présentes sur nos cartes à collectionner à leur effigie! Une collection qui sera étoffée dans l’avenir… Ensuite, pour cette rentrée télé, nous allons habiller plusieurs émissions : Pierre Mathieu dans le Morning de M6, les super communs sur NRJ12, et une émission de libre antenne sur MTV qui s’appelle « Rien à Branler ».

FloW : Maintenant vous étes sur les « guest list». N’as-tu pas peur que Cindez devienne une marque conventionnelle voire élitiste, et que son message perde un peu de sa force ?
Fx ::Il n’y a rien qui m’ennuierait plus en ce qui concerne la marque, qu’elle perde son originalité et sa singularité, alors je veillerai à ce que ça n’arrive pas en essayant d’innover tout le temps pour qu’elle ne soit pas qu’un feu de paille. Par contre, il ne faudrait pas faire l’erreur de croire que Cindez est une marque militante pour je ne sais quelle cause, tout l’esprit de la marque reste frais et second degré.

FloW : La nouvelle collection met en scène l’esthétique « gangster années 30 », arbore des slogans plus hip hop. Pourquoi ce choix ? Ne craignez vous pas que les clients actuels ne se reconnaissent plus dans ces vêtements ?
Fx : Il s’agit d’une partie de la gamme qui se veut plus créative et élégante et s’écarte un peu du concept de départ de la marque. Ce choix est un simple plaisir personnel, un mélange de deux esthétiques qui me tenaient à cœur, et dont nous avons déjà eu de très bons échos de la part du public. Une autre partie de la collection reste colorée et dans l’esprit qui a fait la réputation de Cindez. Et nous vous préparons de belles surprises pour la collection de l’été prochain, qui a eu un excellent accueil lors du Who’s Next. Rendez-vous en Février 2007 en magasins…

FloW : Selon toi, d’où vient cet engouement du rose pour les hommes ?
Fx :Je pense que traditionnellement le rose est une couleur féminine, et que la mode est faite de cycles alternant rejet et engouement. Il a donc bien fallu qu’à un moment l’homme décide de se « féminiser » en adoptant cette couleur, après l’avoir rejetée.

Découvrez la collection 2006 de Cindez sur http://www.cindez.com – Bientôt un nouveau shop online!

crédit photos : cindez / Technikart
tags technorati :