On connaissait les jeux de simulations de vol (Flight Simulator), de construction de ville (Sim City), de voiture (Gran Turismo), d’hôpitaux (Theme Hospital), de parc d’attractions (Theme Park).
On savait également qu’il y avait également beaucoup de simulations très insolites comme les simulateurs de chauffeurs routiers (Euro Truck Simulator), de bûcherons (Travaux forestiers simulator), de travaux publics (Pelleteuse Simulator), d’éboueur (Garbage Truck Simulator) d’agriculteur (Farming Simulator),de grutier (Grue Simulator), de chasse-neige, de postier… Oui tout existe dans le monde magique de la simulation. Il faudra compter désormais sur PC Building Simulator, un simulateur de test de PC.

Le bon vieux temps

Le monde de la simulation a connu ses heures de gloire dans les années 2000 avec l’apparition de la 3D ou 3D isométrique. Sim City, les Sims, Flight Simulator étaient la partie immergée de l’iceberg sur laquelle on s’extasiait devant les possibilités infinies d’un univers pas encore ouvert, d’une toute-puissance (un God Mode) qui vous permettait de construire des cathédrales et de les détruire d’une pichenette, de devenir une rock star mais qui n’avait pas le temps d’aller aux toilettes, de piloter un Boeing 777 et d’aller vous écraser contre une tour…
En bref, les simulations c’était dingue.
Et puis le genre est passé de mode. La puissance des PC ou des consoles, l’amélioration des graphismes n’ont pas permis de renouveler le genre qui s’est tourné plutôt vers les FPS ou les TPS (les jeux à la Première ou Troisième Personne). C’est l’avénement des Call of Duty ou des GTA. En 2009, Minecraft est revenu populariser le genre « bac à sable » (sandbox) touchant un public plus jeune qui redécouvrait le plaisir des Lego, de reconstituer des univers existants ou inventés

Le meilleur tracteur du monde

En dehors des sentiers grand public, les simulations ont continué d’exister avec des titres qui paraissent un peu loufoques comme les Euro Truck Simulator ou Farming Simulator. Ces jeux développés par de petits studios allemands ou français, aux qualités discutables ont toujours été néanmoins de véritables succès commerciaux. Ils touchaient des niches de passionnés qui, dès les années 2010, ont créé des communautés très actives visant à la fois à corriger, améliorer les logiciels et à partager leurs expériences.
Farming Simulator s’est ainsi vendu en plusieurs millions d’exemplaires, souvent placé parmi les meilleures ventes. Les joueurs sont des agriculteurs professionnels ou des étudiants (mais pas que), qui goûtent le plaisir de tester les tracteurs les plus chers, de changer de cultures, de boursicoter leurs récoltes.
Si pour les joueurs de Call of Duty, cela semble incompréhensible, personne ne s’étonne pourtant que des millions de pilotes de salon aient envie de conduire des Formule 1 à Monaco, des Ferrari ou des Subaru Impreza en WRC. Le rêve ça n’a pas de prix.

Démonter un PC, c’est fun!

Aujourd’hui débarque un autre OVNI vidéoludique, PC Building Simulator.
Il s’agit ici de monter, de réparer et de customiser des tours de PC. D’abord dans la peau d’un réparateur pour gagner un peu d’argent, le but est d’installer des antivirus, de nouveaux OS, de changer des composants (alimentations, ventilateurs), d’abord dans votre garage puis (j’imagine) dans des locaux de ouf.

Le réalisme est de mise puisque vous devez tout réaliser, du montage (vis, clipsage) au cablâge et l’installation de logiciels !
Vous avez ensuite la possibilité de faire des configurations de dingue parmi un catalogue de vrais composants issus de vrais constructeurs avec de vrais prix, grâce à des partenariats passés avec de grandes marques. Le trailer montre également que vos configurations pourront être testées dans des conditions réelles.

Des tuto seront également disponibles pour vous apprendre à changer un CPU ou installer des refroidissements à eau soi-même

Les graphismes sont sommaires et se résument à regarder l’intérieur d’un PC, il n’y a qu’un décor unique (une chambre) et une bande-son basée sur des musiques libres de droit et beaucoup d’entre vous ne comprendront même pas comment tout ça peut être amusant, ne serait-ce qu’une minute mais ce jeu est déjà un véritable carton.
Il est en plus pour l’instant en early access (comprendre « pas fini mais déjà en vente ») au prix de 20€. Et bizarrement, j’éprouve un certain attrait pour le titre et inconsciemment de la honte. Je ne sais pas pourquoi mais cela rappelle des souvenirs d’adolescence, à la fin des années 90, quand il fallait rajouter 8 Mo de RAM pour jouer à Red Alert, quand j’achetais mon PC en kit et que sans Internet, il fallait décider quel disque dur était maître ou esclave, que finalement vous passiez des jours et des nuits à jouer en slip la tour ouverte sur votre bureau dans une chambre mal éclairée et très mal aérée.

Ah ca y est, je me souviens pourquoi j’ai honte.

Pour éviter de revivre cette période trouble de mon histoire, je vais peut-être essayer PC Building Simulator…

PS : ceci n’est pas un blog sponsorisé mais de la pure nostalgie geek.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Category

Web

Tags

, ,