Gentrify thisDerrière ce mot se cache un phénomène urbain vieux d’au moins 50 ans. Aujourd’hui, il prend de l’ampleur et devient plus visible. Derrière la réhabilitation de quartiers populaires en centre-ville ou leur boboïsation, selon où vous vous situez, se dessine une transformation profonde des activités économiques, sociales et immobilières de nos villes. Le problème, c’est qu’apparemment il n’existe aucune solution pour enrayer le phénomène.

Autrefois Harlem désormais Brooklyn à New-York, le Marais ou le Canal St-Martin à Paris, ces quartiers ont le point commun d’avoir été populaires et d’être aujourd’hui envahis par des populations aisée. Le phénomène n’épargne pratiquement aucune grande ville dans le monde.

A l’origine

La gentrification vient de l’anglais « gentry », qui signifie « bourgeoisie ». C’est un terme anglais qui désigne la transformation sociale et économique d’un quartier, d’un arrondissement considéré populaire ou pauvre au profit d’une classe supérieure.
On la différencie de l’embourgeoisement par le fait que ce n’est pas la population qui change mais seulement le lieu de vie.stop-gentrification

les causes

Devant la hausse des prix dans l’immobilier et les difficultés à se loger correctement, les classes moyennes supérieures voire aisées commencent à migrer vers des quartiers populaires voire pauvres. Les surfaces et les prix étant plus accessibles que dans les beaux quartiers des centres-villes, les biens sont du coup beaucoup plus accessibles.
Souvent, dans les quartiers concernés, on a ainsi vu apparaître une « loftisation » d’anciens ateliers ou de locaux industriels, de grandes surfaces commerciales entièrement transformées et rénovées en logement.
La gentrification engendre une augmentation des loyers et un départ des populations les plus pauvres vers des banlieues plus lointaines.

De faux avantages?

Dans un premier temps, les pouvoirs publics voient d’un bon œil l’arrivée de cette nouvelle population. Pour les aider, ils réhabilitent les quartiers et améliorent les conditions de vie, diminue le bruit, augmente la sécurité. Durant quelques années, un sentiment de mixité sociale s’installe.
De plus, avec l’arrivée de nouvelles populations au pouvoir d’achat plus grand, les commerces de proximité se maintiennent ou se développent sous de nouvelles formes (fromagerie, épicerie bio), tout comme les lieux de culture (via des musées ou des expos) ou de loisirs (bars, clubs…).
Ces quartiers deviennent très à la mode, un sentiment de fraîcheur et de nouveauté y règne contribuant à augmenter son attractivité.
Après Harlem, le quartier de Williamsburg à Brooklyn est en train de se gentrifier.

Rien ne se perd, tout se transforme

Evidemment, il y a un revers de la médaille. Les pauvres qui observent la flambée des loyers ne disparaissent pas mais sont obligés de partir. Ils rejoignent les autres quartiers pauvres en grande banlieue, recréant une ghettoïsation plus loin. Les classes moyennes basses sont progressivement également obligées de partir, soit pour la province, soit pour des logements individuels.
La mixité sociale observée au début de la gentrification est également illusoire. Les nouveaux arrivants fuient souvent le système traditionnel local et ont tendance à placer leurs enfants plus loin, dès le collège.

gentrification

Crise de territoire

La « boboisation » progressive des quartiers populaires est plutôt mal vécue dans l’ensemble. Les populations concernées ont le sentiment d’être déclassées, chassées de leurs quartiers, troquant un quartier populaire de centre ville pour des banlieues déshéritées. Ceux qui restent désespèrent de voir leurs rues perdre peu à peu leur identité.
Pour le moment peu de solutions existent et le phénomène touche toutes les grandes villes du monde.
A terme, ces phénomènes pourraient avoir des conséquences sociales et politiques importantes. Dans certaines villes déjà, les antagonismes entre populations très aisées arrivantes et populations pauvres déjà présentes grandissent, créant des tensions, voire des crises de territoires…
Pour le moment, aucune solution n’existe pour contrer la gentrification.

Join the conversation! 1 Comment

  1. La création de logement sociaux peut aider mais c’est vrai que c’est difficile… A Lille c’est pareil

Comments are closed.

Category

Société

Tags

, ,