17 janvier 2006

# La jeune fille 1/2

Je vous propose aujourd’hui la première partie d’une courte nouvelle. Le titre provisoire en est « La jeune fille ». Provisoire, car je vous invite à me proposer un titre pour mon premier texte…

C’est le même rituel tous les soirs. Elle vérifie que son haleine ne sent pas le tabac, rentre dans l’appartement, embrasse rapidement sa mère, chipe une viennoiserie dans un placard, puis se réfugie dans sa chambre. Le claquement de la porte fait écho au sempiternel « tu as passé une bonne journée, ma chérie? ».

Sa chambre, avec son univers punaisé au mur, est son cocon. C’est son refuge, le seul endroit où elle peut laisser libre cours à son imagination et ses pensées. Pas comme en cours ou à table.

Elle pense à la soirée de ce soir et se réjouit. C’est vendredi, elle ira donc danser avec ses copines. Sa mère a bien tenté de s’opposer à cette pratique au début. 15 ans, c’est trop jeune pour aller en boîte de nuit, disait-elle, mais son père avait cédé, alors sa mère s’était résignée. Ses parents sont divorcés. Julie a très bien compris comment tirer profit de la situation.

Après le dîner, au cours duquel elle n’a prononcé mot, Julie s’éclipse pour se préparer; la soirée défile dans sa tête. Elle applique son mascara et aperçoit ses copines qui l’attendent à l’entrée de la boîte. Elle dépose de la poudre sur ses joues, tandis qu’ un groupe de garçons fanfaronne. Lorsqu’elle en vient à dessiner le contour de ses lèvres, elle voit un jeune homme s’approcher. Elle lâche ses cheveux lissés et devant le miroir, elle prend la pause, une expression entre la moue de Bardot et la provocation des starlettes de porno. Elle sourit visiblement satisfaite de l’effet produit. Julie ouvre son armoire et opte pour un débardeur noir décolleté. L’inscription « HOT » en strass rouge contraste avec la jeunesse de son visage. Elle choisit ensuite une jupe laissant apparaître le haut de ses cuisses et une paire de bottes pour affiner sa silhouette.

suite demain