EuropeEn ce moment, vous l’aurez remarqué, c’est campagne électorale européenne. Commencée depuis peu, elle sert à désigner les gens qui nous représenteront au parlement européen. Si certains journaux s’évertuent à nous donner des exemples de réalisations européennes (paradis fiscaux, OGM…), nous avons encore du mal à comprendre le fonctionnement et l’utilité de cette institution. La défiance envers notre assemblée nationale était déjà grande après les parties de cache-cache Hadopi, que dire alors de l’assemblée européenne dont on ne sait plus si elle loge à Strasbourg ou Bruxelles… ? C’est un fait, la politique et les hommes politiques ne ressemblent plus aux gens qui votent.

La politique européenne est pour beaucoup, peu cohérente et encore balbutiante. Ce week-end notre actuel président de la république et ancien Président de l’Europe, Nicolas Sarkozy faisait campagne aux côtés d’Angela Merkel en Allemagne, devant les militants CDU. Les démonstrations d’amitié, de reconnaissance mutuelle et de solidarité se sont succédé tout au long de ces deux jours. On parlait même dans certains journaux de « déclaration d’amour ». Au-delà de l’aspect purement politicien qui consiste à flatter et encenser ses amis pour paraître plus fort voire magnanime, il me semble tout simplement que cette déclaration d’amour des Français aux Allemands est un mensonge. On ne peut pas dire que les Français aiment les Allemands, car malheureusement, l’Allemagne n’existe qu’au travers de clichés en France,  réciproque est presque vraie (faites l’expérience en demandant autour de vous quels sont les monuments célèbres en Allemagne. Mis à part le mur de Berlin, un ou deux stades de football, vous n’aurez rien).

Ne votez pasC’est un constat, la politique aujourd’hui ne reflète pas « la vraie vie ». Elle est déconnectée des gens qui la vivent par bien des aspects. En se voulant le socle inamovible de nos sociétés, gardienne de valeurs et d’un mode de vie, ceux qui nous dirigent ont oublié d’évoluer avec ceux qu’ils dirigent. Il serait pourtant de bon ton, surtout en ce moment, lorsque les événements économiques nous dépassent, lorsque des banquiers, des grands dirigeants mettent à mal la planète entière en un laps de temps aussi court, que la politique se rapproche des citoyens. La solution n’est pas évidemment pas dans un NPA et ses visions anarcho-court-termistes, systématiquement dans une logique de contestation mais bien dans des assemblées de concertation dans lesquelles certaines valeurs comme le bon sens, la solidarité, le sacrifice et les réalités économiques et culturelles dépasseraient les corporatismes et les logiques partisanes.

Selon moi, l’Europe est définitivement l’institution capable d’aider et de préserver sa communauté. L’interdiction des ampoules à incandescence, les quotas de pêche, l’interdiction des bœufs américains élevés aux hormones de croissance, les amendes anti trust contre Microsoft, Intel, et la lutte contre les paradis fiscaux sont autant d’exemple qu’en dépit de leurs différences, l’Union Européenne est capable d’œuvrer dans un sens commun. J’irai voter aux Européennes.

PS : Le siège officiel du Parlement Européen est à Strasbourg, les commissions sont à Bruxelles et le secrétariat à Luxembourg…