Décrit comme un épouvantail ou comme un événement, l’arrivée de Netflix sur nos écrans fait couler beaucoup d’encre. Fort de 40 millions d’abonnés et phénomène aux Etats-Unis, il y a pourtant fort à parier que Netflix ne fasse pas tant de mal que ça au PAF français, malgré leurs jérémiades et les blocages culturelles.

La télévision aux USA

Parce qu’il n’y a pas que TF1 et NRJ12 dans la vie, tout le monde ne regarde pas la télévision de la même manière. Et à l’échelle des Etats-Unis, tout est bien différent de chez nous.Network américain
La télévision se regarde de trois manières différentes : le satellite, le hertzien et le câble.
Le réseau satellite est marginal, largement devancé par la prédominance du câble.
Le réseau hertzien est gratuit mais forcément les zones de diffusion sont limitées. Il ne s’agit la plupart du temps, que de chaînes locales.
Les networks américains sont des réseaux nationaux privés. Les plus grands sont ABC (Disney), CBS et NBC (General Electric) accompagnés par Fox et CW (CBS et Time Warner). Ils sont diffusés via des réseaux régionaux mais l’intégralité de leurs programmes ne peut pas être diffusée car il existe des quotas à ne pas dépasser et laisser de la place aux programmes locaux.

La prédominance de la publicité

Avec 5 chaînes, on est rapidement limité par l’offre. D’autant plus que les programmes sont largement entrecoupés par les publicités. Ceux qui ont déjà regardé la télévision aux US savent à quel point les films ou les séries sont hachés. Loin de la pause pipi, il y a au minimum 3 coupures par heure mais souvent plus.
D’ailleurs dans la série 24 heures chrono, on les remarque facilement, puisqu’il s’agit des séquences où l’horloge bipe. Les scénaristes prévoient en effet des mini-cliffhangers pour empêcher les téléspectateurs de zapper. En moyenne il faut compter une page publicité de 6 minutes toutes les 8-10 minutes de film/série, soit 18 min par heure. Un épisode dure donc réellement 1 heure moins 18 minutes, soit le format 42 minutes que nous connaissons. La série 24 heures chrono ne dure donc pas 24 heures (24 épisodes de 1h) mais 18 heures.
24 horloge pub

Sur le câble, vous devez payer un abonnement mensuel pour des chaînes à thème du type MTV, HBO (True Detective), Showtime (Homeland), FX, AMC (Mad Men)
On est loin d’un abonnement Canal+ à 20-30€ puisqu’il faut compter environ 120$ par mois! On évoque même 200$ par mois à l’horizon 2020. Regarder une télévision « de qualité » coûte donc 1500$ par an. A ce prix-là, vous avez intérêt à passer du temps devant votre poste.

Et puis Netflix est arrivé

Le principe était simple : proposer de la Vidéo à la demande (VOD) par abonnement avec un catalogue énorme de séries, de films et de dessins animés via Internet. Le principe d’un vidéo-club.

catalogue netflix
Le spectateur s’affranchit alors des publicités, des fuseaux horaires et des heures de diffusion. Il regarde quand il en a envie, ce qu’il a envie.
Le réseau a connu une recrudescence et une notoriété supplémentaire lorsqu’il a produit ses propres séries de qualité, House of Cards, sortie l’année dernière, puis Orange is the New Black.
Netflix s’est donc rapidement imposée comme un acteur incontournable de la télévision US avec 40 millions d’abonnés et 30% du trafic Internet.

Aux US, l’engouement a été fort. Beaucoup d’abonnés ont soudainement eu accès à énormément de vieux films et de séries qu’ils n’avaient jamais pu voir ou du moins correctement. Vous imaginez-vous regarder les 3h15min de Titanic entrecoupées par 58 coupures publicitaires ?
Et dire qu’en France, on a râlé à cause de l’entracte de 5 minutes au cinéma…
Bref vous comprendrez que 40 millions d’Américains n’ont pas rechigner à payer 8-9$ pour s’abonner à Netflix.

Maintenant que vous savez presque tout sur Netflix, peut-on imaginer un pareil raz-de-marée en France ?

To be continued : # La Révolution Netflix ? (2/2)