25 mars 2009

# La trilogie Millenium

millenium3Depuis trois semaines, j’entends parler de la sortie du film Millenium, premier épisode de la trilogie qui porte le même nom. Ce film suédois va assurément cartonner. Attendu comme un nième épisode de Harry Potter, les fans sont en ébullition. Personnellement, je n’en ai jamais entendu parler. Pourquoi, ce livre que je ne connais pas et que je n’ai pas lu, est un succès littéraire et bientôt le blockbuster suédois du 21ème siècle ?

Aujourd’hui j’ai l’impression de sortir d’une cave dans laquelle j’aurais dormi trois ans. En juin 2006, est sorti en France « Les hommes qui n’aimaient pas les femmes », le premier tome de la série. Sorti chez Actes Sud, qui créé pour l’occasion une collection spéciale « Actes noirs », illustrée par John John Jesse, la promotion se fait par le bouche-à-oreilles. Les lecteurs sont pris d’une frénésie, chacun témoignant qu’il ne peut lâcher son bouquin, qu’il dévore les 575 pages sans sourciller. Petit à petit, chaque tome va susciter une attente considérable. Lorsque sortent « La fille qui rêvait d’un bidon d’essence » et « La reine dans le palais des courants d’air » à l’automne 2007, la trilogie suédoise a déjà trouvé son public, notamment en France avec son million de lecteurs.

Millenium1L’intrigue se situe en Suède autour de deux personnages, Mikael Blomkvist, un journaliste d’investigation, star des médias connue pour avoir révélé quelques scandales dans le mensuel Millenium, et Lisbeth Salander, jeune fille extrêmement douée en informatique qui tend vers le hacking et pour le gothisme et officiellement psychopathe. Autour d’eux vont graviter une cinquantaine de personnages secondaires extrêmement détaillés, tous évoluant dans une Suède, mutante, au passé pas si bien digéré, loin du paradis nordique qu’on imagine. L’intrigue est un polar qui emprunte au genre policier mais dont la profondeur tient au quotidien détaillé et bluffant de réalisme, oscillant entre mondialisation, magouilles économiques, espionnage, psychiatrie, politique, etc… L’œuvre est à elle-seule, un portrait moderne de notre société.

Pour rajouter au mythe

Millenium_2Quand l’auteur Stieg Larsson propose sa trilogie à sa future éditrice, celui-ci est persuadé de tenir son best-seller, « son assurance retraite ». Il avait vu juste, sauf qu’il décèdera quelques mois avant l’édition du premier tome. Agé d’une quarantaine d’années, Stieg Larsson paye un taux de cholestérol élévé et un amour de la cigarette au prix d’une crise cardiaque fulgurante. Aujourd’hui, son œuvre est traduite en 25 langues et de nombreux fans espèrent désespérement qu’un quatrième tome existe, caché.

Le 13 mai, en France, l’adaptation de l’œuvre de Llarsson sort au cinéma. Prévu pour le premier épisode uniquement, les deux suivants devaient être diffusés ensuite sous forme de téléfilms pour la télévision suédoise puis de DVD. Depuis quelques semaines, Le film est un véritable carton et le débat fait rage en Scandinavie. Avec 21 millions de dollars de recette (le double du budget du film), l’institut du film suédois espère désormais profiter de ce succès produire d’autres films scandinaves. Pour ma part, je compte bien combler cette lacune littéraire.
Pour ceux qui connaissent déjà, que pensez-vous de cette trilogie ? Attendez-vous le film ?

Join the conversation! 8 Comments

  1. Ici au Canada, je me suis fait traiter d’inculte, il y a maintenant un an de cela, parce que je ne connaissais pas encore cette trilogie. Encore cette année, je vois souvent des gens la lire. Quant à moi, ce doit être la sagesse, mais plutôt que de me précipiter chez le libraire pour acheter les trois tomes, j’ai décidé de ne pas succomber à la mode du jour.

    Je ne dis pas que je ne lirai jamais ces livres, ou que je n’irai pas voir le film, mais pour l’instant je les boude. Simplement pour le plaisir de ne pas faire comme tout le monde.

  2. @ Franck: lol tu as parfaitement raison! !je viens de trouver un confrère.

    Plus sérieusement, si je ne lirais pas cette trilogie tout comme je n’ai pas lu le Da Vinci Code, c’est tout simplement parce que ces ouvrages me semblent barbant à mourir.

    Néanmoins je te remercie chaudement Toy d’avoir compléter ma culture générale sur ces ouvrages qui restent en tête de gondole de mon supermarché depuis des mois et qui ont même déjà réussi à intégrer ma petite bibliothèque municipale.

  3. J’ai toujours émis de nombreux doutes quand à la qualité de cette trilogie… puis le psycho-roman c’est pas trop mon genre ! Quitte à faire dans le tordu, autant se revoir un bon vieux Freddy Krueger !! ^_^

  4. Je vois qu’il y a bien de gens biens qui n’ont pas lu cette trilogie, ca me rassure:)

    Personnellement, j’avais toujours cru qu’il s’agissait d’une littérature pour enfants, en particulier à cause des couvertures. Aujourd’hui, je me demande si je ne vais pas franchir le cap…

  5. j’ai eu l’opportunite de lire la trilogie quand une amie me l’a pretee, et of course, tout depend des gouts en lecture, mais j’ai passe un bon moment.
    je ne dirai pas que c’est absolument exceptionnel mais le lecteur est bien et vite emmene dans l’histoire, ou plutot les histoires qui ne cessent de se chevaucher.

    le premier tome est vraiment un « antipasto »: poser les personnages qui constitueront les principaux acteurs des intrigues et se familiariser avec le style de l’auteur.
    le deuxieme et troisieme volume sont une seule et meme histoire, non la suite du premier mais apres (dans la chronologie).

    je pense que le deces de l’auteur aura contribue encore plus au succes de la trilogie.
    c’est aussi un moyen de « connaitre » la societe Suedoise, comme ecrit dans l’article, assez loin du paradis qu’on imagine et pas tant que ca differente de la France finalement.

    au final: un bon et long moment!

  6. Pour rééquilibrer un peu ce débat, je me suis fait happer par le premier livre comme pour la première saison de 24H. Un bon journaliste qui enquête et qui trouve la réponse à la disparition d’une jeune héritière après plus de vingt ans. j’ai passé mon temps à vouloir trouver l’énigme moi-même avant le héros. (C’est comme résoudre aujourd’hui l’affaire Gregory grâce aux tests adn). Les deux autres tomes n’ont pas la même intensité de suspense et de noirceur mais on les lit dans la foulée de la motivation du premier tome. J’irai voir le film rien que pour juger l’exercice toujours difficile d’adaptation d’un livre. j’irai voir aussi Rouge Brésil (dans un tout autre genre: aventure historique) qui doit sortir cette année.

  7. J’ai les deux premiers tomes sur une étagère. Je ne les ai encore jamais ouverts par manque de temps …
    Je n’ai pas d’à priori, je vais les lire pour savoir si l’engouement autour de cette trilogie en vaut la peine, un peu comme pour le Da Vinci Code (de bonnes idées mais sans plus).
    Je ne vais cependant pas le mettre de côté pour ne pas faire comme tout le monde, ce serait un peu ridicule. J’ai bien vu Bienvenue chez les Chtis, comme tout le monde …
    En plus, on est sur un produit culturel, il ne s’agit pas de se demander si on doit porter des Converse (comme tout le monde).

  8. Moi la femme qui m’a parlé de cette trilogie avait des allures snobinardes du genre « Quoi! Tu ne connais pas? Quel plouc tu fais! » C’est ce qui m’a fait penché pour la non-lecture.

Comments are closed.

Category

Culture

Tags

, , ,