lana del reyLa carrière de Lana Del Rey aura été de très courte durée. La plus célèbre Duckface de la chanson a décidé de mettre un terme à  sa carrière… musicale et se consacrer au cinéma. Ne pleurez pas. On sait ce qu’on « perd » mais aussi ce qu’on gagne. Car c’est l’inattendue Lou Doillon, qui sort son album. Ca nous fait donc deux vraies bonnes surprises pour cette rentrée musicale.

 

 

Un album, une carrière

Un album, douze chansons, zero tournée.
Un buzz énorme au début de sa carrière, a permis à Lana Del Rey de se faire un nom et une image avant l’heure. L’année dernière, la jeune américaine se faisait remarquer avec Video Games, chanson mélancolique, lancinante et mystérieuse. Mais ce qui fascine avant tout chez Lana, ce sont ses lèvres, objet non identifié (et sûrement) refait, qui en font la plus célèbre « duckface » de la chanson contemporaine, une particularité physique qui l’aidera à obtenir ses galons dans la sphère people mais qui la discréditera sur la scène musicale.

Si tout va pour le mieux pour Lana, dont l’album Born to die a cartonné (elle a également collaboré avec Woodkid sur Iron), son vrai problème se révèle en live, c’est une catastrophe scénique. Sa voix est tremblante, mal placée (cf. sa prestation su Saturday Night Live), son malaise avec le public est perceptible et les mauvaises critiques s’enchaînent…

lizzy grantEt maintenant le cinéma !

Celle qui s’est toujours vantée de réaliser ses propres clips a donc décidé d’arrêter la musique pour se consacrer au cinéma.
Personnellement, ses vidéos m’ont toujours déçu. Gros grain, images floues et montages anarchiques, ces clips passés à la moulinette « Instagram », qui se voulaient artistiques, poétiques et nostalgiques demeuraient tristement basiques et dénués d’intérêt.

Lou Doillon Places

Lou Doillon PlacesVous connaissez forcément son nom. Pourtant, vous seriez bien incapables de dire ce qu’elle a fait. Une situation « difficile » à vivre pour cette « fille-soeur-de » mi-comédienne, mi-mannequin, mi-célèbre. Inspirée par sa soeur Charlotte Gainsgbourg et sa mère Jane Birkin, Lou se lance dans la musique et compose un album intimiste où sa voix grave et « rocailleuse » tranche avec ses modèles, plutôt haut-perchées. Cet album Places, elle l’a enregistré dans les conditions du live, rapidement, en studio, avec les musiciens en une seule prise complète.

Pour ce premier essai, Lou Doillon s’est entourée d’Etienne Daho. Lui qui avait déjà collaboré avec les voix de Dani ou Jeanne Moreau, a su guider la débutante pour la mener vers un album brillant, sombre, étonnamment simple et chaleureux.
La critique est unanimement bonne mais regrette des paroles en anglais. Le premier titre I.C.U m’a fait penser à la nostalgie, la douceur de Jimmy de Moriarty.
Lou Doillon le sait, elle devra confirmer ce premier album plutôt réussi. Mais aucune inquiétude à se faire, car dans la famille, on a toujours su s’entourer.
On ne te regrettera pas Lana…

En écoute: I.C.U de Lou Doillon, Places

Join the conversation! 1 Comment

  1. […] clip regorge de morceaux de bravoure digne d’un esprit malade et créatif. On est loin de la prise de tête indé et intello de Lana. Pour les paroles, ne vous embêtez pas, c’est largement au niveau de ce qui se fait en […]

Comments are closed.

Category

Culture

Tags

, , ,