4 décembre 2012

# Le Joueur du Grenier

Les années 90, c’était le bonheur pour des gamins insouciants et pas encore pervertis par Internet et les téléphones portables. C’est également le délicieux souvenir d’après-midi entières à jouer à de vieux jeux vidéo dans le salon. C’était le bon vieux temps. Le joueur du Grenier replonge dans cette époque et, avec un humour décapant, va vous rafraîchir la mémoire…

Le bon vieux temps

On avait déjà fait tout un dossier sur les années 90, la mode, la musique, les séries. Ca nous rappelle à tous, de bons souvenirs, une douce nostalgie, emprunte de « c’était mieux avant », de « à notre époque » ou encore de « Tu vois, avant… ».
Concernant les jeux vidéo, le retrogaming est une tendance de fond. Nous versons tous une larme en repensant aux innombrables parties de Mario, de Zelda ou de Tetris que nous avons joué, laissant forcément penser que « les jeux vidéo, c’était mieux avant ».Joueurdugrenier
Le Joueur du Grenier vous prouve que non et c’est absolument hilarant.

Drôle et outrancier

Cela fait déjà deux ans que Le Joueur du Grenier propose des tests vidéo d’anciens jeux sortis sur NES, Megadrive, Master System…
En une vingtaine de minutes, le testeur Frederic Molas, dit Joueur du Grenier rejoue à des jeux aussi mythiques que Tintin au Tibet, Chevalier du Zodiaque, Tortues Ninja ou Dragon’s Lair qui avaient pour particularité d’être soit super difficiles, soit injouables, soit moches, soit les trois.
Les tests sont vraiment très très drôles, extrêmement bien réalisées et documentées, rapidement addictives, intégralement portées par l’humour ravageur, décalé et outrancier du testeur.

Des jeux sans fin

Tortue-NinjaAprès quelques visionnages, on ne peut que porter un regard bienveillant, plein de recul et d’étonnement sur les heures passées sur ces horribles jeux.
On fustige aujourd’hui la durée de vie trop courte de jeux vendus 70€ mais le problème existait déjà il y a 20 ans.
Ce qui est étonnant et amusant, c’est d’observer le manque de professionnalisme de certains studios, le sadisme de concepteurs, l’incompétence de testeurs, le vice de distributeurs à laisser dans la nature des objets destinés à… des enfants.
Ainsi, en 1992, il était possible d’acheter un jeu qui n’avait pas de fin.
En 1995, il était légal de ne pas pouvoir finir le niveau 1 du jeu, de ne pas pouvoir mettre pause, de mourir sans raison, de perdre 200, 300 fois…
A travers une trentaine de vidéos, vous découvrirez que certains jeux étaient plus proches de la torture que du plaisir vidéoludique.

Ci-dessous le test de Airwolf sur Amstrad, le jeu impossible inspiré de Supercopter.

Le revers du culte

Sur le Joueur du grenier, vous trouverez également quelques hors-séries  sur l’univers des mangas ou sur les dessins-animés pour garçons, Téléchat, la fin tragique de Gigi…
Même si vous n’avez pas joué à tous les jeux, n’hésitez pas à voir toutes les vidéos. Vous replongerez alors avec nostalgie dans le vice et la perversité de certains titres, devenus cultes aujourd’hui.
Si vous avez un jour pensé à racheter une vieille console, vous devriez probablement réfléchir à deux fois.

Join the conversation! 3 Comments

  1. eh oui je me souviens bien d’un jeu de casse-brique ou au niveau 18 si on n’avait pas de chance la balle parvenait à se coincer dans un mouvement de rebond qui pouvait durer des heures et même pas moyen de sacrifier sa balle pour terminer le niveau, il fallait tout recommencer du début!!!

  2. Là, c’était pas de chance en effet…
    Dans une des vidéos (Asterix il me semble), il y a carrément un mur infranchissable au milieu du niveau. Tu peux juste éteindre ta console…
    Comme dit le joueur du Grenier, du délire!

  3. Le JDG est excellent. Ca fait 1 an à peu près que j’ai decouvert et j’attends la sortie d’une nouvelle video comme j’attendais l’arrivée dans la boite aux lettre du dernier numero de Joypad ou Tilt dans les 90’s. Je conseille la video des Tortues Ninja, hilarante ! (j’avais le jeu et je me suis revu devant l’écran raler de la difficulté 😉

Comments are closed.

Category

Culture

Tags

, , ,