3 février 2010

# Le Web après la Mort

Tete de mortDepuis 2007, la mode du « suicide virtuel » touchait plusieurs réseaux sociaux comme Facebook, Myspace. Le site Seppukoo s’est rendu célèbre en prenant en charge la disparition de vos profils numériques. Si la démarche volontaire est intéressante, voire amusante, qu’advient-il de vos profils lorsque la Mort vous touche IRL, « in real life » ? Comment la vie dans les nuages rejoint-elle la mort sur terre ?

You are more than your virtual identity

Web 2.0 suicide machine, Seppukoo ont été ces dernières années, les responsables de génocide sur la Toile. Ces sites communautaires vous promettaient de retrouver vos vrais amis, vos voisins, votre famille en tuant, à votre place et simultanément vos profils Facebook, Twitter, Myspace, Viadeo. Ces suicides virtuels sont à l’origine d’un collectif italien, « Les Liens Invisibles », qui souhaitaient à la fois, promouvoir une stratégie virale, en démontrer parfois l’absurdité mais aussi vous libérer du ou des doubles virtuels qui vivent au dessus de vous, dans les nuages.
La démarche a été suivie par environ 50 000 utilisateurs. Bien peu face aux 350 millions de profils revendiqués par Facebook. La mode s’est semble-t-il arrêtée d’elle-même soit parce que les utilisateurs vivent mieux avec leurs profils, soit parce que le réseau social s’est empressé de bannir tout lien avec Seppukoo et les a menacés de poursuites judiciaires…

There’s no death where there’s no life

Si la vie sur le Net n’est pas « la vraie vie », elle en contient pourtant de nombreux éléments. Nos messageries, nos comptes clients Amazon, Venteprivée, Scnf, nos blogs, nos photos ne sont pas publics ni partagés mais sont pourtant irrémédiablement liés aux autres. Les images de vous, vos emails ne vous appartiennent plus vraiment et sont désormais la propriété des gens avec qui vous les avez partagés.
Dans cette vie dédoublée, la Mort existe également. La vraie Mort.

AlbumDans la vraie Vie, vos photos sont dans un album, elles reviennent à vos proches, tout comme vos vieilles cartes postales, vos lettres, vos objets. Mais on n’hérite pas d’un compte Facebook comme d’un carton de souvenirs.
Légalement, il y a peu ou pas de règles. Ce sont les sites concernés qui décident de votre sort.

Facebook par exemple, propose un formulaire pour prévenir qu’un ami n’est plus. Le profil devient alors, si les proches acceptent, un mémorial, un profil fermé sur lequel on peut envoyer des messages privés. Le site argue que lorsque quelqu’un nous quitte, il ne sort pas de nos mémoires pour autant, ou de notre réseau social.

Pour les Skyblog, c’est le président, Pierre Bellanger, qui contacte les parents. Ces nouveaux journaux intimes peuvent, à la demande des parents, rester visibles mais fermés aux commentaires ou bien être retirés, gravés sur CD puis remis à la famille.

Pour certains sites, comme Yahoo !, Gmail ou Hotmail, il faut fournir un certificat de décès et une autorisation d’un juge pour obtenir les données personnelles sur un cd. Dans le cas contraire et après un certain temps, les comptes deviennent inactifs et sont automatiquement supprimés.
Vos œuvres numériques, dessins, blogs, vidéos, chansons, nul ne sait réellement ce qu’elles deviennent.

Si le droit à la propriété intellectuel est encore flou sur la Toile, les notions d’héritage, de succession, de transmission sont elles, presque inexistantes.

Join the conversation! 2 Comments

  1. Ton article tombe à point nommé, un de mes amis est mort très récemment, il avait un compte facebook avec de nombreux contacts, quelques amis proches mais surtout de nombreux « voisins » de jeu Farmville. Je prend garde à ne plus lui envoyer aucune sollicitation d’aucune sorte comme on peut en envoyer si facilement à tous ses contacts sur facebook, mais je n’ai pas encore réussi à le retirer de mes contacts. Pas envie de lire « *** et Cleanettte ne sont plus amis ». Je n’ai pas non plus envoyé de message sur sa page pour mentionner sa mort à ses contacts qui ne serait pas aux courants: peur de raviver la peine pour ses proches, ce n’est pas à moi de le faire. Mais c’est assez étrange de se dire que du coups il reste vivant mais juste étrangement sans réaction pour bon nombre de ses contacts.

  2. C’est vrai que pour les familles ça doit être très difficile. En plus de devoir retrouver les mots de passe et login, il ya forcément un moment où l’on replonge dans une partie pas forcément connue de la personne disparue, à la fois publique mais aussi très privée.

Comments are closed.

Category

Web

Tags

,