Barbra-Streisand

On trouve tout et n’importe quoi sur le Web. Des choses extraordinaires comme des choses déplaisantes. Si un jour, vous découvriez par hasard, une information ou une photo déplaisante, vous auriez tout intérêt à ne rien dire, à ne rien faire. Oubliez-la, sortez-la de votre esprit, il y a fort à parier que personne ne l’ait vue, qu’elle n’intéresse personne. Si vous avez pensé à la faire supprimer, vous ne feriez qu’empirer les choses et déclencher « The Streisand Effect »

Barbra Streisand et l’érosion de la côte californienne

Streisand_EstateEn 2003, la chanteuse américaine souhaite faire interdire une photo aérienne de sa propriété. Elle considère qu’elle constitue une violation de propriété. Ses avocats contactent donc le site et le propriétaire du cliché. Jusque-là, rien d’extraordinaire.

Le problème, c’est qu’en attirant l’attention sur cette fameuse photo, les curieux ont cherché ce qu’on voulait nous cacher. Dans les mois qui suivirent, elle a été vue plus de 420 000 fois.
En fait, l’image de la villa faisait partie d’une collection de 12 000 photos sur l’érosion de la côte californienne.

Passée complètement inaperçue avant les poursuites, la photo 3850 avait été downloadée 6 fois dont 2 par les avocats de Streisand.

Superbowl XLVII - Baltimore Ravens v San Francisco 49ers  - Mercedes-Benz SuperdomeBeyonce et la DCRI

Régulièrement et plus récemment, Beyonce et la DCRI ont été « victimes » de l’effet Streisand.

En voulant retirer de Wikipédia un article sur une station hertzienne à Pierre-sur-Haute en Auvergne, la DCRI en a fait involontairement la promotion. Depuis il a été complété et traduit en 7 ou 8 autres langues.

Lors du Superbowl 2013, Beyonce a fait son show. Icône sexy et internationale, certains clichés de la chanteuse en plein effort ont voulu être interdits. Barbra repasse par là et Internet s’empare de tous les clichés, les diffuse en prenant bien soin de les détourner, et rarement avantageusement.

Megaupload et tous les autres

Des fichiers, des sites, des photos, rien ne disparait impunément d’Internet.
En 2012, Megaupload disparait sous les projecteurs du monde entier. Le grand méchant hébergeur responsable de 10% du trafic Internet mondial et incarnation du piratage est fermé par le FBI. Un an plus tard, les hébergeurs de fichiers piratés se comptent par dizaines. Impossible désormais pour les studios, les producteurs de surveiller l’ensemble des fichiers. En tuant Megaupload, le FBI a fait exploser l’offre.

Curiosité ou liberté d’expression d’expression?

Barbra-StreisandCe qui est amusant c’est que l’effet Streisand n’est pas forcément un outil destiné à lutter contre la censure. Il n’y a pas une réelle volonté de protéger l’information, de multiplier les sources afin d’en cacher la diffusion.
Il s’agit très souvent d’une curiosité naturelle, humaine pour tout ce qui est caché, interdit et qui pousse à chercher l’information, la photo tant qu’elle est disponible.
Depuis toujours la censure attire. En dehors du Web, tous les livres, les films qui ont été victimes de censure ont reçu une promotion involontaire.

L’effet Streisand prouve qu’aucune information, photo ou livre ne peut être complètement caché. Alors retenez la leçon et n’attirez jamais l’attention vous-même sur ce que vous ne voulez pas qu’on voit…

Join the conversation! 1 Comment

  1. [...] la censure et du contrôle de l’image (notamment des stars) d’une manière originale : l’effet Barbra Streisand. Un article fort en enseignement : il ne faut jamais sous-estimer la puissance des anonymes [...]

Comments are closed.

Category

Web

Tags

, ,