Dans le billet « Peut-on insulter une salope ? », je prenais clairement le parti qu’une femme faisait ce qu’elle désirait de son corps, de son mode de vie sans qu’on puisse la juger. Une position féministe assumée, certes un peu extrême, ébranlée ce week-end par Matt Taylor et sa chemise violette, Kim Kardashian et des « féministes » contre-productifs.

Une comète et un tatoué

Matt Taylor Le projet Rosetta venait juste d’être un succès. Il était temps pour ceux qui travaillaient sur le projet de venir s’exprimer. Parmi eux, Matt Taylor est un scientifique anglais, spécialisé dans les mesures du plasma spatial, la dynamique des particules énergétiques dans l’espace et leur interaction avec les vents solaires dans le champ magnétique terrestre. Lorsqu’il apparait à l’écran, il est loin d’imaginer qu’il sera « célèbre » non pas pour ses travaux, non pas pour sa barbe, ni pour ses tatouages mais pour sa chemise. Une chemise de bowling violette sur laquelle on voyait des personnages féminins, style comics un peu dénudés. Jugez vous-mêmes .matt taylors shirt Not a big deal, me direz-vous ? Tout le week-end, les réseaux sociaux se sont enflammés après un article publié dans The Verge intitulé « Je me fous que t’aies fait atterir un vaisseau sur une comète, ton t-shirt est sexiste et désobligeant ». Les auteurs jugeaient ainsi que cette chemise a priori rigolote, faisait partie d’une misogynie ordinaire qui repoussait les femmes des domaines scientifiques. Une thèse reprise massivement par des Internautes et des féministes en colère. L’argument est peut-être valable. Je laisse chacun en juger par soi-même. Pour ma part, j’ai le sentiment qu’il doit être beaucoup plus sympa de travailler avec Matt Taylor plutôt qu’avec tous les vieux ci-dessous ! Scientists esa Pour mettre fin à la polémique, le scientifique a dû s’excuser publiquement, visiblement ému : « La chemise que je portais cette semaine, c’était une grosse erreur et je m’excuse si j’ai blessé des gens ». C’était triste, à tout point de vue. Pour ceux qui adoreraient cette chemise dégradante, ne cherchez pas plus longtemps, la chemise qu’il portait est un modèle unique, créée spécialement par la femme du tatoueur de Matt Taylor. Ironie du sort, on demande souvent à Matt Taylor comment il est accueilli dans la communauté scientifiques avec ses bras et jambes entièrement tatoués. Il répond alors que ses collègues le jugent sur ce qu’il fait et non sur son look

Pendant ce temps à Vera Cruz…

Break the Internet ! C’est ce que voulait faire Kim Kardashian en exposant ses fesses puis ses seins en couverture du magazine Paper. La star de télé-réalité était photographiée par Jean-Paul Goude, publicitaire français connu pour son style décalé reconnaissable dans des pubs comme celle de Kodak ou des Galeries Lafayette. Donc au moment où Matt Taylor était accusé de sexisme et de vulgarité, Kim Kardashian, au sommet de sa gloire elle aussi, offrait une vision pure, artistique et probablement raffinée de la femme. kim k nue backkim k nue face Alors que le petit Philae s’enfonce dans un mutisme au plus profond de l’univers, on eût aimé qu’il échangeât sa place avec celle de Kim. On eût aimé également que les modèles des petites filles (et des grands garçons) d’aujourd’hui soient plus tournées vers la physique quantique que sur des physiques qu’on tique. Notre société est parfois bien difficile à défendre, encore plus à comprendre.