Les meilleures séries ont une capacité à nous plonger dans un univers à part entière, à nous immerger dans un environnement dépaysant pendant le temps d’un épisode.
Ce dépaysement peut être social, temporel, géographique, ou graphique. Les séries qui s’ancrent dans la réalité jouent quant à elles sur des mises en situations hors normes.
Certaines production vont plus loin que la création d’un univers propre, elles vont jusqu’à créer des mythes.

Les séries « mythiques » sont assimilables à des fables et reprennent des thématiques universelles. Notamment la place de l’homme sur la Terre, le Destin, le bien et le mal, le rapport au Divin.
Je pense notamment à Lost et Heroes, mais d’autres séries s’inscrivent dans cette catégorie (4400, Jericho et nombre de séries fantastiques).
Les personnages ont en commun de devoir suivre une quête personnelle. Cette quête est identitaire ou spirituelle. Dans Lost, par exemple, les héros ont la possibilité de prendre un nouveau départ (l’île est vierge, leur passé et leurs actions comme effacées). Certains vont tenter de se racheter de leurs actes quand d’autres chercheront à percer le mystère de l’île, ce qui revient à donner un sens à leur présence. On peut aussi assimiler l’île à un purgatoire, pour ces personnages au passé trouble : présence hors du temps et de l’espace connu. Il serait trop long de référencer ici toutes les références à la mythologie ou à la religion. Chaque personnage pourrait faire l’objet d’une étude. Pour preuve de la volonté des scénaristes de donnée une portée supérieure à celle de la simple fiction de la série, le personnage de John Locke. Son homonyme n’est autre qu’un célèbre philosophe dont les travaux ont porté sur l’empirisme et le libéralisme. Je vous renvoie à la section sur la loi naturelle dans wikipédia. Vous pourrez ainsi faire le parallèle entre les deux hommes.
Heroes propose une mythologie proche des comics US de super héros. Les thèmes principaux sont ceux du bien et du mal, de la place des minorités (discrimination) et bien sûr la référence au Christ (le Sauveur / Jésus fils de Dieu VS les Sauveurs de l’Humanité / les super-pouvoirs qui les placent au stade de demi Dieux). Heroes aborde en plus la thématique de la fatalité et de la prise que nous avons sur notre Destin : nos amis doivent s’unir pour changer le cours de l’Histoire.

Lost et Heroes ne sont que deux exemples parmi tant d’autres. Mais même les séries dites réalistes sont porteuses de messages politiques, moraux, religieux : Weeds et la critique de la politique du gouvernement Bush, Nip/Tuck et la critique d’une société basée sur l’image et l’argent…
Les séries plus que les films permettent d’explorer des thématiques sur le long terme (notion de quêtes ou de parcours initiatiques). Par ailleurs, la télévision (ou l’internet) est un canal qui permet de toucher un public large public. Les séries sont devenues un moyen détourné d’éduquer un peuple (américain) au jugement faussé par Fox News et le consummérisme. Un peu comme l’Iliade et les récits antiques en leur temps…

Mais les séries sont AUSSI de très bon divertissements 🙂

Articles Connexes :
La loi des séries…télé
Les personnages de séries
Le caractère addictif des séries

technorati tags: