logo-fred-perry

Vous allez en entendre parler. La marque anglaise à la couronne est au « cœur » du drame qui s’est déroulé à Paris entre fascistes et antifascistes. A cause d’une vente privée qui dégénère, Fred Perry a renoué, malgré elle, sur un passé pas si lointain, qu’elle préfèrerait oublier.
Bradley Perry

L’histoire

fredperry joueurJoueur de tennis issu du tennis de table, Frederick John Perry est né en 1909 en Angleterre. Triple vainqueur de l’US Open et de Wimbledon dans les années 30-40, c’était un excellent serveur et bon volleyeur.
Moins connu que les Mousquetaires en France, il demeure pourtant l’un des meilleurs joueurs de tennis de l’Histoire en rentrant au Hall of Fame en 1975.

Après sa carrière professionnelle à la fin des années 40, il décide de lancer sa marque de vêtements, spécialisée dans le tennis et invente notamment le bracelet-éponge, encore utilisé aujourd’hui.

Le logo est une couronne de lauriers, brodée côté cœur, symbole la victoire dans la Rome Antique.
Issu de la classe populaire, Fred Perry s’est toujours battu contre sa condition sociale. Le tennis étant à l’époque un sport noble, il dût se battre et s’entrainer durement pour parvenir au meilleur niveau. Il paraît que c’est en voyant les voitures de sport des joueurs de tennis, que Fred Perry décida d’abandonner le tennis de table pour se mettre au tennis avec le succès qu’on connaît.

polo fred perryLe style

Fred Perry c’est un style, à la base, dessiné pour le tennis. Il faut dire qu’il y a 50 ans, on jouait encore en pantalons, polos et une paire de tennis.
Aujourd’hui, on reconnaît aisément la couronne de lauriers et particulièrement sur les polos à bandes de couleur sur le col et les manches.
Les coupes sont slim et les couleurs, les motifs très british (particulièrement la collection Black Canvas).
Très prisée et huppée jusque dans les années 60-70 (elle est portée par JFK), Fred Perry décline jusqu’à la fin des années 90.

Aujourd’hui, elle se décline en deux gammes Fred Perry Authentic et Laurel Wreath Collection, conservant une image à la fois populaire et premium, comme Ralph Lauren ou Hilfiger.

 

Image brouillée

fred perry hooliganPourtant, l’image de Fred Perry n’est pas impeccable puisqu’elle est associée à celle des skinheads, des hooligans.C’est parce qu’elle est clairement liée à l’histoire de la jeunesse en Angleterre des années 70 à nos jours.

Brièvement, beaucoup de marques anglaises comme Clarks, Doc Marteens, Harrington ont été promu par les hipsters de l’époque, les mods.
Fred Perry va coller à l’Histoire de la mode, de la musique, de la jeunesse britannique. Au fil des années, la marque sera à la croisée de nombreuses influences, portée par les mods fans de mode, les punks fans de musique, les hooligans fans de foot ou les skinheads. Leur point commun, c’est une jeunesse populaire.
Malheureusement, c’est l’image des hooligans et des fachos, qui va perdurer…

Les cas similaires

lonsdaleLonsdale, marque londonienne qui produits des vêtements et accessoires de boxe d’excellente qualité, utilisée par Mohammed Ali entre autres,  vit toujours mal l’amalgame avec les mouvements néo-nazis.
Ceux-ci se sont accaparés la marque pour que les lettres NSDA (NSDAP étant le parti politique de Hitler) puissent apparaître sous une veste et afficher la couleur sombre de leurs opinions.

La marque lutte toujours contre cette image abominable, encore présente en Europe du Nord. Car celle-ci est tellement négative que les t-shirts ou les sweats peuvent être interdits au lycée ou en discothèque.

Lacoste, racailles et Behring Breivik

Devenu un cas d’école de gestion d’image, Lacoste et les rappeurs ne se présentent même plus.
Dans les années 2000, Lacoste est clairement en perte de vitesse. La nature ayant horreur du vide, les rappeurs et par extension « les jeunes des cités » s’accaparent les casquettes, les joggings et les polos.
L’image bourgeoise disparaît et il faudra quelques années pour que le crocodile retrouve de sa splendeur.

Plus récemment, le tueur en série norvégien Breivik arborait fièrement un pull rouge Lacoste au moment de son arrestation. La marque aurait demandé à la police qu’on le lui retire.

Abercrombie et le Jersey Shore

Cette fois-ci, une marque souhaitait payer pour qu’on ne porte pas ses vêtements. L’image beauf véhiculée par les candidats de la télé-réalité Jersey Shore contredisait les campagnes marketing, propres et bien musclées d’Abercrombie & Fitch.

Ralph Lauren et les narcotraficants

ralph-lauren-gang-1Tout un cartel de la mafia mexicaine  arrêté, arborait fièrement des polos Ralph Lauren, dont le cavalier est absolument inratable.
Phénomène d’identification oblige, tous les jeunes mexicains se sont rués vers des contrefaçons RL. Là encore,  l’image se brouillait.

 

ADN de la marque

Contrairement à Lacoste ou Lonsdale, Fred Perry ne pourra jamais changer son histoire.
Cela fait 40 ans que la jeunesse anglaise se construit une identité autour de ce logo.
Bien évidemment, chaque groupe, chaque camp revendique cet héritage et surtout, ne souhaite pas l’abandonner à l’Autre, celui d’en face.

Pour bien comprendre pourquoi Fred Perry porte autant de symbolique, il faut comprendre l’influence qu’ont eu les Anglais sur la mode, la musique, le sport et le hooliganisme depuis 40 ans.
Cette culture british s’est développée à travers l’Europe et a été érigée en modèle.
Le polo Fred Perry était personnalisable (aux couleurs d’un club de foot) donc  idéal pour les supporters.
Il était cher donc idéal pour être chic dans les milieux populaires.
Il est un héritage culturel des mods pour les skinheads comme pour les boneheads qui aiment le la couronne de lauriers. Le logo est devenu signe de reconnaissance facilement identifiable. La proximité des supporters de foot, des hooligans et des skins a facilité sa diffusion. Le polo est devenu culte, reconnu et subversif.

Le polo Fred Perry n’appartient plus à ce malheureux Fred Perry, il est universel.

 

Join the conversation! 3 Comments

  1. C’est effectivement une bien triste nouvelle pour cette marque que j’-affection-(nais).

    Cette marque s’est progressivement démocratisée et immiscée dans tous les milieux avec un bémol néanmoins : des prix prohibitifs qui ont « jumpé » de près de 25% en une dizaine d’années.
    (A titre comparatif et dans le même style, Ben Sherman propose d’excellents produits en terme de qualité et à des prix plus abordables).

    FP : baissez vos prix!

    On a quasiment rien entendu sur la com’ de la marque suite à ce tragique événement excepté un communiqué du président de The Lifestyle Company (le distributeur en France) qui n’a aucun commentaire à faire si ce n’est souligner le côté dramatique. Ce choix est-il le plus judicieux à court terme? Peut-être. L’image de marque est-elle à repenser? Probablement.

    Le spectre des gens portant du Fred Perry étant devenu tellement large, qu’associer la marque à un groupe est devenu plutôt difficile.
    De plus, certains des groupes pointés du doigt ignorent même que Fred Perry était juif.

    Affaire à suivre donc pour les semaines et les mois à venir.

  2. Ce fait divers est aussi triste qu’affligeant. La France se réveille, et comprend (espérons-le!) Ce que sont les extrêmes… Mais s’il vous plaît ! Arrêtez avec Fred Perry et les autres marques anglaises! Aujourd’hui, tout le monde porte ces marques. Ce n’est plus l’apanage des trublions extrémistes.
    C’est grâce à ce genre d’articles que leur image en prend un coup. M. et Mme Toulemonde ne connaissaient même pas la marque avant que la presse en parle. La marque avait réussi à se défaire de cette image, et quelques journaleux ont décidé de remettre le couvert ?! C’est malin…
    La mort de Clément Méric ? « C’est la Faute de Fred Perry, bien sûr ! » C’est tellement facile de raconter ce genre de trucs… Non, il est mort à cause d’une bagarre. A cause d’idéologies nauséabondes.
    Peu de temps après, je croise un voisin qui a vu TF1 : « Oh, ton polo c’est un truc de skin! »
    Super mon grand, tu as la télé et internet ? Bravo, tu as bien appris ta leçon…
    Effectivement, ce sont des marques qui ont une histoire, mais qui ne se résument pas aux raccourcis que font certains. Au moins cet article là a-t-il le mérite d’étayer un peu en même temps qu’il remue le caca… Peut-être est-il bon effectivement de rappeler parfois que Lonsdale est une marque liée à Mohammed Ali. Que Ben Sherman a été fondé par un juif. Etc…
    Je n’ai rien à voir avec ces milieux extrémistes, mais j’aime les marques anglaises, et ce n’est pas parce que quelques cons en portent aussi que je vais laisser mes vêtements au placard.
    Bref, ce sont des marques sympa, qui ont une âme, et qui sont de qualité, alors portons-les si nous voulons ! Ça aidera à casser cette image moisie !
    Quant aux fachos qui portent ça, ça ne prouve rien à part qu’on peut être idiot et avoir un peu de goût malgré tout :-)

  3. Bonjour, mon ambition n’était pas de « remuer le caca » mais bien de remettre la marque à sa place, en m’éloignant volontairement du fait divers, auquel Fred Perry est pourtant indéniablement lié.
    Je voulais expliquer l’histoire, montrer que des groupes visiblement opposés utilisent les mêmes codes pour ne pas les abandonner à leurs adversaires.
    Malheureusement, comme tu le dis, si on reste au niveau des explications sommaires des médias traditionnels, les raccourcis entre skinheads, les punks, les fachos demeureront.

Comments are closed.

Category

Mode

Tags

, , ,