11 décembre 2005

# Critique: Memento

« Bon… où es-tu? Tu es dans une chambre d’hôtel. Tu – tu te réveilles juste et tu es là … dans une chambre d’hôtel. Il y a la clé. Tu as comme l’impression d’être là pour la première fois, mais peut être que ça fait une semaine, ou trois mois. C’est…c’est un peu difficile à dire. Je…Je ne sais pas. C’est juste une chambre d’hôtel anonyme »*

Un homme se réveille en pleine nuit et trouve sa femme assassinée dans la salle de bain. Le meurtrier encore sur les lieux, le frappe violemment à la tête avant de s’enfuir.

Le héros se lance dans une croisade vengeresque. Mais le coup porté lui a laissé des séquelles irréversibles, il souffre d’une forme d’amnésie particulière : la perte de mémoire court terme. Celle-ci ne couvre que 2 ou 3 minutes : après, il oublie tout.

Sa vie est un calvaire; il doit photographier sa voiture, son appart, ses amis, noter les moindres faits. Car dans quelques minutes il oubliera tout.

Pour accomplir sa vengeance, se souvenir de la mort de sa femme, garder la haine, il tatoue sur son corps les éléments qui lui permettront de retrouver le meurtrier.

Mémento est un thriller particulier. La narration se fait à rebours. Ainsi, dans la première séquence, la balle exécutant l’assassin remonte dans le canon du revolver. Comme lui, nous vivons sa vie par séquence de 2 minutes. Chaque séquence se terminant par le début de la précédente.

Ce traitement et ce montage montrent la fragilité du héros : Que s’est il passé avant, que dois-je faire? Qui est ami, ennemi

Certes, le dénouement est annoncé dès le début du film, mais on cherche à comprendre comment les choses en sont arrivées là, quelles sont les motivations des personnages, et quels sont les liens réels entre eux.

Le dénouement laisse perplexe : la réalité renvoie au pathétique de la condition de cet homme.

Ce film est une petite merveille. Des images et des scènes cultes, comme le réveil du héros, face à la glace, le torse barré d’un tatouage à l’envers « Never Forget » ironique; la dispute entre l’amnésique et son amie qui cache les stylos de la maison, pour l’empêcher de noter la dispute ; le gérant de l’hôtel abusant du handicap du héros.

Résolument un film qui joue avec les neurones, plein d’innovations et très riche en contenu. Just enjoy.

* réplique traduite de la VO

memento

Join the conversation! 1 Comment

  1. […] peindre. Très bien réalisé, cet opus met en lumière les qualités de Christopher Nolan (Mémento) aux travers des jeux de lumière, des explosions et une très belle scène de braquage. Le tout […]

Comments are closed.

Category

Culture

Tags

, , ,