The_SHIELD

Depuis la grève des scénaristes américains, j’avais arrêté de regarder les séries US, contraint et forcé. Je soutenais le mouvement mais c’était comme une grève de cheminots à Noël, ça me faisait… râler.

Je cherchais une nouvelle série mais ne trouvais rien. Je n’aime plus les Gentils. Je parle des personnages, des Héros. Aujourd’hui, j’aime les Méchants et les salauds.Les vrais héros ne m’intéressent plus. L’argent, le pouvoir, le sexe, ils n’en veulent pas ! Le vice, ils n’en ont pas ! Ils ne peuvent choisir qu’entre le Bien, la Liberté, la Morale, la Patrie ou l’Amour, etc. Et lorsqu’ils doivent choisir entre Amour et Liberté ? Ils ne transigent pas. Ils font l’un, puis l’autre.
Moi, maintenant je veux du héros méchant, du vicelard et du pervers.

Moi j’aime Vic McKay. Flic véreux qui butte ses collègues, détourne de l’argent et menace les témoins. Ses coéquipiers le respectent, les criminels en ont peur, sa femme et ses gamins l’aiment. Moi je ne veux pas qu’il se fasse attraper par les Albanais ni qu’on le mette en prison !

Moi, j’aime Hank Moody. C’est un salopard autodestructeur. Et alors ?
Il aime sa femme, sa fille, déteste son nouveau mec, se perd dans la drogue et l’alcool et couche avec toutes les filles qu’il croise. Et j’aimerais pouvoir en faire de même.
Moi, j’aime Dexter. C’est un assassin qui tue à sa guise, sans aucun sentiment, ni pour sa sœur, sa compagne ou même ses gamins. Tout le monde l’aime, il a une double vie. Et j’aimerais en faire de même.

californication.jpg

 

Californication
Chaque épisode est une séance sur le divan.
En 52 minutes, j’ai braqué deux mecs, flingué trois dealers, caché de la drogue, sauté la fille du bar et acheté une Porsche !!

J’adore.
La catharsis est la libération de pulsions, de fantasmes et d’angoisses provoquée par la visualisation d’actes répréhensibles soit par la Morale soit par la Loi.
Au travers de ces personnages douteux sur de nombreux plans, j’exprime mon agressivité, je réalise mes rêves et exorcisent mes craintes. C’est jubilatoire et j’en redemande.
D’aucuns pourraient douter de ma santé mentale, de ce qu’elle est aujourd’hui et de ce qu’elle sera demain à force de visionner tous ces crimes. Qu’ils se rassurent. Etant à la base parfaitement équilibré (j’aime à le penser du moins), je ne risque pas de passer à l’acte. La question est légitime et s’étend aujourd’hui largement au-delà de la série TV, puisqu’à chaque carnage collégial américain, les jeux vidéo, le cinéma et le petit écran sont immédiatement pointés d’un doigt accusateur. La catharsis a en effet, l’effet pervers de montrer mais également de normaliser le crime ou le délit. La diffusion publique et l’implicite acceptation sociétale de ces actes tendent en effet à bouleverser voire renverser les repères moraux des plus fragiles.

Quoiqu’il en soit, je me réjouis du retour des séries US sur mon écran et félicite la Writers Guild (j’adore ce nom) pour avoir repris le travail. Mon psy était heureux de me revoir, il le sera moins quand j’aurai échangé son divan contre mon canapé.
dexter.jpgDexter

Join the conversation! 3 Comments

  1. [...] débridée, 1litre de single malt à  la main, j’ai compris que je ne regardais pas X-Files mais Californication. C’en était trop il fallait que je fasse quelque chose. C’est pourquoi j’ai décidé de [...]

  2. [...] On a récemment pu voir les Suicide Girls dans des séries télé comme : Les Experts New-York ou Californication. [...]

  3. J’ai ta vision des choses, je suis un peu comme toi ;-)

Comments are closed.

Category

Société

Tags