FryarsDerrière ce titre un peu pompeux, j’ai rassemblé pour vous les formations découvertes sur le tard mais qui m’ont emballé. Certaines sont déjà installées dans le paysage sonore français ou étranger alors que d’autres en sont à leurs balbutiements mais promettent déjà beaucoup.

Ben Garrett tout d’abord, alias frYars, propose à seulement 19 ans un premier album « Dark Young Hearts » – disponible depuis le 24 novembre dernier- fourmillant d’idées electro pop appuyées par des chœurs et une grande finesse d’arrangement. Les amoureux de Depeche Mode y trouveront à coup sur leur bonheur avec des titres comme « Lakehouse », « Olive Eyes » ou encore le single « Visitors »,  habité discrètement par un certain Dave Gahan, lui-même fan du jeune homme.
Tour à tour sombre, dansant, « Dark Young Hearts est un mélange organique et acoustique plus complexe qu’il n’y paraît et le résultat donne quelque chose qui pourrait s’apparenter à la rencontre de Coco Rosie, Depeche Mode et Jeremy Jay.
En écoute, Visitors:

[pro-player width=’500′ height=’253′ type=’video’]http://www.youtube.com/watch?v=aoON8AC3UuM[/pro-player]


GlissPour ceux qui préfèrent les guitares, qui plus est saturées, j’aurais pu m’attarder sur le groupe dont tout le monde parle : « The Pains Of Being Pure At Heart » puisque leur album éponyme et l’EP « Higher Than The Sun » qui a suivi sont tout simplement excellents. Seulement voilà une réception de CD plus tard et des écoutes prolongées du nouvel album de Gliss, pendant américain des anglais susnommés en ont décidé autrement. « Devotion Implosion », c’est son nom, est paru le 19 octobre dernier et le moins que l’on  puisse dire c’est qu’effectivement la dévotion du groupe à « My Bloody Valentine » est sans faille mais mise au goût du jour. Ici la noirceur des couches de guitares saturées fait face à la clarté des mélodies, les sons crades façon Black Rebel Motorcycle Club à des riffs cristallins (« Anybody Inside »). Toujours en équilibre et toujours juste,  on se dit que le shoegaze a encore de belles années devant lui quand il est aussi mélodieux. Ce deuxième album est une véritable drogue, bon, puissant et dopant de bout en bout. Même The Big Pink ne peut rivaliser face à cette déferlante, c’est dire. Déjà transcendé par le disque, je n’imagine même pas les sensations que peuvent provoquer les prestations scénique du groupe ; une petite idée quand même quand on sait qu’ils ont tourné avec les Smashing Pumpkins ou encore Editors.
L’un des albums de l’année
En écoute, Morning Light:

[pro-player width=’500′ height=’253′ type=’video’]http://www.youtube.com/watch?v=WtTlEUg299I[/pro-player]


Dans un monde parfait, The Rifles remplirait certainement des stades

The RiflesAutre formation à riffs puissants mais sans shoegaze cette fois : The Rifles qui pratiquent un rock décomplexé sur leur deuxième album « The Great Escape » sorti en avril dernier. Leur palette musicale est déjà impressionnante, et maîtrisée : quelle que soit la rythmique, de la balade acoustique au pogo dévastateur, le groupe fait mouche avec une insolente facilité. Déjà adulé en Angleterre, c’est en live que The Rifles délivre toute son énergie ; pour les avoir vu dans une Boule Noire surchauffée notamment grâce à une poignée d’excités venus d’outre Manche, je ne peux que saluer une prestation électrisé et électrisante avec un son plus brut et punchy que sur disque.
En écoute, The Great Escape :

[pro-player width=’500′ height=’253′ type=’video’]http://www.youtube.com/watch?v=M0ZdzthYCvY[/pro-player]


Dan BlackS’il y a bien un groupe dont je n’attendais plus rien c’est bien The Servant ; trop formaté, le groupe a perdu au fil des années sa vraie identité. Et on ne peut pas se le cacher longtemps, l’identité du groupe tenait au seul nom de son chanteur : Dan Black. Enfin débarrassé de ce carcan, l’homme aux mouvements désarticulés et à la voix nasillarde inimitable s’est installé à Paris pour accoucher de « Un », concentré de tubes où Dan laisse enfin éclore au grand jour toutes les facettes musicales qui bouillonnent en lui : electro, hip hop, pop orchestrale, groove, balades acoustique… la liste est longue et la plupart du temps on retrouve plusieurs de ces variations sur un titre. Globalement le virage pris est beaucoup plus dansant et la fusion se déguste comme un paquet de bonbons acidulés. Alors, pourquoi s’en priver ?
En écoute, Symphonies:

[pro-player width=’500′ height=’253′ type=’video’]http://www.youtube.com/watch?v=5AOVEZT5EMM[/pro-player]

Demain, découvrez les groupes prometteurs de 2010!