Vous l’aurez remarqué en ce moment, il est difficile pour nous de faire des posts régulièrement. Si j’osais, je dirais que l’actualité est pauvre mais en fait, les révolutions sociales et les faits divers occupent une place tellement importante qu’il est difficile de voir émerger des sujets plus légers.
Je suis toutefois tombé sur des statistiques plutôt amusantes et une série télé plutôt bien membrée.

Qui veut faire des statistiques ?

La ville de Paris vient récemment de mettre en ligne des données publiques sur Paris Data.
La démarche, expliquée sur le site, vise à partager ce « patrimoine immatériel » afin que des « chercheurs, des développeurs, des citoyens et journalistes, des entreprises » puissent les mettre en valeur.
La démarche est intéressante, les infos aussi nombreuses que surprenantes.

On y trouve par exemple « une base de données de type vecteur décrivant les trottoirs parisiens » ou « la nomenclature des voies de Paris », qui indique les dénominations successives des rues… Plus facilement exploitable, la liste des prénoms donnés aux bébés parisiens laisse observer que les prénoms préférés diffèrent dans la capitale et en Province.

A Paris, Raphael, Adam, Arthur et Gabriel pour les garçons et Louise, Camille, Chloé et Sarah pour les filles ont eu la côte en 2010.
En Province, ce sont les Lucas, Lola, Léa, Inès, Mathéo et les Nathan qui ont eu du succès.

On naît dans le 12ème, pas dans le 8ème

Sur la carte ci-dessous, on observe que le plus grand nombre de naissances se situe dans les 12ème et 14ème arrondissements (10904 et 10206 naissances en 2010). En revanche, une seule naissance dans le 8ème arrondissement.
Les données sont brutes mais il est possible d’en tirer mille conclusions :
Ya-t-il plus de gens dans le 12ème que dans le 8ème ? Plus d’hopitaux ? Plus de jeunes couples ?
Est-on plus féconds ?

Naissances ParisA l’inverse, il y a plus de décès dans le 15ème que dans n’importe quel autre arrondissement. On peut se demander ce qui pousse les vieilles personnes à aller décéder dans ce coin de Paris ? L’air y est-il plus nocif que dans le Marais (3ème arr.) ?

Déces ParisAmis statisticiens, c’est le moment de se faire plaisir.

Son outil gagnant, c’est son gros sexe

HungRien à voir mais divertissant aussi, j’ai découvert récemment une nouvelle série, actuellement diffusée sur HBO (Band of Brothers, True Blood, Sex and the City, Six feet under, Oz, les Sopranos,… je continue ?).

« Hung », que l’on pourrait traduire par « bien monté », décrit l’histoire de Ray Drecker, divorcé, deux enfants, entraîneur de basket et ancienne gloire de son lycée, juste après l’incendie de sa maison d’enfance. Après un séminaire « comment devenir millionaire ?», Ray découvre que son « outil gagnant » c’est, son gros sexe.

Aidé par une proxénète poète amateur, il va devenir « consultant en bonheur », c’est-à-dire gigolo, et s’apercevoir que tout n’est pas si facile qu’il n’y paraît.
La série est très réaliste, souvent amusante, parfois déjantée, jamais ennuyeuse.
Il y a deux saisons de 12 épisodes de 30 minutes pour le moment. Je vous la conseille vivement pour occuper vos soirées froides et hivernales.

Hung affiche