On dit que les Hommes préfèrent les femmes naturelles. C’est vrai mais il semble que parfois le naturel va un peu trop loin. La tendance actuelle serait en effet de ne plus se laver les cheveux, de ne plus mettre de déodorant et de se laisser pousser les poils. Entre préoccupation écologique, respect de sa peau ou militantisme, les raisons varient sur ces nouvelles formes d’hygiène.

No deo

No deo femmeVoilà plusieurs années qu’on l’entend, les sels d’aluminium présents dans les déodorants ne seraient pas bons pour la santé. Bouchant les pores et donc la transpiration, on les accuse pourtant de s’accumuler dans notre corps et de provoquer des cancers. Même si cela n’a jamais été scientifiquement prouvé, la rumeur tient bon et certaines filles n’ont pas hésité à passer le cap en bannissant le déodorant.
Pour préserver leur peau, les filles « no-deo » proposent donc simplement de couper les poils, qui gardent les odeurs mais pas de les raser, car vous abimeriez votre peau. Pour celles qui transpirent peu, la pierre d’alun est une alternative qui ne serait pourtant pas moins toxique (l’alun est un double sel qui présente les mêmes risques que les sels d’aluminium). En cas de transpiration abondante, des mixtures mélangeant bicarbonate de soude et huiles essentielles se trouvent facilement sur le Web.

Prôné par Cameron Diaz, le mouvement no-deo est encore balbutiant. Les odeurs corporelles nauséabondes ou la transpiration abondante sont rapidement handicapantes dans une vie sociale et professionnelle. Aujourd’hui, si on en parle, c’est parce que les filles s’y mettent mais il semble que les routiers avaient déjà inventé le concept il y a quelques années.

No Poo

No-PooIl parait que la nature fait bien les choses et que nos cheveux ne sentiraient pas mauvais si nous ne les lavions pas. Ce sont les shampoings qui éliminent le sébum et donc qui stimulent sa production. Plus on lave ses cheveux, plus on produit de sébum et plus ils « graissent » vite.
Sur ce principe, le mouvement « no poo » (pas de shampoing) garantirait une belle crinière au bout de quelques mois.
Seul problème, il faut pouvoir attendre « quelques mois » (au moins 3). Pendant la phase de transition, il s’agirait donc d’espacer les shampoings pour ne plus avoir par la suite, que des « rincages » au bicarbonate de soude. Et puis il faut brosser régulièrement, pour répartir le sébum sur toute la longueur, de la base du cheveu vers la pointe.

Socialement, la transition peut s’avérer compliquée. Les cheveux gras, brillants peuvent très rapidement donner l’impression que vous ne vous lavez plus du tout. Mais toutes celles qui ont testé avouent qu’après plusieurs semaines, les cheveux ont plus de matière et que personne ne remarque vraiment la transition si on applique la bonne méthode.
Si vous décidez de franchir le cap, ne le faites pas uniquement pour vos cheveux. Faites-le pour l’amour du naturel et pensez aussi aux économies que vous réaliserez. Si un shampoing en soi n’abîme pas les cheveux, un shampoing inadapté oui.
La papesse du « no-poo » en France, c’est Antigone XXI, elle donne tous les conseils nécessaires.

Des poils !

Hairy legUne belle jambe velue, une aisselle touffue, c’est ce que revendique le Hairy Leg Club.
Dans leur démarche, un mélange entre compréhension des normes sociales, de reconquête de son corps, de liberté. La démarche est plus militante qu’écologique. Il s’agit avant tout de se réapproprier son corps, ses jambes, que certaines n’ont jamais vues non rasées. Laisser le poil, c’est couper le cordon avec l’adolescence, la puberté et assumer un corps de femme.
Après tout, chacun est libre de son corps et puisque certains hommes se rasent et d’autres non, on peut accepter que les femmes fassent de même.

Madonna poil aisselleMoins par féminisme que par confort (ou paresse), beaucoup de jeunes filles célibataires admettent également laisser la nature faire son travail tant qu’un rendez-vous galant ne se présente pas. Ainsi, si vous vous demandez pourquoi les filles ne vous invitent pas à monter boire un verre le premier soir, il s’agit souvent de ne pas prendre de risques avec un tablier de forgeron ou des gambettes simiesques.

Pour les autres parties du corps, moins ou pas visibles, certaines stars militent également pour laisser la nature faire son œuvre.
Quelques icônes portent également le mouvement : Madonna a l’aisselle poilue tandis que Gwyneth Paltrow avoue être « plutôt 70’s », comme Kate Moss, Lady Gaga ou Cameron Diaz.

Finalement, rien n’empêche de rester 100% naturelle. les solutions existantes sont certes contraignantes mais elles fonctionnent. La seule chose qui devrait vous refroidir, c’est la pression que vont vous mettre simultanément votre compagne (on), vos parents, vos amis et votre employeur. Parce que mine de rien, le naturel c’est sympa mais pas quand ca pique ou que ca pue…

Join the conversation! 2 Comments

  1. 1- les aisselles, avec ou sans poil, ne puent que si on transpire. A la maison, je pratique rarement des activités sportives intenses et j’ai tout le loisir d’adapter ma tenue à la température donc je ne mets pas systématiquement déo le week-end ou en vacances.
    2- pas testé donc je ne me prononcerai pas.
    3- les poils chez moi ne piquent affreusement que lorsqu’ils repoussent, soient environ 12h après avoir été rasés. Je n’ai pas le temps de me raser intégralement matin et soir aussi même mon compagnon préfère des poils long et doux à des poils inexistant pendant un cours laps de temps et piquants des le lendemain.

  2. @cleanettte
    C’est très bien!
    Je pense que la limite c’est surtout les odeurs. Tant qu’on n’importune pas les autres, chacun peut bien faire comme il veut…

Comments are closed.

Category

Beauté

Tags

, , ,