Vite viteNous n’avons malheureusement plus le temps de vivre encore moins celui d’attendre. Que ce soient nos besoins, nos envies, nos devoirs ou nos droits, tout doit désormais être instantané, résumé, chronométré. Les tempêtes de neige, les éruptions volcaniques ont démontré qu’on ne pouvait plus attendre ni patienter, que le moindre blocage entraînait paralysie. Dans le domaine de la politique, il y a chaque jour un nouveau sujet de discussion. Un programme ne se résume plus qu’à des petites phrases, qui seront massivement repris dans les journaux télé, à la radio. Le contexte ne sert plus à rien, La Phrase se suffit à elle-même. Désormais le petit Journal se fait en 24 secondes.
Tous les aspects de la vie sont touchés. Internet a été l’élément déclencheur du « fast-living »

Nouvelles technologies

Les nouvelles technologies ont-elles ouvert une boîte de Pandore.
Le téléphone nous rend joignable partout tout le temps. Internet nous fournit une information en grande quantité immédiatement accessible et ceci n’importe où. Vous connaissez les horaires de cinéma, de train, vous vérifiez la date de la série télé Xéna la guerrière. Vous pouvez tout savoir tout de suite. En contrepartie,  si la page Allocine met plus de 15 secondes à s’ouvrir, vous hurlez à la fois sur votre pc et sur le serveur qui rament et qui vous font perdre votre temps. 30 secondes d’attente supplémentaires et vous estimez être en droit de porter plainte contre Orange ou Free.

Plus vite que Twitter

Au quotidien, le scénario est le même. Vous pestez lorsque vous devez attendre le bus plus de dix minutes. Les programmes politiques ne sont écrits qu’autour de « la petite phrase », celle qui passera au 20h, à la radio, puisque de toute façon, plus personne n’écoute les discours. Quelqu’un fera un résumé du texte pour vous et ce sera probablement la personne qui l’aura écrit. Un titre, deux phrases. On comprend mieux pourquoi le long terme en politique n’a plus de sens. Un jour, une idée. La crise dans six mois ? Ouais ok… On a la politique qu’on mérite.

« 24 heures en 24 secondes »

L’information instantanée, la communication résumée, c’est la société entière qui est touchée, celle du tout, tout de suite, du passage à l’acte immédiat.
Information, réaction.
On zappe la réflexion.

Zapping relationnel, intellectuel et social

TextoOn ne peut pas refuser le progrès. Evidemment que les nouvelles technologies sont une bonne chose car elles ont facilité l’accès à l’information, à la culture et permis des communications, des échanges rapides et simplifiés. Il n’y a aucun intérêt à attendre. A prendre son temps oui!

Même si les problèmes de l’école, difficulté d’apprentissage et incivilité, ont toujours existé, ils sont aujourd’hui exacerbés par les besoins d’instantanéité. A l’instar de leurs parents, il devient difficile pour des enfants de fixer leur attention, de prendre le temps de la réflexion. Ils ne leur est plus envisageable de surseoir à leurs impulsions, de communiquer de manière différée. L’émotion doit immédiatement s’exprimer, il faut répondre à une pulsion primaire, un désir non contrôlé.

On observe dès lors, tous les dangers qui sont liés à ce zapping permanent. Un zapping qui devient relationnel lorsqu’on ne prend pas le temps de communiquer, intellectuel et social lorsqu’on ne dépasse pas le stade la pulsion primaire.
C’est un processus d’auto infantilisation, qui est malheureusement largement encouragé par une société où la consommation reste un leitmotiv.

Il me semble que la machine est lancée et que notre façon de communiquer, de consommer l’information ne pourra plus changer. Il faudrait pour ça, prendre le temps d’y réfléchir.

Join the conversation! 3 Comments

  1. Nous sommes entrés dans une société « d’hyperconsommation ».

    Pour reprendre Gilles Lipovetsky dans son ouvrage : le bonheur paradoxal,
    « En quelques décennies, l’affluent society a bouleversé les genres de vie et les moeurs, elle a entraîné une nouvelle hiérarchie des fins ainsi qu’un nouveau rapport aux choses et au temps, à soi et aux autres ».

    Oui, tout va désormais trop vite, où allons nous?
    Il va (bien) falloir prendre le temps d’y réflêchir comme tu le dis Anthony.

  2. Ce qui m’inquiète surtout, c’est le fait que nous consommons nos relations intellectuelles et sociales comme nous regardons la télé.
    C’est un changement majeur de notre société et le pire, c’est de penser qu’il n’y a pas d’alternative à ce phénomène.

  3. Et pourtant, tout un chacun est a meme de prendre du recul et d’appuyer sur le bouton pause.
    Combien d’entre vous peuvent oublier leur telephone portable sans raler? Combien d’entre vous sont capables de decrocher du pc (ou autre technologie) pour une journee?
    Combien d’entre vous sont aussi capables de dire « non ce travail n’est pas urgent donc je ne le ferai pas tout de suite mais demain ».

    C’est a chacun d’apprendre l’attente, de la savourer, et plus encore, de la partager.

Comments are closed.

Category

Société

Tags

, , , ,