FaucheuseSi vous ne deviez vivre qu’une seule vie, prendriez-vous des risques ou bien la joueriez-vous à la cool ?
C’est la question qu’il faut se poser dans DayZ, ce jeu vidéo où la mort est partout.
A l’heure où il est de plus en plus difficile de mourir dans les jeux vidéo, poussant le « réalisme » à ressusciter éternellement, la « Permadeath », la mort permanente, vous oblige à prendre soin de votre vie et à prendre des décisions cruciales. Quitte à prendre un otage…

Le bon vieux temps

Il y a fort longtemps, gagner une vie, c’était l’assurance d’aller un peu plus dans un jeu, de prendre un peu plus de risques. C’était un peu de sécurité, du stress en moins pour arriver au Boss. Parfois c’était n’importe quoi. On compensait une durée de vie extra courte par une difficulté aberrante.

Aujourd’hui, il est pratiquement devenu impossible de perdre. Les vies sont illimitées, la difficulté a été revue à la baisse, les check-points sont omniprésents. On atteint parfois le paroxysme de la facilité dans Kirby au fil de l’aventure sur Wii, où il est simplement impossible de mourir et où les ennemis vous jettent des Bonus !

En gros, si vous ne parvenez pas à finir un jeu, c’est probablement plus par manque de temps que par manque de volonté.

Day Z

Walking Dead

Dans DayZ, la mort est définitive. Une balle dans la jambe devra être soignée. Pas avec une boite de conserve mais bien des bandages ou mieux, avec une transfusion.

Jeu permanent, dans Dday Z vous évoluez sur un territoire ouvert de 255km2 dans lequel il faudra échapper zombies et vous méfier des autres joueurs, des survivants comme vous. La faim, la soif, la maladie pourront vous tuer. Vos anciens alliés aussi…

YOLO

YoloLe « Permadeath » est un concept de mort permanente dans le jeu vidéo. Votre personnage ne ressuscite pas, vous perdez vos affaires et votre progression. Vous devez recommencer depuis le début.
Dans certains jeux (Diablo III), ce mode est réservé aux Superplayers, aux Hardcore Gamers qui finissent les jeux avec une main dans la poche.
Le but de la Permadeath est de sanctionner toute erreur, de ralentir la progression du jeu, de donner du sens à vos décisions. Tant que vous ne mourrez pas, l’investissement personnel et le sentiment de perte sont beaucoup plus intenses.
On entend souvent que la violence est banalisée dans le jeu vidéo. Un mort, ça ne compte pas.
Paradoxalement, le fait de ne pouvoir mourir qu’une seule fois, de manière irréversible et cruelle (ce qui est en soi très violent) aurait tendance à magnifier la vie.

Syndrôme de Stockholm

DayZ-HostageDans ce monde sans pitié, la vie a donc une toute autre valeur. La Mort aussi. Certains sont donc prêts à tout pour survivre.
Dernièrement dans DayZ, Adam un joueur australien a été pris en otage par 4 hommes armés.
Menacé, il était forcé d’accomplir les missions dangereuses, de servir ses ravisseurs. Il était soigné, nourri et protégé. Quand le groupe a été attaqué par des zombies, personne n’a survécu, Adam qui avait pu identifier ses ravisseurs, n’a pas cherché à se venger. Au contraire, il a recommencé une partie et a voulu les retrouver pour faire partie de leur groupe…

Quand la Mort vous guette à chaque instant, il semblerait que la présence des autres est toujours précieuse, même sous la menace d’une arme. Une façon facile et rapide de vivre un Syndrome de Stockholm une fois dans sa vie.

Qui a dit que le Jeu Vidéo n’avait pas une portée éducative…?