RéseauC’est l’été, il faut prendre le temps de remettre son carnet d’adresses à jour. On connait tous l’importance aujourd’hui de se constituer un réseau professionnel. Il est même indispensable pour évoluer, rebondir rapidement ou bien pour rendre notre travail plus efficient en contactant directement les personnes, celles qui sauront nous aider, nous orienter, nous faire progresser.

Si cette technique est plutôt bien maîtrisée par les Hommes, les Femmes, elles, ont encore du mal à construire cet environnement relationnel qui les aiderait à évoluer, à grimper l’échelle socio-professionnelle. Car c’est un fait, les Femmes ont du mal à s’installer à des hautes fonctions dirigeantes. La parité est encore loin d’être une règle dans les sphères de pouvoir et la faiblesse de leur réseau professionnel pourrait en être la raison principale.

DevelopperReseauSocial1Avoir un réseau, un répertoire, un soutien, un parrain, être coopté. Voilà bien des choses qui facilitent un parcours professionnel, une recherche d’emploi ou une promotion. Ce qui se faisait (et se fait encore) dans les couloirs, les associations d’anciens élèves se fait aujourd’hui également sur le net avec des sites comme Viadeo, Linkedin et même Facebook.

Dans la vie courante, les femmes sont plus promptes et meilleures pour créer des réseaux de solidarité, des associations. Elles ont également une facilité plus importante à communiquer entre elles sur les bons plans, les bons coins ; un aspect communautaire que certains secteurs, la mode en particulier, ont su parfaitement exploiter. Les blogs, les forums sur le sujet comme sur la gastronomie pullulent sur la Toile et sont presque exclusivement gérés par des femmes.

Une tendance à l’auto dévaluation

Cependant, lorsqu’il s’agit de réseaux professionnels, les femmes sont moins nombreuses et moins actives. Elles ont contrairement aux hommes, et de leur propre aveu, plus de mal à mettre en valeur leur profil, à se vendre. Une tendance à l’auto dévaluation confirmée par des études et que l’on retrouve dans pratiquement tous les pays du monde. A l’inverse, les Hommes ont toujours tendance à se surestimer, et ce, quels que soient les disciplines.

CooptationLes femmes sont également connues pour être moins aventurières, avec un goût du risque souvent moins prononcées. Un défaut lorsqu’on cherche à changer de travail mais une immense qualité lorsqu’on gère une société. Pas besoin d'avoir son DCG en poche, autrement dit son diplôme de comptable, tout n'est au final qu'une question de sexe… Il est reconnu en effet, que les sociétés « matronales » ont de meilleures performances que celles gérées par les Hommes.

Enfin, le dernier frein à la création de réseaux féminins est que la société est toujours moins indulgente avec celles qui assument leurs ambitions carriéristes. Même si la tendance est au changement, cette pression sociale est toujours un fardeau dont on aimerait s’affranchir au moment où l’on souhaite s’épanouir professionnellement.

Le cercle est vicieux

Le nombre trop faible de femmes dirigeantes est un frein à la promotion professionnelle féminine. Elles ne se cooptent pas entre elles. A l’origine, la présence trop rare des filles dans les filières d’excellence, celles qui forment les élites dirigeantes.

La solution pourrait venir de la création de lobby féminin (féministe ?) pour la promotion des femmes en entreprise. Mais en France, la défiance à l’égard de ces groupes d’intérêt est tellement forte, que le fait d’y appartenir en devient contre-productif.

L’idéal est donc d’aller grossir les rangs des associations déjà existantes, facilement trouvables sur le net ou bien de créer le vôtre. On n’est jamais mieux servi que par soi-même, non ?

Join the conversation! 4 Comments

  1. Tu as déjà travaillé avec des femmes?
    De ce que j’en connais, quasiment aucune ne soutiendra une autre même si elles ne sont pas en concurence car elles se jalousent toutes entre elles et si les femmes ont une légère tendance à se sous-évaluer elles enfoncent encore plus leurs éventuelles collègues.
    Franchement pour ma part je ferrais toujours bien plus confiance à un homme dans mon réseau, qu’à une femme.

  2. Merci pour ce sujet d’article et ton analyse est interessante.
    Tu parles de quelquechose sans mettre vraiment le doigt dessus: les reseaux efficaces feminins sont efficaces… parce qu’informels.
    Linkedin et Viadeo pour ne citer qu’eux sont des sites structures, rationnels, formates… et les femmes sont plus orientees vers l’emotionnel, l’informel, le ressenti, le feeling.

    Et puis, pour ma part, autant activer mon reseau pro pour des collegues ou amis je le fais volontiers, autant pour ma personne, cela m’est plus difficile.
    La volonte de ne rien devoir a personne, l’impression de « quemander » peut-etre… A mediter! :)

  3. Sujet intéressant mais à nuancer tout de même : les réseaux online et offline de femmes existent, mêmes s’ils ne prennent pas forcément la forme de réseaux sociaux.

    Deux exemples parmi de nombreux :
    - Force Femmes : http://www.forcefemmes.com/
    - Women’s Forum : http://www.womens-forum.com/

  4. @cleanettte
    Et bien au moins avec une telle mentalité on est pas prêtes d’avancer ;-)
    Honnêtement tu n’as pas l’impression de répéter un préjugé ? Parce que les hommes sont solidaires, non compétitifs, ne luttent pas entre eux pour la 1ere place ? ?

    C’est tout de même dommage que les femmes aient une si piètre opinion d’elles-mêmes.

Comments are closed.

Category

Société

Tags

, ,