LotoCinq numéros, deux étoiles, ca y est, vous venez d’empocher 100 millions d’euros. Vous en avez rêvé, vous êtes riche ! Qu’allez-vous faire de tout cet argent ? Ne réfléchissez pas trop longtemps, il est possible de le savoir à l’avance. En fonction de votre situation personnelle et professionnelle, de vos amis, de vos parents, votre profil de gagnant est déjà déterminé.
Tout le monde s’est déjà interrogé sur ce sujet. Que faire de 100 millions d’euros ? Pour mieux visualiser, ca représente entre 3000 et 4000 années de salaire.
Des études ont été réalisées pour savoir comment réagissaient les gagnants de grosses cagnottes dans ces loteries démesurées. Et étonnamment, les réactions sont très souvent les mêmes, déterminées par votre profil.

Des passages obligés

Psychologiquement, les gagnants de loterie passent très souvent par les mêmes étapes. Peu habitués à manipuler ou à raisonner avec des sommes hors normes car majoritairement issus d’un milieu populaire, il leur faut réapprendre à vivre différemment.
L’appropriation du gain comporte des passages obligatoires.
D’abord, il y a la surprise, un étonnement qui dure quelques jours. Même si l’on joue pour gagner, les chances sont tellement faibles qu’on ne se prépare pas à la grosse cagnotte à chaque fois.
Puis vient une phase de déni. Les nouveaux millionnaires essaient de se convaincre que rien ne va changer pour eux et reprennent alors une activité normale. Mais les angoisses liées à l’énormité de la somme surviennent. Comment dépenser cet argent, comment l’annoncer à ses proches, à sa famille, quelles seront leurs réactions. Il faut également pouvoir gérer les sur-sollicitations, les jalousies, les demandes… Toutes ces questions génèrent un stress inhabituel pour des personnes généralement peu habituées à gérer de l’argent.
Des étapes qui correspondent étrangement à celles d’un deuil (choc, déni, colère, dépression, acceptation…)

Si l’argent ne fait pas le bonheur…

ArgentPetit à petit, un projet de vie va s’établir avec ces nouvelles ressources. Celui-ci nécessitera en moyenne trois années de réflexion chez les gagnants. Ce processus est assez long car l’argent ne fait pas le bonheur. Mais pour qu’il y contribue, encore faut-il savoir comment le dépenser et ce, en encore avec ses valeurs, son éducation et son niveau de vie actuel.
Généralement les gagnants du Loto ou de l’Euromillions s’estiment déjà heureux avant le gain. La manne financière sert dès lors à découvrir de nouveaux plaisirs, autrefois inaccessibles.

… il ouvre de « nouveaux espaces de liberté »…

C’est à ce moment que votre profil de gagnant va se révéler.
Il en existe six :
- Les fidèles aux racines vont investir leur argent dans des biens concrets, des biens immobiliers ou des voitures. Ce sont des valeurs sûres qui vont sécuriser la situation du gagnant sans donner l’impression que l’argent est gaspillé.
- Si le gagnant vient d’un milieu populaire, il deviendra un aspirant hédoniste. En investissant également dans une maison (tendance fidèle aux racines), il aura également tendance à se faire plaisir en découvrant la belle vie, celle où l’on fréquente les palaces et les jolis restaurants.
-Décomplexés, les hédonistes n’ont aucune culpabilité avec l’argent gagné et peuvent le dépenser sans compter dans tous types de plaisirs. L’excès n’est pas un problème pour eux.
- Les personnes d’origine modeste ayant eu accès aux études et exerçants des métiers plutôt épanouissants auront tendance à devenir des gourmets. Préférant la qualité à la quantité, leur but est clairement d’améliorer leur qualité de vie.
- Les explorateurs, quant à eux, vont investir dans des biens immatériels uniquement. Ces personnes, exclusivement des cadres, ont déjà construit leurs patrimoines et les nouvelles ressources issues du jeu vont servir à prendre le temps de voyager ou à expérimenter des loisirs auxquelles elles n’avaient pas accès faute de temps.
-  Enfin, les entrepreneurs sont souvent d’origine modeste. Leur but est de devenir quelqu’un ou d’améliorer leur leadership. L’argent gagné devient donc un capital à investir dans des entreprises ou des projets personnels. Il comble leurs envies de se hisser parmi ceux qui agissent et non ceux qui ont. C’est ainsi qu’on a vu certains employés racheter leurs propres boîtes.

Si vous êtes déjà riches, vous n’avez pas de profil gagnant puisque les riches jouent très peu à l’Euromillions. Probablement parce que la perspective de gagner beaucoup d’argent ne les excite pas plus que leurs fiches de paye.
Avant de vous poser la question quel type de gagnant vous pourriez devenir, demandez-vous d’abord quel type de joueur vous êtes ? Car selon la Française des Jeux, entre 20 et 30 ans, on joue très peu au Loto et à l’Euromillions, ce qui réduit fortement les chances de gagner…