Le sac  est un objet qui a longtemps été délaissé comme accessoire de mode par les hommes : trop féminin, encombrant, modèles quasi restreints aux sacoches pour ordinateurs portables.
Cette dernière année a été un tournant pour le sac qui a vu son adoption massive par les hommes.
Pour en parler, nous avons interviewé le créateur Vincent du Sartel. Cet artisan passionné a fait ses armes chez Louis Vuitton et Loewe, avant de créer sa propre marque et l’Atelier du Sartel, studio de création dédié à la maroquinerie : il travaille pour des marques prestigieuses comme Louis Vuitton, Cartier, Maison Martin Margiela, Davidoff …
Bref, Vincent du Sartel était l’homme pour répondre à nos questions et nous réconcilier avec le sac.

Vincent Du Sartel

okcowboy : Vincent, comment le sac pour homme, objet fonctionnel peu estimé est-il devenu un accessoire de mode et de plaisir ?

Vincent Du Sartel : Cette évolution accompagne la tendance de fond d‘un homme devenu plus hédoniste, épicurien, qui s‘intéresse plus à lui, à son apparence, à sa façon de se démarquer. Le sac, le bagage, est devenu un symbole, une référence, un signe d’appartenance à un groupe, à une tribu.
Le sac féminin, objet statutaire, devient comme beaucoup de phénomènes de mode féminine, un sujet d‘intérêt pour  les hommes, de même que la cosmétique, les soins du corps, les bijoux, le prêt à porter …
La deuxième raison est que plus naturellement nous sommes fatigués de ces cartables, porte- ordinateurs en nylon noir que l’on voit si souvent dans les aéroports. Le sac est un objet de la vie quotidienne qui nous accompagne partout, on a envie d ‘un accessoire qui nous corresponde, qui vieillisse bien, auquel on s ‘attache, qu’on aime toucher, manipuler, caresser, qui sent bon le cuir, qui a une jolie patine profonde. La beauté et la fonctionnalité peuvent coexister, les créateurs l’ont bien compris, et les hommes  répondent volontiers  à cette sollicitation.
Le meilleur témoignage de ce changement de comportement s’observe dans la rue avec des hommes qui portent le sac de façon complètement décomplexée.

okcowboy : De quelle manière différent un sac d’homme et un sac de femme ?
VDS : Dans les deux cas, l’esthétique et le style prédominent. Le plaisir, la sensualité et la personnalité des matières sont des points communs aux deux genres.
Néanmoins pour l’homme, le confort, la durabilité et la fonctionnalité restent des critères déterminants. Les attentions sur les détails ne seront pas les mêmes : un point à la main, un guillochage* particulier sur une serrure satisfait toujours la recherche de savoir-faire exclusif chez les hommes. Il sera par contre moins sensible à l’immédiateté de la mode, aux tendances courtes,  ce qui permet de travailler de façon durable et pérenne sur les codes et les signatures  déterminantes d’une marque.

okcowboy : La plupart d’entre nous sommes peu habitués à choisir un sac. Quels sont vos conseils? A quels détails porter attention ?

sac ERMENEGILDO ZEGNAVDS :Les hommes n’ont pas le même rapport aux sacs que les femmes. Souvent ils mettent plus longtemps à choisir car c’est un objet précieux qu’ils garderont et qu’ils ne quitteront que peu.
Intuitivement, le premier coup d ‘œil sera pour la matière, la sensualité, le toucher du cuir, souvent lié aux souvenirs enfouis du cartable d ‘écolier ou le confort d‘un fauteuil club.
Mais le savoir faire est important et je recommande de veiller à l’art sellier avec des détails comme les belles piqûres et ses bords francs ou bien une touche plus décontractée valorisant la rondeur de la peau, soulignée par un élégant passepoil.
Je recommande vivement d’essayer le sac car le confort des poignées, plates ou toron, les pièces métalliques, le poids et l’aménagement intérieur ainsi que la fermeture font partie des détails qui rendent un sac irremplaçable.

okcowboy : Pour vous, quelles sont les deux grandes tendances pour hommes?
VDS : La première est le sac 48h, un sac assez grand avec de petites hanses. La deuxième est la besace en bandoulière, toujours très prisée par les hommes. Enfin, l’éternel porte-serviette qui se réinvente toujours avec de nouvelles matières et formes.

okcowboy : Un sac, c’est comme un look, cela en dit beaucoup sur son propriétaire non?

VDS : Dans le milieu artistique et de la mode, de la photo ou du design, la plupart des hommes utilisent des « Fourres tout » plus ou moins compartimentés. Ce sont des sacs avec un grand volume, fermés avec l’aide d’une glissière ou par un rabat. On y transporte sa vie quotidienne : travail, détente ou loisirs, en organisant le rangement avec l’aide de  pochons ou de trousses pour les médicaments, stylos, câbles, chargeurs et autres appareils électroniques, une trousse de toilette, des grosses boîtes à cigares . Pour lui donner vie et le rendre sensuel, ce sac est souvent en cuir lisse souple et léger.
La structure revient fort avec un certain classicisme et une certaine rigueur : des serviettes diplomatiques dans lesquelles on range avec soin des documents  A4. Un sac dans lequel chaque chose à sa place. Un sac où la serrure est presque le seul signe d‘ostentation discrète, mais présente, comme un emblème de calandre d’automobile. Ces serviettes sont en cuir grainé, la matière la plus adaptée pour structurer les sacs.
Ce sac est celui d’un homme soigné, attentif à sa tenue et à son apparence, conscient de ce qu’il est. Il cherche un outil de travail en adéquation avec l’image qu’il souhaite donner.

okcowboy : Vous-même quel type de sac utilisez vous ?
VDS : (Rires) Personnellement, je suis toujours confronté au même dilemme : je mets dans mes poches  ou je prends un sac ?
En général je ne prends rien avec moi. Le strict minimum. Mes papiers, mes clefs. Si vraiment j’y suis obligé, alors c’est un grand fourre-tout en cuir souple et très déstructuré que j’ai dessiné pour Ermenegildo Zegna dans lequel je mets n’importe quoi.

okcowboy : Quelles sont les trois pièces que vous conseilleriez à nos lecteurs?
SAC HOMME MANGOVDS : J’aime bien la dernière collection Sport de MANGO en toile parachute colorée et ultra légère.  Pour les plus grandes bourses: les portes documents de BROS SPALDING simples, légers et très masculins.
Après quoi les sacs de voyage Boston de Il BISONTE ou bien la collection Easy de SERAPIAN à Milan en mix toile et cuir.
Enfin la collection « Very Zino » de DAVIDOFF en cuir grainé avec ses pièces métalliques fortes et simples à la fois. Je les aime parce que sont de beaux archétypes intemporels.
Un coup de cœur aussi pour la collection Bielmonte de ERMENEGILDO ZEGNA hiver 10: avec des cuirs de cerfs très sensuels et résistants et de beaux Zip presque surdimensionnés.

okcowboy : Merci, beaucoup Vincent pour avoir partagé avec nous votre expérience et votre passion.

En photo : sac en cuir ERMENEGILDO ZEGNA / sac MANGO (69)

*guillochage : méthode d’ornement sur une pièce métalique – sorte de gravure