SaycetL’année dernière, j’avais déjà régulièrement évoqué ces français qui produisent une musique anglo-saxonne et qui, la plupart du temps chantent en anglais.
Ces « frenchies », comme je les avais surnommés à l’époque, sont de plus en plus nombreux et occupent un large spectre de la musique actuelle.
Je me fais donc un devoir  et une joie de parler, de faire découvrir ces groupes, ambassadeurs de la Musique française décomplexée et qui ne sont que trop peu médiatisés au vu de leur talent.

Aujourd’hui premier point de 2010 avec au programme, de l’apesanteur électronique avec SayCet, le 2ème album du Grand Popo Football Club, le retour aux sources de la musique américaine par The Rodeo, le road-album de Smooth et le meilleur de la pop anglaise par Axel And The Farmers.

Commençons en douceur donc avec SayCet, dont le deuxième album « Through The Window » sortira le 22 mars prochain. Déjà remarqué et salué pour son travail émérite sur « One Day At home », Pierre Lefeuvre s’est depuis illustré pour ses remix exquis de Bloc Party, Air, Radiohead ou encore Phoenix. Entre electronica et trip hop, les comptines de SayCet font appel à l’imaginaire ; le disque dans son ensemble, magnifié par la voix chaude de Phoene Somsavath, permet de se retrouver avec soi-même avec un fort sentiment de bien-être et d’apaisement. Mais tout cela n’est en définitive qu’une mise en condition pour pouvoir observer avec le recul nécessaire le monde qui nous entoure « Through The Window ». Cette fenêtre sensorielle sonne comme un privilège, un cadeau offert à quiconque s’y attardera ; l’opportunité de faire corps avec les éléments, de relativiser et d’apporter des réponses à nos questions existentielles.
Une révélation aussi bien musicale que vitale… bouleversant !

En écoute : Easy
[pro-player]http://www.youtube.com/watch?v=KpYS0guKFMc [/pro-player]


GPFCOn poursuit avec le retour du Grand Pop Football Club alias Ariel Wizman et Nicolas Errera. Le duo qui, pour rappel, avait déjà commis le megahit « Les hommes c’est pas des mecs bien » continue sur sa lancée avec  « Venom In The Grass », foutoir de pop électronique où le second degré est toujours de mise. Pour l’occasion Tania Bruna-Rosso (putafranges et chroniqueuse musique au grand journal)  est venue poser sa voix sur bon nombre de morceaux et le rendu est entraînant et tout bonnement excitant (notamment sur les très inspirés « We Had style », « Shadow Stabbing A Shadow » et « Fake To Fake Party ») ; Craig Walker (ex chanteur d’Archive) s’est lui aussi prêté au jeu sur le discoïde « Obstacle ».

Jamais prévisible, cet opus s’avère être la bande son idéale d’une soirée au champagne, chic et festive qui virerait à l’orgie. Venin efficace donc…

En écoute : My Territory feat Tania Bruna-Rosso

[pro-player]http://www.youtube.com/watch?v=RIFSuAJhTlg[/pro-player]

Join the conversation! 2 Comments

  1. Chronique intéressante, a l’occaz , je repasserai sur ce topic.
    La country , on trouve du moins et du moins bon.
    Craig Armstrong a réalisé des remixes intéressants, U2 pour la citer et son Stay (fareway so close).

    A plus tard.

  2. Merci DayVid, effectivement la version de Stay de Craig Armstrong est superbe. C’est d’ailleurs plus une réinterprétation qu’un remix dans le sens où la chanson a été rechantée par Bono autour de l’orchestraton de Craig Armstrong

Comments are closed.

Category

Culture

Tags