Secret Square - Danseuse
15 décembre 2009

# Au Secret Square

Nous nous revendiquions hommes de goût et nous prêtions autant d’attention à notre toilette qu’à nos manières ou à nos lieux de rencontre. Qu’importe que l’endroit fut couru ou non, prestigieux ou confidentiel, il fallait que celui-ci possède une âme et que la table soit bonne.

Secret Square - Restaurant

Fidèle à moi même, j’arrivais à l’heure convenue : l’ennui avec la ponctualité, c’est que personne n’est jamais là pour l’apprécier*. Je me retrouvais donc seul devant l’établissement à envisager les deux options qui se présentaient à moi : compter les gouttes qui tombaient de l’auvent ou m’aventurer derrière les portes capitonnées. Une immense silhouette en costume cravate prit la décision pour moi et j’entrais dans le Secret Square. Celui que nous appelions « L’épicurien» avait une nouvelle fois vu juste, l’établissement semblait tenir ses promesses : un jazz désuet et une intime pénombre baignaient la salle encore déserte, des centaines d’étoiles se réfléchissaient sur les boiseries qui avaient du voir passer nombre d’élégants parisiens en ces murs.

Je fus rapidement rejoint par mes camarades : « Le docteur » (ès mode), « l’épicurien »  et « les Madmen ». Seul le « Master of Puppets » manquait à l’appel. Le ballet des jeunes femmes légèrement vêtues mit en suspend les discussions en cours (chiffons, planning stratégique, blogueries et bonnes tables)  qui se portèrent sur le lieu, son histoire et ses codes. Gaëlle, notre hôtesse, ne fut pas avare de détails, d’explications et de précisions : le Secret Square avait abandonné quelques semaines auparavant le nom de Stringfellows pour voler de ses propres ailes (de papillon) et offrir un standing à la hauteur de sa clientèle de gentlemen. Une attention particulière avait été portée au choix des danseuses et à leur personnalité afin de satisfaire les goûts de chacun. Et tandis que nous terminions nos apéritifs, les premières demoiselles commencèrent à jouer de leur charme sur les deux podiums qui surplombaient la salle.

Secret Square - Danseuse

Le plaisir des yeux se conjuguait parfaitement avec celui des papilles. Les plats servis par le Secret Square méritaient autant d’attention que le spectacle dans la salle : produits de qualité (le filet de bœuf fut une merveille), cuisine inventive et raffinée (Thon mi-cuit aux épices saté, sésame, sorbet wasabi) proposée dans un menu aphrodisiaque ou de saison. Les assiettes vides, les conversations spirituelles laissèrent place à des discussions d’esthètes, l’ambiance se fit plus légère et nous nous laissâmes absorber par l’ambiance du lieu, feutrée, sensuelle et raffinée, tandis que les anges virevoltaient autour de nous.

Le vent frais, la lumière blafarde de la rue et la pluie toujours présente m’extirpèrent de cette parenthèse, de ce moment suspendu dans le temps, de ce lieu où le quotidien reste à la porte. Dans le taxi du retour, je me dis que le Secret Square était bien loin de l’image que l’on peut se faire des cabarets « aphrodisiaques » : chic et sexy, c’était l’endroit idéal pour passer une soirée  entre gens de bon goût.

Secret Square
27, avenue des Ternes – 75017 Paris
Tél : +33(1) 47 66 45 00  - Fermé le dimanche
Secretsquare.fr

* Harold Rome