25 avril 2013

# Serie : House of Cards

house-of-cards-lineupNetflix a diffusé « House of Cards »  en février dernier. La série, rachetée par Canal +, s’inflitre dans les arcanes du pouvoir américain. Aux cotés de Frank Underwood et de sa femme, les coulisses de la Maison Blanche vont s’avérer sombres voire dangereuses.

cards-poster

Who’s the Boss?

Frank Underwood (Kevin Spacey) est un membre du Congrès américain. Ayant largement participé à la victoire du nouveau président Walker, la place de Secrétaire d’Etat (Affaires Etrangères) lui est promise. Mais promesses et politique ne font pas bon ménage.
Il va devoir user de ruses et de stratégies pour assouvir ses ambitions…
Sa femme, une lobbyiste, (Robin Wright), une jeune journaliste (Kate Mara) et un député torturé (Corey Stoll) vont jouer un grand rôle à ses côtés.

House of cards compte 13 épisodes de 52 minutes, a été diffusée sur Netflix en VOD aux US.

Casting brillant

Les séries américaines savent attirer des grands noms du cinéma. Une fois encore, le casting de House of Cards est assez brillant.

Kevin Spacey se refait une petite virginité après une traversée du désert et excelle dans son rôle d’homme politique blessé. Sa froideur et ses sourires de façade en font un animal difficile à appréhender et donc dangereux. Une très belle performance digne de son Keyser Söze.

David Fincher associe également son nom en réalisant le premier épisode. Le réalisateur de Seven, Fight Club ou plus récemment de Millenium marque de son empreinte l’ensemble de la série. Joel Schumacher met en scène deux épisodes (4 et 5).

Robin Wright joue l’épouse d’Underwood. La « Jenni » de Forrest Gump, campe une femme froide et déterminée, intimement lié à son mari et au pouvoir. Elle incarne l’importance des Femmes, des épouses, des lobbys en politique.

Kate Mara (la soeur de Roney Mara dans Millenium), incarne Zoe Barnes une jeune journaliste ambitieuse. La série prend bien en compte, l’importance des réseaux sociaux, de la rumeur dans la vie politique américaine. La proximité entre médias et pouvoir est plus que jamais au coeur de l’intrigue et est brillament exploitée jusqu’à la fin.

Corey Stoll joue le rôle de Russo (Salt ou Jason Bourne Legacy), un Congressman torturé par son passé et l’alcool. Les Etats-Unis, toujours en quête de héros, saura-t-elle lui pardonner?

La bande-annonce de House of Cards.

Nouveau média

netflix-logoPour une fois, une série n’est pas diffusée sur un grand network américain (ABC, NBC) ou sur une chaîne payante (HBO, AMC) mais sur une chaîne de Vidéos à la Demande (VOD), Netflix, déjà responsable de presque 30% du trafic internet aux heures de pointe
Fort de 25 millions d’abonnés, elle compte attirer de plus en plus de clients avec une série de qualité. C’est une petite révolution dans l’univers des médias et on verra rapidement si le pari est réussi, avec l’arrivée de nouvelles séries (ou pas). Malheureusement le catalogue Netflix n’est pas disponible en France. House of Cards sera néanmoins visible sur Canal+.

Loyauté et 4ème mur

La série me fait penser à une ancienne série de 1996 avec Adrian Pasdar: Profit (7 épisodes de 45 minutes diffusés sur Jimmy). Le héros, en quête de revanche, exploitait toutes les failles et les personnes de son entreprise pour arriver à sa fin. Le caractère et la volonté de implacable de Frank Underwood, dans les arcanes de la Maison Blanche, sont des armes efficaces mais à double tranchant.
On apprécie également dans House of Cards, les surprenants apartés de Kevin Spacey, qui brisent le 4ème mur et donnent de la profondeur et du sens à ses « coups », qu’ils soient bas ou à trois bandes. Dans tous les cas, vous serez complices…

La politique, ses coups bas, les manoeuvres médiatiques, les ambitions et surtout la loyauté sont les thèmes développés dans cette série qui verra une seconde saison. C’est sûr, on ne la manquera pas.