Voici une nouvelle série policière où un ex-agent du FBI est à la recherche d’un serial killer, qui grâce à Internet a créé une communauté de disciples interconnectés prêts à passer à l’action pour lui.
Voici la promesse de The Following, diffusée depuis fin janvier sur la FOX (Glee, Fringe, Bones, The Simpsons).
En tête d’affiche, Kevin Bacon, connu pour ses rôles au cinéma serait la caution « qualitative » de la série. Mais faudra-t-il le suivre jusqu’au bout ?

the-following3L’idée

Joe Caroll est un prof de littérature exaltant et malheureusement un tueur en série intelligent, qui s’inspire des oeuvres d’Edgar Allan Poe (Le masque de la Mort Rouge, Le cœur révélateur…) pour ses crimes. Ryan Hardy, qui a poursuivi et emprisonné le criminel une première fois, doit reprendre du service lorsque Caroll s’échappe. Il va rapidement découvrir que Caroll  a construit un culte autour de son « œuvre » grâce à Internet, aux réseaux sociaux et à son charisme, d’où (d’après moi) l’associaiton folllowers/following (les suiveurs/les disciples).

Un bon casting mais…

natalie zea followingAux US, la télé est un moyen facile de relancer sa carrière (cf Kevin Spacey dans House of Cards). Kevin Bacon, qui traversait le désert depuis Mystic River (2003), réapparaît dans la peau de Ryan Hardy, un ex agent du FBI. Cliché malheureux de l’ex-bon flic devenu alcoolique, dépressif voire suicidaire, il devient de plus en plus ennuyant et pleurnichard au fil des épisodes.

Joe Caroll, c’est James Purefoy (l’empereur Marc Antoine dans Rome). Le duo avec Bacon aurait pu être intéressant mais malheureusement, leur antagonisme n’est pas assez puissant,  probablement parce que leurs motivations ne sont pas opposées mais différentes.

En faire-valoir, la jolie Natalie Zea est l’ex-femme de Joe Caroll (vue dans Californication, Justified, Hung…). On aurait presque envie de la protéger si elle n’avait pas son stupide gamin.
Enfin, Weston, le jeune flic sympa copain de Hardy est interprété par Shawn Ashmore, le jeune Iceberg dans les X-Men.

Qui m’aime me suit?

The_Following12Non.
Pourtant le pilote est plutôt bon, assez violent et flippant. On voit un tueur en série, qui possède des disciples invisibles et omniprésents, ç’était intéressant. On se demande qui il est, comment il communique, quelles sont leurs liens, etc…
Mais dès le 5ème épisode, tout s’effondre. Le scénariste de Scream séduit sur les premiers épisodes mais s’empale sur des ressorts scénaristiques complètement farfelues.

LA promesse des réseaux sociaux, des tueurs en série connectés, des disciples, du culte n’est pas absolument pas tenue. On s’attendait à des communications cryptées sur Twitter, des profils Facebook d’assassins, des menaces Instagram, la terreur sur le Web, etc…. Rien de tout ca, l’aspect technologique est traité sous l’angle des années 90’s avec des vidéos « sur l’Internet », « des communications cryptées via des portails web qui transitent par Singapour… ». Sérieux, en 2013, on ne veut plus entendre de « ah zut, je n’ai pas réussi à tracer le signal, il manquait 2 secondes » ou de « Le FBI ne l’avait pas reconnu parmi la liste des criminels les plus dangereux au monde car il utilisait un faux-nom.. »

On retrouve tous les clichés des poursuites des mauvais films d’horreur, avec des gentils qui font deux groupes de un dans une maison sombre et toujours sans lumière remplie de méchants qui sortent de derrière les portes. Les jeunes filles poursuivies vont toujours se cacher dans des bunkers sordides, etc..

The following2Un mauvais épisode de 24?

Dans The Following, on a enfin un vrai anti-héros, au sens littéral.
A l’inverse d’un Dexter qu’on devrait détester mais qu’on adore, ici, on déteste Ryan Hardy alors qu’on devrait l’aimer. La caricature du flic alcoolique et dépressif mais juste est en fait, faible, têtu, voire antipathique.
Un épisode de The Following, c’est comme un mauvais épisode de 24h Chrono. On espère que Hardy meure lentement.

Do not follow

Après 15 épisodes, où on attend que le scénariste du pilote revienne, je ne la conseille pas.
Pourtant, elle devrait trouver une deuxième saison puisqu’un méchant a survécu. C’est dommage car il y avait la possibilité de faire quelque chose de bien, en jouant sur l’univers littéraire de Poe de façon plus pointue, en développant le côté culte morbide, psychologique ou les réseaux sociaux. Mais non.
Avec toutes les bonnes séries qui existent, on a pourtant un risque de la voir un jour débarquer chez nous sur France 4 ou W9. Ce jour-là, abstenez-vous.

Join the conversation! 2 Comments

  1. Très bon article sur the following .!!
    Je partage le même point de vue et me suis forcé à aller jusqu’au bout de la saison 1 pour ….rien…d’autre qu’une déception.

    Je suis à cours de séries en ce moment …que recommande okcowboy ??

    Tchus !

  2. Précédemment, j’avais chroniqué « House of Cards », très bonne série sur un ambitieux homme politique.
    Sinon ce n’est pas trop la saison des sorties.
    Il va falloir attendre jusqu’au 11 août pour voir la fin de Breaking Bad…

Comments are closed.

Category

Culture

Tags

, ,